Quand et comment les orfèvres devinrent banquiers

Pour comprendre comment naquirent les banques, l’argent-dette, les réserves fractionnaires et l’effet de levier…

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 55 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Monnaies, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Quand et comment les orfèvres devinrent banquiers

  1. M.H. dit :

    3:05
    C’est faux. D’après Selgin, ce n’est pas comme cela que naquirent les réserves fractionnaires.
    Je recommande vraiment de lire ce document (gratuit)
    http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1589709

    J’en ai également traduit une partie sur mon blog :
    http://analyseeconomique.wordpress.com/2010/12/13/quand-la-reserve-fractionnaire-nest-pas-une-fraude/

    L’idée centrale est que peu importe que les gens savent ou ne savent pas. Il y a fraude dès l’instant où le dépôt résulte en un transfert de possession. Or, il semblerait qu’un dépôt est un transfert de propriété. Autrement dit, le banquier a le droit d’utiliser votre argent comme bon lui semble.
    C’est précisément ce qui distingue la banque dépôt et la banque de prêt. La première est gardienne de votre or, elle vous restitue les « mêmes pièces » que celles déposées car le dépôt n’est pas un transfert de propriété. Puisque la banque ne peut pas prêter et investir cet argent, vous devez payer des frais d’entreposage. La deuxième vous restitue la « même somme » que celle déposée, car il y a eu échange de service. Vous déléguez la propriété de vos biens pour en échange recevoir des intérêts sur vos dépôts. Vous n’êtes plus en mesure de réclamer quoi que ce soit étant donné que vous n’êtes plus propriétaire des biens que vous avez déposés. En d’autres termes, si la réserve fractionnaire est une fraude, toute chose égale, l’activité de prêt devient elle-même une fraude.
    Ce n’est manifestement pas le cas.

  2. Jean LENOIR dit :

    La création du système de la monnaie repose sur une nouvelle forme de confiance, laquelle excède la contrepartie au pair de la richesse acquise et déposée. Il est clair qu’entre une banque et un escroc, la subtilité est que la première est reconnue, et, que le deuxième finit par être démasqué.
    Parfois, et même de plus en plus souvent, les pratiques d’escroc sont découvertes au sein du système bancaire (LEHMAN BROTHERS) ou même la complicité implicite du système avec un MADOFF. Il y a quelque temps j’ai écrit que « banque sans conscience n’est que ruine de l’âme et …a fortiori de l’humanité ».
    Le système de la monnaie apporte le système du crédit au-delà de la garantie du dépôt. Il est clair que la rémunération du banquier doit faire abstraction de l’appétit laquelle rémunération doit être à une mesure claire et raisonnable du dossier de prêt. Le prêt devrait, à mon sens, toujours impliquer tant la garantie du banquier (sur ses gains présents et antérieurs – et non celle des autres déposants) que de l’emprunteur (sur les garanties spécifiques de son prêt).
    Hélas l’époque nous montre que l’éthique du gain mérité a complètement disparu – pis les banquiers ont su créer toutes sortes de produits et d’effets de levier, se rendant complice des appétits insensés des clients et des clients-état. Le résultat est une indigestion fatale généralisée.
    Fort probablement nous ne sommes plus très loin de l’effondrement cataclysmique généré par les déviations du gain à la hausse et à la baisse: la mathématique des intérêts composés (même faible) va se révéler d’une impitoyable brutalité, au moment de l’implosion du système. Les faiseurs d’argent (toujours gagnants) verront leur fortune fiduciaire laminée et il est fort à parier, tant l’aimant du gain est puissant, que fort peu d’entre eux auront la sagesse de convertir, à temps, leurs énormes prébendes en biens solides et en or.
    L’hyperinflation, la vraie, celle où le prix de la baguette monte à 50 milliards d’euros lamine la folie des grandeurs et l’incurie de la mise aux oubliettes du simple bon sens.

    Quel système pourra naître à l’issu du Grand Effondrement ? Franchement, je ne sais pas, mais pourquoi pas la création d’un nouveau réseau d’orfèvres lesquels commenceront par un ratio de couverture à 100%…

    …auquel se substituera, plus tard, s’il y a un plus tard, un ratio à 33% par exemple.

    Bonne journée

    Jean LENOIR

  3. Dan dit :

    Les banquiers sont des parasites sociaux, il faudrait interdire définitivement cette profession d’escrocs.

    Comme disait Rothschild : « Donnez moi le contrôle sur la monnaie d’une nation,et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois. »

  4. Jean LENOIR dit :

    Cher Dan,

    Je ne sais pas si un jour un Rothschild a eu le front de dire ce qui est écrit …ceci dit je vous crois tant cela ressemble au cynisme financier.
    Aussi je me souviens du Directeur d’une de mes banques qui en 2007 me disait que les états renfloueraient de plus en plus souvent les banques car il ne pouvait en être autrement (il est parti en retraite depuis – tant mieux pour lui, car je lui disais aussi ainsi qu’à mon chargé de compte qu’un temps viendrait où ils raseraient les murs car, aux « lampadaires », je pressentais que seraient pendus maints banquiers, sous l’effet de la vindicte populaire.

    Bonne soirée

    Jean LENOIR

  5. Jean LENOIR dit :

    Pourquoi est-ce que je n’indique jamais mon site kiwi ?! …allons, les banques sont si primitives et attendrissantes. Elles se font prêter à des taux grecs et plus (9% en moyenne) les capitaux dont elles ont besoin par les amis anglo-saxons lesquels spéculent sur le dollar néo-zélandais. En plus des earthquakes, nos braves amis vont boire le bouillon par un dollar asphyxié à la hausse.

    Jean LENOIR

  6. Dan dit :

    M. Lenoir,

    Je vous confirme, Rothschild l’a bien dit.

    Sinon bravo pour votre villégiature kiwi, ça donne envie d’aller y faire un tour, le site est très beau.

    • Jean LENOIR dit :

      Bonjour Dan,

      Merci. Loin de tout. Il y a des mauvais côtés : une lente bureaucratie contre- productive. Mais à côté de cela connaissez-vous un pays où vous auriez votre nom sur la plaque d’immatriculation de votre « vintage car » et « N ZEN » que je viens d’acheter pour ma TR4A ?
      La beauté des paysages et la gentillesse des natifs me font oublier les « vilains » de l’article d’Olivier (c’est comme ça qu’on s’appelle ici – petit ou grand) et tout pousse dans mon kitchen garden. Je vous laisse mon email lenoirjean@yahoo.fr.

      On pourra parler d’autres avenirs que ceux que nous révèlent nos banquiers.

      Bien cordialement

      Jean LENOIR

  7. Ping : Encore l’inflation… ! | Les 7 du Québec

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s