La cosmétique de la discipline (Bruno Bertez)

"L’Eurozone et singulièrement Merkel ont cédé face à l’Espagne.

Début mars, les leaders européens se sont réunis pour signer le Pacte Fiscal qui, disait-on, comporte des règles strictes sur la discipline budgétaire. Promis, juré, les choses étaient claires, les volontés fermes, la discipline imposée par la fausse dame de fer Merkel allait s’imposer.

Quasi dès le lendemain, l’Espagnol Rajoy annonçait qu’il se moquait des règles et qu’il allait proposer un budget en déficit de 5,8% alors que l’Europe réclamait qu’il ne soit que de 4,4%. Il ajoutait, pied de nez à Merkel, c’est un choix juste, fait par des Espagnols souverains !

Que croyez-vous qu’il soit arrivé ? Rien ! Les Allemands ont cédé, baissé la tête et accepté un déficit à 5,3%. Seuls les Belges, les Autrichiens et les Néerlandais ont protesté. Les Néerlandais ont annoncé que si on acceptait des entorses pour l’Espagne, si la discipline budgétaire était à géométrie variable, le gouvernement néerlandais lui-même n’avait aucune raison de réduire son déficit sous les 3%. Ils ont ajouté que la ratification du nouveau traité fiscal européen pouvait être mise en cause.

Comme Rajoy avait joué sur la cosmétique d’une apparente concession médiane, il se retrouve exactement avoir ce qu’il souhaitait ! Et le pire est que tout le monde sait que les chiffres espagnols extériorisés sont très en-dessous de la réalité. Il faut rajouter 10 points au ratio de dette sur GDP aux chiffres officiels.

Que tirer de tout cela?

- La partie que jouent les Européens est une partie de poker menteur, les périphériques ont démasqué le bluff de Merkel et ne se privent plus d’en tirer les conclusions.

- Le Pacte n’a aucune valeur face aux exigences et priorités souveraines individuelles.

- La pseudo crédibilité de ce pacte n’a rien à voir avec l’accalmie de la crise, l’accalmie ne vient que des LTRO de la BCE, comme se vante Draghi, sa politique a été un succès, elle a servi à masquer le vide des soi-disant réformes européennes.

- Les Banques et Marchés dominés par les banques sont complices, du moment qu’elles ont du cash gratuit contre leurs avoirs-poubelles, elles ferment les yeux sur la solvabilité réelle des Souverains, on s’en doutait, mais on le voit maintenant clairement, toute la crise n’a été qu’une comédie pour faire passer la pilule du printing de la BCE.

- Le Sarkozy-trade fonctionne, cela a bien été démontré par JP Morgan. Les banques espagnoles et italiennes se bourrent d’émissions courtes et moyennes de leurs souverains; elles jouent sinon la politique du pire, du moins le « si je meurs tu meurs ». Elles accumulent, en plus de ce qu’elles ont déjà, le papier risqué de leur souverain, sachant que leurs sorts sont liés. Peu importe l’accroissement des risques. Ainsi, se crée une solidarité qui consiste à créer des super too big to fail sur le dos des Allemands, des contribuables européens.

Le cynisme est à son comble.

Comme nous le disons depuis le début, l’Europe a dépassé le point de non-retour ; ce que font les Banques, ce que font les Souverains et ce qu’acceptent hypocritement les Allemands, est tout simplement scandaleux.

On jette la poudre aux yeux du sérieux et, systématiquement, on fait l’inverse, préparant ainsi la prochaine crise, encore plus dramatique, plus coûteuse et destructrice du niveau de vie des citoyens.

De plus en plus, le monde est un trompe l’œil, monde de carton-pâte et de cosmétique.

Pendant ce temps, comble du cynisme, pour amuser la galerie et détourner l’attention des médias – ce qui en fait est rigoureusement inutile car ils n’ont rien vu – on agitait l’épouvantail de l’impossible et ridicule taxe financière, la FTT, de 0,01%, taxe qui, de toutes façons, sera répercutée par les banques sur leurs clients".

Bruno Bertez, Le blog à Lupus, le 14 mars 2012

About these ads

À propos de Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 49 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cette entrée, publiée dans Actualités, Economie, Finances publiques, est taguée , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien.

3 réponses à La cosmétique de la discipline (Bruno Bertez)

  1. Jean LENOIR dit :

    Olivier,

    Je commence à être dégoûté de tant de bassesses et de turpitudes. Au moins les masques sont jetés …si nous en doutions encore.

    Jean LENOIR

  2. BA dit :

    Cette video dure 3 minutes 35.

    La comparaison entre la situation actuelle de l’Union Européenne et le film comique "Carry on up the Khyber" est expliquée par un extrait du film à la fin de la video.

    Dans ce film comique, l’histoire se passe dans les Indes britanniques en 1895. Sir Sidney Ruff-Diamond est à la recherche de l’avant-poste britannique près de la Passe de Khyber, entre l’Afghanistan et le Pakistan actuels. Protégé par le troisième Régiment Fièvre Aphteuse (le 3rd Foot and Mouth Regiment) en kilt, on pourrait penser que lui et ses hommes sont en sécurité.

    Mais le Khazi de Kalabar est d’un autre avis. Il veut que tous les Britanniques y passent ! Il décide d’attaquer les colons britanniques : il les encercle et il commence à les bombarder. Les obus pleuvent, la situation des colons britanniques devient désespérée, mais ils continuent à dîner comme si tout allait bien ! Et un orchestre continue à jouer tout au long du dîner !

    Cette video est hilarante !

  3. Elzbietta dit :

    La petite Histoire retiendra que Barroso fait ostensiblement son courrier pendant que Farage parle..

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s