Olivier Delamarche : "Les Grecs n’en finissent plus de mourir"

(BFM Business, le 6 mars 2012)

On sort plan d’aide sur plan d’aide pour, en définitive, ramener le ratio dette/PIB de la Grèce de 161% fin 2011 à 159% fin 2012 (voir ici les calculs d’Olivier Berruyer)… On nous dit en permanence n’importe quoi. La vérité, c’est que personne ne maîtrise rien au sujet de la dette grecque. On ne fait que refiler le bébé aux Etats. Tout ça pour 3 petits milliards d’euros de CDS (si c’est le bon chiffre) mais qui peuvent, par contagion, mettre par terre tout le système. C’est reculer pour mieux sauter, car de toute façon le Portugal, l’Espagne, etc. seront touchés à leur tour.

About these ads

À propos de Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 49 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cette entrée, publiée dans Actualités, Economie, Finances publiques, est taguée , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien.

7 réponses à Olivier Delamarche : "Les Grecs n’en finissent plus de mourir"

  1. BA dit :

    Jeudi 15 avril 2010 :

    Herman Van Rompuy présente son recueil de haïkus. Les haïkus sont de brefs poèmes japonais. L’article et la photo sont ici :

    http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2010-04-15/van-rompuy-presente-son-recueil-de-haikus-764586.php.

    Deux ans plus tard, Herman Van Rompuy nous présente son nouveau recueil de haïkus intitulé : "Je m’enfonce dans l’océan humide de ma Destinée."

    Le bateau euro
    Est en train de prendre l’eau
    A cause de l’iceberg

    En morceaux tombé
    Le bateau s’est disloqué
    C’est l’affolement

    « Courez ! » crient les sages
    « Les canots de sauvetage
    Femmes et enfants d’abord ! »

    Dans ce Titanic
    Certains prient, d’autres paniquent
    D’autres rient, ou pleurent

    Jose Barroso
    Boit des bouteilles de Porto
    Noyant son chagrin

    Mario Draghi
    Crie : « Fini ! Tout est fini
    Comme Gianfranco ! »

    Catherine Ashton
    Est tombée dans les pommes
    Couchée, la baronne

    Christine Lagarde
    Rigole quand elle me regarde
    On dirait une folle

    Elle dit : « Faut pas s’en faire !
    Les clignotants sont au vert ! »
    Elle ne comprend rien

    Jean-Claude Trichet
    A la retraite s’en est allé
    Seul sur son radeau

    Le navire coule
    Les rats quittent le navire
    Ils ont bien raison

    Moi, je ne bouge pas
    Je récite à haute voix
    Tous mes haïkus

    Moi, je reste à bord
    Je n’ai pas peur de la Mort
    Je vais me noyer

    J’ai de l’eau jusqu’au
    Menton. Mais peu me chaut
    Mon œuvre restera

    J’imagine déjà
    L’épave du Titanic sera
    Un restaurant

    Les requins viendront
    En morceaux ils tailleront
    Mon cadavre bleu

    Les petits poissons
    Mon cadavre finiront
    Mais pas mes lunettes

    Les derniers lambeaux
    Du Titanic « ZONE EURO »
    Seront mes lunettes

    Mes lunettes seront
    Seules, reposant tout au fond
    De la mer mouillée

    (Herman Van Rompuy, "Je m’enfonce dans l’océan humide de ma Destinée", Poésie Gallimard, décembre 2012, dix-neuf francs cinquante)

    • Geraldine dit :

      Joli pastiche, BA.

      Je suppose que "l’océan humide de ma destinée" est une allusion à la "serpillère humide" que Nigel Farage envoya un jour à la figure de van Rompuy et qui lui valut une amende de la part du Parlement européen ?

  2. Jean LENOIR dit :

    Van Rompuy… plus qu’un poète. N’est-il pas aux affaires ?
    Poésie ou acte(s) manqué(s) ?

    Jean LENOIR

  3. BA dit :

    Mercredi 7 mars 2012 :

    La production industrielle espagnole a commencé l’année 2012 dans le rouge, avec en janvier un recul de – 4,2 % sur un an, selon les chiffres publiés mercredi par l’Institut national de la statistique (Ine), alors que le pays s’apprête à renouer avec la récession.

    Cet indicateur, calculé en données corrigées des variations saisonnières (CVS), avait déjà plongé en décembre de – 3,5 %, tandis que, sur l’ensemble de 2011, la production industrielle espagnole a baissé de – 1,8 % par rapport à 2010.

    En janvier, le recul est particulièrement marqué dans les biens de consommation durable (- 8,5 %), les biens d’équipement (- 6 %) et les biens intermédiaires (- 5,7 %).

    Mais les autres catégories sont elles aussi dans le rouge, notamment l’énergie (- 4 %) et les biens de consommation non durable (- 0,9 %).

    Ces mauvais chiffres surviennent alors que le pays devrait replonger en récession dès ce trimestre : privée de son moteur économique, la construction, l’Espagne voit également sa modeste croissance étouffée par les nombreux plans de rigueur auxquels elle doit se soumettre pour réduire, comme promis, son déficit public.

    "Le quatrième trimestre de l’an passé a connu une croissance négative (- 0,3 %, ndlr), et cette tendance va se maintenir durant encore deux trimestres", a reconnu vendredi le ministre de l’Economie Luis de Guindos.

    Le gouvernement a d’ailleurs revu drastiquement ses prévisions économiques pour 2012, avec un recul du PIB de – 1,7 % contre une croissance de 2,3 % prévue par le précédent exécutif, et une poursuite de la hausse du chômage à 24,3 % de la population active.

    http://www.romandie.com/news/n/Espagne_la_production_industrielle_dans_le_rouge_en_janvier__42_sur_un_an070320120935.asp

  4. jivaro5 dit :

    Delamarche a raison, les grecs en ont pris pour 20 ans….

    • Oui, si on continue sur cette voie du déni de faillite et de l’austérité perpétuelle…

      Mais si la Grèce est enfin autorisée à faire officiellement défaut, sort de l’euro et retrouve une monnaie nationale fortement dévaluée, elle pourra remonter la pente plus rapidement.

      Plus on attendra, plus les dégâts seront importants.

  5. Jean LENOIR dit :

    Olivier,

    C’est frappé du bon sens. Mais cela ne sortira pas les suicidés de leur cercueil et les citoyens rendus dépressifs ou fous des asiles…
    La responsabilité des oligarques européens est aussi grande dans leurs destructions que les destructions infligées par Bachar El Assad au peuple Syrien.

    Les morts des crises et des guerres ne profitent jamais des causes gagnées.

    Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s