Chut ! On sauve les banques…

Vous pensiez les banques tirées d’affaire, et l’économie en passe de l’être ? Vous n’y êtes pas du tout. Les banques n’ont retrouvé des marges qu’en spéculant sur les marchés financiers avec l’argent que leur a prêté le contribuable. Une nouvelle bulle financière s’est formée, avec le risque d’une deuxième secousse dont les conséquences seraient bien plus graves que la première fois. Alors même que les dépréciations d’actifs liées à la première crise n’ont pas été entièrement comptabilisées, que les fonds propres n’ont pas été reconstitués, que les faillites des agents économiques entraînent de nombreux défauts de paiement, le gonflement des dettes publiques fait peser une autre menace sur les banques : celle d’une hausse des taux d’intérêt, qui serait fatale à leurs activités sur les marchés.

Certains comme Dominique Strauss-Kahn l’ont bien compris, qui mettent en garde contre le risque d’un nouveau choc systémique, sans appel celui-là : « Je ne vois pas de parlementaire dans les pays développés qui ait des chances de revenir vers les électeurs dans quelques années pour leur dire : vous savez, vous tous, il va falloir que vous payiez de nouveau, parce que le secteur financier est de nouveau dans la mouise ». Et le directeur général du FMI d’ajouter que les parlementaires n’auront plus aucune pitié « quand ils verront comment le secteur financier s’est comporté après la crise ».

Est-ce la raison pour laquelle la banque centrale européenne plaide aujourd’hui pour que certains sauvetages de banques puissent être dissimulés au public ? Il semble que oui. L’institut de Francfort souhaite en effet que la future directive européenne sur la transparence financière autorise les banques centrales à garder secrets les plans de sauvetage bancaire lancés en urgence.

Dans un avis juridique publié sur le site internet de la BCE vendredi dernier, Jean-Claude Trichet écrit ceci : « Il y a lieu de maintenir la confidentialité des informations portant sur les prêts ou les autres facilités de liquidité accordés par une banque centrale à un établissement de crédit particulier, y compris l’aide d’urgence en cas de crise de liquidité, afin de contribuer à la stabilité du système financier dans son ensemble et de préserver la confiance du public en période de crise ». Et un peu plus loin : « Le bon fonctionnement du système financier impose une exception claire, étant donné qu’une évaluation de la nécessité de divulguer l’information au cas par cas est susceptible de mener à une impasse lorsqu’une réaction rapide s’impose ».

Priver le public (citoyen et contribuable) de son droit à l’information au nom de l’ordre et de l’efficacité, voilà qui en dit long sur l’idée que certains se font de la démocratie. On sait aussi où cela conduit parfois.

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Chut ! On sauve les banques…

  1. Germain dit :

    En effet, une nouvelle crise ou plutôt la suite calamiteuse de celle dont on est en plein dedans va être terrible et va faucher beaucoup de gens qui n’y sont pour rien…

    Tout cela parce qu’on a pas laissé ceux qui ont menti, triché et magouillé payer leurs actes !

    Tout cela va se terminer par des révoltes civiles car les populations en ont marre de payer les pots cassés par d’autres, surtout avec le manque de transparence qui s’accentue tant au niveau des gouvernements que des banques centrales…

    Une nouvelle révolution de la pauvreté imméritée contre la richesse qui l’est bien plus est en marche et il y aura beaucoup, beaucoup de victimes !

    A bon entendeur salut et n’oubliez pas de cultiver un potager, qu’on viendra vous piller de toute façon…

  2. beauland dit :

    pour faire suite à l’article, et pour confirmer, le nom du président de la banque centrale européenne est Trichet, je trouve que cela lui va très bien dans cette affaire. n’était ce pas lui sauf erreur qui dirigeait le Trésor français et valida les comptes du crédit lyonnais alors que celui-ci était manifestement en faillite ? il me semble bien que c’est lui !!!
    manifestement après de bons et loyaux services auprès de l’étatocratie française, qui nous ont coûté des sommes faramineuses en tant que contribuables, il a reçu un bâton de maréchal dans l’Europe, et il est bien entendu pour cette caste arrogante qui est censée gérer les institutions et l’argent des « couillons » et le menu peuple doit rester à l’écart de la connaissance des manipulations auxquelles elle se prête. voyons, c’est bien connu, les nigauds ne comprennent rien et il faudrait même un permis d’électeur comme sous napoléon III, où seuls les détenteurs d’un certain revenu avaient le droit de voter…

  3. Jean LENOIR dit :

    Oui, Messieurs, vous avez totalement raison. Au lieu de sauver les entreprises, les Etats se sont inutilement senti obligés de sauver les banquiers.
    Les banquiers ne seront, in fine, pas plus riches que nous lorsqu’avec quelques millions ou milliards ils ne pourront que se payer un café.
    Mais, à la différence d’autres personnes, ne sachant rien faire d’autre que de l’ingénierie financière tordue, ils feront peut-être partie de ceux qui viendront piller votre potager.
    Cela risque de devenir Fort Chabrol chez monsieur tout le monde et, peut-être, la mode des têtes sur des piques reviendra-t-elle ?…

