La BCE dans le sillage de la Fed ?

Contrairement à ce qu’on croit parfois, le quantitative easing n’est pas une exclusivité de Ben Bernanke. Nicolas Doze évoque dans sa chronique la « petite entourloupe » de la banque centrale européenne : le rachat massif de titres irlandais et portugais au moment même (jeudi) où Jean-Claude Trichet tenait sa conférence de presse. Objectifs : détendre sensiblement les taux des emprunts et renforcer l’impact des propos tenus par M. Trichet… c’est-à-dire faire monter les marchés.

Evidemment, les sommes en jeu ne sont pas du même ordre que dans le cas du QE américain. Quoique Jean-Claude Trichet se soit refusé à en révéler le montant – « le programme se poursuit », a-t-il déclaré sans plus de détails -, on sait que les rachats se sont faits par tranches de 100 millions d’euros, soit quatre fois plus que précédemment, pour un total estimé par certains à 5 milliards d’euros sur trois jours.

Cette monétisation de la dette, moins massive que certains ne le voudraient, sera-t-elle appelée à prendre malgré tout de l’ampleur avec le temps ? On voit mal comment l’Europe pourrait y échapper, sauf à se résoudre à ce qui, pour de nombreux économistes, est la seule issue viable : le défaut de paiement des Etats en grande difficulté et leur sortie de l’euro.

Faillite ou inflation ? Il n’y a pas trente-six solutions. La BCE ne pouvant tenir indéfiniment le rôle de prêteur en premier et dernier ressort et l’Allemagne étant viscé-ralement opposée à l’inflation, on pariera plutôt, sans prendre trop de risque, sur le scénario d’un éclatement de la zone euro.

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, Monnaies, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour La BCE dans le sillage de la Fed ?

  1. Andreas dit :

    Voir cet entretien dans le Figaro avec Justin Knight, spécialiste des obligations européennes chez UBS :

    « Selon nous, la crise sur le marché des dettes d’État va continuer à empirer et atteindre des niveaux encore jamais vus. Jusqu’à un point de rupture mettant en danger la survie même de la monnaie unique. A ce moment-là, les dirigeants européens seront dos au mur et devront prendre les décisions nécessaires pour sauver l’euro. C’est-à-dire abroger l’article 125 du Traité de Lisbonne interdisant le sauvetage financier d’un pays membre. »

    Jusque là, c’est à priori envisageable, encore que la cour constitutionnelle allemande pourrait dire niet. C’est après que je ne suis plus vraiment d’accord :

    « Il faudra alors persuader deux groupes d’Européens. Les nordiques (Allemagne, Pays-Bas, Autriche) devront accepter de signer des chèques pour les pays moins vertueux. Les pays de l’ouest du continent (Espagne, France,…) devront se résoudre à perdre une partie de leur souveraineté, capitulant une partie de leurs liberté budgétaire. Seule la gravité de la crise pourra convaincre les deux groupes de pays de prendre ce chemin. »

    Perdre sa souveraineté pour au final signer des chèques au profit des maillons faibles de la zone, ça m’étonnerait que les Allemands acceptent !

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/12/07/04016-20101207ARTFIG00728-dettes-la-crise-va-empirer.php

    D’ailleurs Angela s’est opposée vigoureusement à l’augmentation du fonds de secours lors de la réunion des ministres des finances avant-hier. Idem pour l’émission d’euro-bonds (euro-obligations), une manière de faire comprendre que les Allemands ont assez donné et qu’il n’y aura jamais de fédéralisme budgétaire.

    Les euro-bonds reviennent à faire bénéficier tous les États d’un taux unique. «La concurrence entre des taux d’intérêt est une incitation à respecter les critères de stabilité», a dit la chancelière. Elle connaît la parabole : quand on met dans un même sac des pommes pourries et une pomme saine, cette dernière ne peut que se gâter.

    Des rumeurs insistantes font état d’un possible clash définitif entre Berlin et les autres capitales européennes.

    Et si l’Allemagne avait décidé d’abandonner à leur sort les pays du Club Med ?

    http://www.rebelles.info/article-alerte-rouge-berlin-jette-l-eponge-62574100.html

  2. Côté américain la fuite en avant continue… Le QE2 à peine entamé, on annonce déjà un possible QE3 !

    Si la croissance reste faible et le niveau du chômage trop élevé, a dit Ben Bernanke, la Fed pourrait aller au-delà des 600 milliards de dollars d’achats d’obligations pour faire baisser les taux longs…

    No comment.

  3. Dim dit :

    La BCE envisage une augmentation de capital.

    La Banque centrale européenne (BCE) envisage de demander une augmentation de son capital aux pays membres de la zone euro, ont indiqué des sources proches de la BCE. La banque centrale de la zone euro a annoncé lundi avoir acquis pour 2,667 milliards d’euros d’obligations lors de la semaine au 10 décembre, contre 1,965 milliard la semaine précédente, ce qui porte ses rachats totaux à 72 milliards d’euros. La Grèce et l’Irlande ont ou vont recevoir un total de 195 milliards d’euros, des fonds fournis par l’Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI). Bon nombre d’analystes pensent que le Portugal sera bientôt le prochain sur la liste.

    http://www.lejdd.fr/Economie/Depeches/La-BCE-envisage-une-augmentation-de-capital-242851/

  4. alex dit :

    L’Europe définie comme une « fédération de la dette », j’aime bien l’expression…

  5. Piglet dit :

    voilà on y est, la BCE achète à tour de bras de la dette des PIIGS… la BCE est une bad bank qui monétise comme la Fed…

    « C’est désormais officiel : la BCE a ramassé l’équivalent de 10 milliards d’euros de dettes souveraines du 10 au 15 janvier… c’est-à-dire la quasi-totalité du papier mis aux enchères par les PIGS la semaine dernière. »

    http://www.la-chronique-agora.com/articles/20110118-3333.html

    La zone euro passera-t-elle le printemps ?

    http://www.solidariteetprogres.org/article7352.html

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s