Guerre des changes : la phrase de Paul Krugman

« Toutes les crises financières qui ont eu lieu depuis la fin de la dernière guerre mondiale ont été résolues grâce à un boom des exportations […] malheureusement, cette fois-ci la crise est globale et nous n’avons pas découvert de planète vers laquelle exporter ».

Paul Krugman, prix Nobel d’économie

(Source : Evariste Lefeuvre, « QE choisir« )

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Monnaies, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Guerre des changes : la phrase de Paul Krugman

  1. hook23 dit :

    Tim Geithner en bon porte-parole de l’oligarchie financière, a soutenu mardi qu’il n’y avait « aucun risque » de voir le monde se livrer à une guerre des monnaies…

    Et moi je lis dans le FT (Financial times) que déjà 25 pays ont dévalué leur devise EN UNE SEMAINE.

    http://ftalphaville.ft.com/blog/2010/10/13/368416/25-interventions-in-a-one-week-band-redux/

    Je cite : « Within a single week 25 nations have deliberately slashed the values of their currencies. Nothing quite comparable with this has ever happened before in the history of the world. This world monetary earthquake will carry many lessons. »

    —–> « Rien de comparable à cela ne s’est jamais produit dans l’Histoire de l’humanité ».

    Prochaine étape : la guerre ? le crash du système ? Wait and see…

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s