Le libre-échangisme détruit l’Europe

On nous le dit et on nous le répète : hors du libre-échange, point de salut ! Derrière cette fausse évidence, il y a une idéologie, presque une religion : le libre-échangisme. Cette idole des temps modernes voudrait effacer de nos esprits l’idée même de frontière, de différence. Pourtant, l’histoire nous enseigne que les grandes puissances économiques se sont construites grâce à un protectionnisme rigoureux. La Chine, les Etats-Unis défendent farouchement leur marché intérieur. Seule l’Europe, souligne Hervé Juvin, semble croire dans l’idéal d’une concurrence pure et parfaite. Par naïveté, elle est en train de perdre la maîtrise de son patrimoine économique et financier, et, surtout, de son destin.

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Environnement, Matières premières, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le libre-échangisme détruit l’Europe

  1. Gerald dit :

    L’Europe plus royaliste que le roi : c’est une passoire pour les mouvements de capitaux (cf. concession récente de Lagarde à Geithner), les échanges de biens & services, les flux migratoires, etc. etc…. sans oublier bien sûr la guerre des monnaies qui fait rage actuellement : car quelle est la seule zone économique qui se refuse à pratiquer un protectionnisme déguisé à travers la dévaluation de sa monnaie ? L’Europe !

  2. direct dit :

    Le problème vient de la disparition de la préférence communautaire fondée par le Traité de Rome en 1957 ; les Américains l’ont toujours combattue au nom du « libre-échange », en fait pour favoriser leurs propres intérêts.
    Elle a été démantelée. Résultat, ce libre-échangisme intégral qui ruine l’ économie européenne.

  3. Elian dit :

    La maîtrise de son destin….. hum, je me demande : l’a t elle jamais eue ?? Les Etats-Unis d’Europe, comme on dit, ne sont selon moi que l’Europe des Etats-Unis.

  4. @Gerald

    Je partage votre point de vue : l’Europe est de loin la région du globe la plus libre-échangiste, d’une façon qui confine à l’angélisme dogmatique. Cela tient naturellement au fait que l’Europe n’est pas un Etat constitué mais une simple union commerciale et monétaire.

    Elle se rend compte aujourd’hui que ses pseudo-partenaires, en réalité concurrents sans scrupules, ne la suivent pas du tout sur ce terrain.

    Voir cet article de l’Expansion, « L’Europe victime du protectionnisme mondial ? » :

    « 223 mesures de restriction des échanges sont actuellement appliquées par les principaux partenaires commerciaux des pays de l’UE. Les secteurs les plus fortement touchés sont l’agroalimentaire et l’automobile.

    La Commission européenne a exhorté lundi 25 octobre ses partenaires commerciaux à lever leurs barrières protectionnistes afin de ne pas pénaliser la reprise mondiale, en présentant un rapport sur ce sujet à l’approche du sommet du G20 de Séoul.

    « La reprise économique étant encore fragile, les grandes économies mondiales doivent lever les mesures de restriction des échanges qui entravent la croissance. Nous devons supprimer ces obstacles, afin que l’économie mondiale se redresse », a estimé le commissaire européen au Commerce Karel de Gucht, cité dans un communiqué. « Le G20 devra endosser un rôle de chef de file sur cette question lors du sommet de Séoul » les 11 et 12 novembre, a-t-il ajouté.

    Selon un rapport de la Commission publié lundi, les principaux partenaires de l’UE ont mis en place 332 mesures de restriction des échanges depuis le début de la crise financière en 2008. La Commission en dénombrait une centaine de moins (223) à l’automne dernier.

    Sur la seule période comprise entre mai et septembre 2010, 66 nouvelles mesures ont été introduites, en dépit de la reprise économique dans de nombreux pays, souligne-t-elle. Par ailleurs, à peine 10% des mesures protectionnistes (37) mises en place depuis l’automne 2008 ont été supprimées, contrairement aux engagements pris par le G20, le forum des vingt principaux pays développés et émergents de la planète, regrette-t-elle.

    Les mesures prises en compte vont des interdictions d’importation à l’augmentation des droits de douane ou aux politiques incitant à acheter des produits nationaux. Elles proviennent essentiellement de Russie (60) et d’Argentine (62), suivies par l’Indonésie (34), les Etats-Unis (23) et la Chine (20). Par ailleurs, l’exécutif européen se dit toujours préoccupé par la politique d’incitation à l’achat de produits nationaux, avec de nouvelles mesures prises par le Brésil.

    Les secteurs les plus fortement touchés sont l’agroalimentaire (54 mesures), l’automobile (42), l’acier et autres métaux (39), les services (35) et le textile et l’habillement (35). Le rapport de la Commission porte sur 30 partenaires commerciaux de l’UE, sur la période allant d’octobre 2008 à septembre 2010. »

  5. Oui dit :

    Euro fort et libre-échangisme = les 2 facteurs du déclin catastrophique de l’Europe.

Répondre à Gerald Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s