  4. olg1024 dit :

    Monsieur le Journaliste, vous dites :
       « Priver le public de son droit à l’information au nom de l’ordre et de l’efficacité, voilà qui en dit long sur l’idée que se font certains de la démocratie. On sait aussi où cela conduit parfois. »
       
    A quoi sert Clearstream ?
       Pour donner une suite à votre article, pouvez-vous nous expliquer d’une manière simple à quoi sert Clearstream ? Nous savons bien que l’affaire dans l’affaire que l’on a eue dans les médias n’a rien à voir avec l’affaire elle-même !
       
       C’est un petit peu comme l’histoire du voile ou de la burqa, cela sert à éviter de parler du fond…
       Qu’on se rassure, au cas où on s’ennuierait, après s’être tapé pendant un mois des nouvelles du petit bobo de Johnny Halliday, on nous ressort l’affaire Grégory, fait divers qui a maintenant plus de 25 ans ! Bon c’est vrai, c’est triste l’histoire de ce petit enfant. Mais ils nous ont bassiné avec cette affaire pendant au moins trois ans, et maintenant, ils remettent ça ! Quand on tient une bonne affaire…

  5. Thierry Dewulf dit :

    Le drame c’est que les Etats ne sont plus en mesure de résister à tous ces groupes d’intérêt qu’ils ont laissé faire. Nos politiciens sont dorénavant des marionnettes manipulées par des requins sans scrupules. Peut-être se rendra-t-on compte qu’il eût fallu racheter les bons départements des banques pour en constituer de nouvelles et laisser les banques crever avec leurs poisons.

    Enfin la vraie mesure serait certainement d’empêcher la revente de contrats à terme, fini la spéculation et fin du risque systémique et de la pieuvre tentaculaire. Mais aucun politicien n’oserait même envisager de réellement s’attaquer au financier…jusqu’aux troubles sociaux qui vont inévitablement suivre avec tous les débordements…mais aussi un salutaire nettoyage.

  6. kerma dit :

    voir Platon philosophe grec

    la république selon Platon/la vérité est-elle plus profitable que le mensonge ? oui selon Platon mais comme il le dit si bien en cas de guerre doit-on dire aux soldats qu’ils mourront au combat ?

  7. olg1024 dit :

    Monsieur le Journaliste,
       Un article qui peut vous intéresser :
    http://www.quebecoislibre.org/10/100115-9.htm
    Des lois, de nouveaux impôts et le retour de la corvée
    Par Michel de Poncins – Le Québécois Libre (15/01/2010)
       
    Il commence comme cela :
       « L’essentiel, c’est d’abord la complexité fabuleuse avec le torrent de lois, de décrets d’application et de circulaires qui continue à nous étourdir. Ces fabricants abusifs de la loi ne savent donc pas ou ne veulent pas savoir que les réglementations ruinent la population française. Dans la nouvelle mouture, y a-t-il 500 pages à lire ou 1 000 ? Personne ne le saura jamais. »

       « Nous avons déjà dit et il faut répéter que la paupérisation du peuple français est entièrement de la responsabilité des gouvernements successifs et pas du tout due au hasard et à la nécessité, comme la propagande officielle essaie de nous le faire croire. »
       
    Après avoir parlé des niches fiscales et aussi des nombreux cadeaux, l’article se termine par ceci :
       « C’est au moment où sortent ces chiffres que les médias nous parlent de 3 500 000 personnes qui sont en état de « précarité énergétique »: elles ont des problèmes à payer leur facture d’électricité, devant parfois choisir de ne pas se chauffer, même si elles ont des nourrissons et, ceci, pour payer d’autres dépenses plus urgentes.
       
       Ce fait brutal montre l’extrême cruauté du pouvoir politique à l’égard du peuple français qui, s’il était libéré, aurait tous les moyens, crise ou pas, de connaître la prospérité pour tous. »
       
    Les Québécois n’ont pas peur de dire les choses.

    Par Michel de Poncins – Le Québécois Libre (15/01/2010)
    http://www.quebecoislibre.org/10/100115-9.htm

  8. confidence dit :

    Le secret est la marque de fabrique des banquiers, ils font toujours leurs petites affaires entre eux.
    Les banquiers centraux sont des banquiers. Ils se sont rassemblés (eux ou leurs représentants) ce week-end à Sydney dans la plus grande discrétion… se préparent-ils au grand crash??

    cf. Herald Tribune

    http://www.heraldsun.com.au/business/world-bankers-meet-in-sydney-as-recovery-fears-intensify/story-e6frfh4f-1225827280461

  9. Kittoidonc dit :

    Merci pour ce partage, intéressant comme Blog.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s