Le Ponzi obligataire craque de partout

Une série de nouvelles plutôt inquiétantes est venue confirmer ces jours-ci l’essoufflement de la cavalerie financière (ou schéma de Ponzi) qui permet aux pays occidentaux de se refinancer à l’infini en dépit de leur insolvabilité  :

  • Les Etats-Unis envisagent de lancer des emprunts à 100 ans ! Comme le dit Marc Fiorentino, « cela consiste quand il n’y a plus de place sous les lits et les meubles pour planquer la poussière, à la descendre à la cave. C’est un peu la technique du traitement des ordures à Naples. Au lieu de réduire la dette, on continue à emprunter en se disant qu’au moment de rembourser, ce sera le problème de l’arrière petit-fils d’Obama ou de Tim Geithner… »

  • Les fonds d’investissement vont se désengager des titres obligataires dont le rapport est presque nul et qui comportent trop de risques, Bill Gross par exemple ne s’est pas gêné pour le dire. Le patron de Pimco, le plus grand fonds obligataire mondial, parle dans son dernier Investment Outlook d’un pacte avec le diable (« devil’s bargain ») pour qualifier les politiques actuelles. Les capitaux iront s’investir sur les marchés actions des pays émergents et dans les monnaies à fort rendement.
  • La Fed tient à bout de bras les émissions obligataires du Trésor, prenant de plus en plus le relais des Chinois qui reportent désormais leurs investissements vers l’euro et, surtout, vers les actifs tangibles (or, argent, mines, pétrole, infrastructures, etc.). Recherchant désespérément des créanciers, la banque centrale américaine vient même d’accepter la Société Générale dans la liste de ses primary dealers !
  • Meredith Whitney, l’oracle des marchés, est attaquée pour avoir osé mettre en garde contre la faillite à venir de 50 à 100 municipalités américaines. On l’accuse d’avoir provoqué la récente fuite des investisseurs devant les muni-bonds…
  • Bien que Ben Bernanke s’efforce de les maintenir le plus bas possible au moyen du quantitative easing (selon Thomas Hoenig, la Fed discuterait déjà d’un QE3 !), les taux d’intérêt à long terme, actuellement, remontent…
  • Enfin, dans la zone euro, les discussions n’en finissent pas sur les bouées de sauvetage à mettre en place pour sauver de la faillite des pays périphériques proches de la rupture, et dont on sait, malgré les discours officiels lénifiants, que les taux de refinancement sur les marchés flirtent de nouveau avec leurs records historiques… La BCE continue de monétiser la dette et même la banque centrale irlandaise est autorisée à créer de l’argent pour le prêter à ses banques, menacées par le bank run en cours, sans passer par Francfort !

Conclusion : gare au krach obligataire ! Il faut être bien conscient des conséquences qu’un tel effondrement aura pour l’épargnant moyen, et je ne parle pas de l’inflation…


Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, Matières premières, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Le Ponzi obligataire craque de partout

  1. furyo dit :

    dans 10 à 15 ans…. je le trouve un peu optimiste F. Lenglet.

  2. Arverne dit :

    Meredith a raison, ces hypocrites de Congressmen lui cherchent des poux mais elle n’est pas la seule à dire la vérité, il y a aussi le nouveau gouverneur du Michigan qui l’a dit en novembre :

    « Des centaines de municipalités pourraient faire faillite dans les 4 ans »

    http://www.businessinsider.com/rick-snyder-hundreds-bankruptcy-2010-11

    La première ville à faire faillite dans le Michigan : Hamtramck, qui ne peut plus faire face au paiement de ses employés municipaux et de ses retraités depuis le 31 janvier. Elle a demandé l’autorisation de se déclarer en faillite.

    http://www.businessinsider.com/hamtramck-bankruptcy-2010-11

  3. Emailing dit :

    Quelles seraient justement les conséquences d’un krach obligataire pour l’épargnant moyen ?

    • jerome dit :

      C’est très simple, Emailing :

      1. d’un point de vue général, si le prix des obligations s’effondre par suite de la remontée massive des taux, c’est la ruine de tous les Etats surendettés du monde (il y en a énormément) : le fardeau de la dette devient insupportable, plus personne ne veut acheter de la dette publique et les Etats font défaut ou bien le contribuable est mis à contribution via la confiscation de toute ses richesses, épargne, etc.

      2. d’un point de vue particulier, les supports d’épargne reposant sur de l’obligataire, par exemple les assurances-vie, voient leurs rendements au mieux chuter très sensiblement, au pire disparaître ; et certaines compagnies d’assurance-vie font faillite suite aux pertes massives… je vous rappelle que les compagnies d’assurance ont des milliards d’euros de dette publique portugaise, espagnole, etc.
      Que devient le capital des épargnants français dans ce cas ? il est laminé.

  4. Jean LENOIR dit :

    Des antipodes…

    Pensez à reconvertir votre vie lorsque l’argent ne valant plus rien, ce n’est pas avec de la monnaie que vous pourrez acheter… quoi d’ailleurs ?

    Ceux que je plains le plus sont finalement les traders, les rois des bonus extravagants et qui en général ne savent rien faire d’autre…. que de l’argent. A preuve du contraire l’argent papier est mal supporté par l’estomac.

    Des premiers consommateurs… ils passeront au statut de fouilleurs de poubelles… ou se jetteront par la fenêtre.

