OCDE : dépenses publiques en baisse, impôts en hausse en 2010

deflationOn croyait l’affaire entendue : pour ne pas tuer dans l’oeuf la reprise, les gouvernements poursuivraient leurs programmes de relance et de soutien de l’activité le temps qu’il faudrait. Surtout pas de hausses d’impôts ! En période déflationniste, si l’on veut éviter de revivre le scénario japonais des années 90, mieux vaut laisser filer les finances publiques. Oui, mais voilà : arrive un moment où la dette n’est plus soutenable. Elle devient comme une boule de neige qui prend de la vitesse dans la pente. Il faut à tout prix l’arrêter, avant que son fardeau n’entame la crédibilité financière du pays, dégradant la signature de ce dernier et ruinant ses chances de se refinancer à un taux raisonnable.

Il semble que nous soyons arrivés à ce moment. Dans un entretien au Figaro, le chef économiste de l’OCDE, Pier Carlo Padoan, affirme que le désendettement public passera par une augmentation des impôts dès l’an prochain. « La meilleure sortie de la dette et du chômage, c’est la croissance. Mais il faut plus de 1 % de croissance dans la zone euro, ce qui n’est pas notre scénario pour 2010. Pour effacer les dettes, il faudrait une inflation très élevée dans la zone euro, un scénario peu souhaitable, car il impliquerait une explosion des prix des matières premières. Reste la diminution des dépenses publiques ou le relèvement des taxes. À mon avis, une diminution des dépenses ne suffira pas. Une hausse des impôts est inévitable ».

Un tel discours n’est pas nouveau. Ce qui est nouveau en revanche, et à mon avis pose problème, c’est qu’on puisse prôner ce genre de mesures avant même que l’activité ait vraiment redémarré : si les stimuli publics diminuent, que ce soit aux entreprises ou aux ménages, et si dans le même temps les impôts augmentent… que va devenir la demande, en d’autres termes la consommation des ménages et l’investissement des entreprises ? L’un comme l’autre sont déjà assez mal en point, alors comment imaginer, dans un contexte de pression fiscale accrue, une croissance ne serait-ce que de 1% ? Le crédit n’étant plus de mise, c’est la demande qui doit tirer la croissance. Sans demande, pas de croissance… et sans croissance il est difficile, comme le souligne Pier Carlo Padoan, de sortir de la dette et du chômage. Or la demande est aujourd’hui sous perfusion publique, sans aucun relais à l’horizon.

Le serpent se mord la queue. En économie, on appelle cela une spirale. Si le scénario retenu (souhaité ?) par l’OCDE se confirme, je crains que la déflation – c’est-à-dire la baisse des prix et des revenus et le chômage de masse – ne figure à notre menu pour très longtemps encore.

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour OCDE : dépenses publiques en baisse, impôts en hausse en 2010

  1. Elise dit :

    tout à fait d’accord avec vous. Rocard de son côté parle de « 20 ou 30 ans pour sortir de la crise »…..

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jw-MGifdc2AbLbM2MJuScAZCwhiw

  2. kramer dit :

    On va bientôt nous reparler de « plan d’austérité » et de « rigueur » comme à l’époque de Raymond barre, sauf que là ça va être beaucoup plus violent !

    On en a au moins pour 10 ans de période glaciaire…..

  3. En avant ! dit :

    Bien vu l’article.
    Baisse des dépenses, augmentation des impôts, croissance éteinte, on y va tout droit !

    Vive la déflation !!

  4. glazz76 dit :

    Ca y est.. le krach 2010 on y est. Panique boursière. Tout flanche. Même les programmes donneurs d’ordres à Wall Street paraît-il.
    Les marchés réclament des comptes aux Etats et aux peuples cigales.
    Fillon et Sarko refusent de parler de rigueur… mais geler les dépenses publiques durant 3 ans, c’est quoi ???

Répondre à kramer Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s