    Jean LENOIR

  5. Vertigo dit :

    Obama veut voler au secours des états insolvables qui ont emprunté des milliards au gouvernement fédéral pour pouvoir payer les indemnités chômage pendant la crise…. 30 états si j’ai bien compris qui auraient emprunté 42 milliards de dollars…

    Comme le gouvernement fédéral est déjà lui-même insolvable, à mon avis ça va obliger la Fed à acheter encore plus de bons du Trésor…. Vive le quantitative easing !!!

    http://www.nytimes.com/2011/02/09/us/politics/09states.html?_r=3&smid=tw-nytimesbusiness&pagewanted=all

  6. StopCrazy dit :

    La France aussi !! Dans les Echos j’ai lu que l’Agence France Trésor, qui gère le placement de la dette française, ne serait pas contre l’idée de lancer des emprunts d’Etat à 100 ans…

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0201132521155-philippe-mills-une-base-d-investisseurs-diversifiee-est-un-critere-de-bonne-sante-.htm

    • Oui, j’ai lu ça dans l’excellent blog de Philippe Herlin. Je cite son commentaire :

      « Les emprunts les plus longs sont actuellement de 50 ans, ce qui est déjà considérable, alors un siècle ! S’endetter sur 100 ans, cela veut dire payer beaucoup plus d’intérêts que ce que rapporte l’emprunt. Mais cela signifie surtout faire reposer nos déficits actuels sur les épaules de nos arrières-petits enfants ! C’est totalement irresponsable, c’est une fuite en avant, un mépris total des générations futures. »

      Il appelle ensuite à signer une pétition en ligne contre ces emprunts à 100 ans :

      « Nous demandons au Ministre de l’économie (dont dépend l’AFT) et au Président de la République de ne pas autoriser l’émission d’emprunts d’Etat de 100 ans, et à l’avenir de ne plus dépasser 30 ans. La priorité doit être la réduction des déficits et la stabilisation puis la baisse de la dette publique.

      Signez et faites signer la pétition (dans la colonne à droite) ! »

      http://ladettedelafrance.blogspot.com/2011/02/petition-non-des-emprunts-detat-100-ans.html

  7. Comod dit :

    Le reflux sur l’assurance vie a commencé : « Le livret A décolle, l’assurance-vie plonge »

    http://www.lavieimmo.com/placement-immobilier/placement-le-livret-a-decolle-l-assurance-vie-plonge-10626.html

    Il était temps car 2/3 de l’épargne des Français est investie dans les supports assurance vie.

    Un passage de l’article est trop drôle !

    « Curieusement, ce sont les supports en euros qui ont montré leur faiblesse, en « forte diminution (- 14 %) avec 9,6 milliards d’euros collectés », indique la FFSA. »

    Curieusement ?? Tu parles Charles…

  8. isdel dit :

    Roubini du même avis que Meredith Whitney, prédit 100 milliards de dollars de défauts dans les munibonds….

    http://www.cnbc.com/id/41864279

  9. Vertigo dit :

    Jim Willie…. analyse lucide de la fragilité extrême du système, qui ne tient plus que par la fausse monnaie… : le moindre accroc et tout s’effondre

    « Il suffirait que les rayons nourriture des supermarchés se vident et que les stations essence ferment leurs portes pour que les derniers bastions de nos gouvernements formés d’oligarchies bancaires s’effondrent. Observez la chute des obligations municipales comme l’amorce de l’implosion des états et villes aux Etats Unis. L’impact semi-permanent du marché baissier de l’immobilier n’a qu’un effet local. L’interruption des chaînes de ravitaillement démontrera que les banques n’ont pas d’argent, particulièrement dans leurs distributeurs. Le problème est autant un problème de ravitaillement que de solvabilité des banques.

    Le coût de la monnaie, les politiques de coordination des banques centrales et les systèmes de contrôle des gouvernements sont les derniers bastions permettant au système fiduciaire de se perpétrer et de perdurer. De la monnaie à taux zéro s’est vue désespérément jetée dans le système, représentant des trillions de dollars sans la moindre valeur, en majorité par de grosses banques Américaines en quête d’un remède.

    D’un point de vue global, il s’agit là d’une véritable comédie. Comme Rob Kirby l’avait écrit, « C’est comme porter 100 litres d’eau dans le désert pour les y verser sur le sable espérant favoriser la croissance. Rien ne se produit, rien ne croît, et les gens finissent par mourir de soif ». C’est là l’apogée de la folie des méthodes Keynésiennes, méthodes que Keynes même n’avait en réalité pas préconisées. »

    Jim Willie, « Les derniers bastions »

    http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-Les-derniers-bastions.aspx?langue=fr&article=3280780992G10020

  10. Conclusion : gare au krach obligataire ! Il faut être bien conscient des conséquences qu’un tel effondrement aura pour l’épargnant moyen, et je ne parle pas de l’inflation…

    Cela me rappelle les prévisions sur la fin du dollar que l’on entend depuis une dizaine d’années ou le prix de l’or annoncé à 2000 US$, malgré toutes les techniques de manipulation du marché par le cartel bancaire qui prend un malin plaisir à déjouer les prévisions des économistes aussi doués pour distiller la peur du lendemain que pour entretenir la liquidité du marché au détriment des petits joueurs qui ont toujours un métro de retard sur les gros.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s