Guerre en Libye : les questions qui fâchent

Les vrais buts de cette guerre n’ont rien d’humanitaire, ils sont avant tout économiques et stratégiques. L’enjeu, c’est le pétrole et le contrôle de la région. Le journaliste belge Michel Collon revient dans Ce soir ou jamais sur les prétextes fallacieux qui servent à justifier les conflits décidés par les Etats-Unis ou par l’Europe. Du Vietnam à l’Irak, en passant par la Yougoslavie et l’Afghanistan, à chaque fois la guerre est précédée de nombreux « médiamensonges ».

               (Ce soir ou jamais, 21 mars 2011)

On se souvient du navire américain prétendument attaqué par deux navires vietnamiens dans le golfe du Tonkin, des fameuses « armes de destruction massive » en Irak, de Ben Laden terré dans les grottes de Tora Bora en Afghanistan, etc. Des mensonges purs et simples complaisamment relayés par des médias dépourvus de toute distance critique et déontologique. Ici on met en avant des massacres de civils pour lesquels aucune preuve ni aucune image n’a été avancée. A supposer même qu’une catastrophe humanitaire ait été sur le point de se produire, quid de ces autres régimes tyranniques qui au même moment oppriment leurs peuples en mal de progrès social et d’émancipation démocratique ? Que faisons-nous face aux exactions commises par la monarchie saoudienne, à Bahreïn, au Yémen ou en Syrie ? Et pour aller plus loin : en Chine, au Tibet ? Bref, comme d’habitude, c’est l’hypocrisie et le « deux poids, deux mesures ». Sans parler bien sûr des nombreuses victimes civiles que font et feront nos propres bombardements. Ni du risque de mettre le doigt dans un engrenage qui conduirait à une intervention au sol et à l’enlisement dans une guerre sans fin…

Une fois de plus, on a la preuve que les véritables buts de guerre sont à chercher ailleurs que dans la morale humanitaire et démocratique. Comme le dit Michel Collon dans cette émission, il y a de bons et de mauvais Arabes, et ce ne sont jamais les mêmes :  « Le bon Arabe c’est l’Arabe qui est à genoux, qui donne son pétrole aux USA et celui-là il pourra traiter les femmes en esclaves, commettre des tortures, du terrorisme ; celui-là on ne lui fera rien, parce qu’il dira toujours merci aux Etats-Unis et à Monsieur Sarkozy ».

Lire aussi : Libye : A-t-on bien mesuré les risques d’une guerre ?

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Matières premières, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Guerre en Libye : les questions qui fâchent

  1. Jean LENOIR dit :

    Très, très difficile de répondre à cet article. Oui nous savons tous que les guerres démarrent sur des prétextes… Personnellement, j’ai, bien entendu, le pressentiment qu’on ne va pas s’arrêter aux frappes aériennes – sans être aucunement un expert politique ou militaire.
    Oui le contrôle des matières premières devient, par la force des choses, un plus grand motif de disputes d’influence et de conflits potentiels.

    Ce qui me gène, c’est quand-même, la manière brutale qui prévaut dans tous ces pays, mais nous devons admettre que nous avons cautionné sinon mis en place ou financé ces dirigeants autoritaires et corrompus… Alors ?

    Ce qui me gène, ce sont aussi les « mesurettes » prises lorsqu’il s’agit de la Côte d’Ivoire, comparée à la Lybie, pour ne citer que cet exemple : le cacao n’est pas le pétrole !

    Cyniquement on peut se poser la question de savoir ce qui se passera lorsque l’or noir sera épuisé ou quasi épuisé.

    Que d’argent gaspillé depuis des décennies, lequel non consacré aux énergies renouvelables non polluantes, à se battre pour le bien-être immédiat de l’Occident se traduit par des additions pharaoniques destructrices de bien-être, de valeurs et de pertes de chance dramatiques pour l’avenir – c’est certain.

    Nous sommes, depuis un demi-siècle, largement en-dehors de nos pompes. L’addition sera très, très lourde – bientôt.

    Cordialement

    Jean LENOIR

  2. Orion dit :

    Rappelons-nous pas que Mr Obama est le dernier prix Nobel de la Paix (en date).

    Un prix Nobel qui fait la guerre à un Etat souverain sans même une déclaration de guerre, comme une simple opération de police dirigée par un gendarme planétaire….. Sur un soi-disant mandat de l’ONU et de la « communauté internationale » alors même que des pays aussi importants que la Chine, la Russie, l’Allemagne, l’Inde, etc. sont totalement opposés à cette guerre et parlent même de « croisade » !

    Ce misérable pantin sert ses maîtres, les vrais maîtres des USA et de la planète : les oligarques financiers, ces mondialistes qui avancent en ne prenant plus même la peine de mettre des gants.

    • Geraldine dit :

      @ Orion

      Pas sûr que le mondialisme ait déjà gagné la partie, ni même d’ailleurs la mondialisation (ou globalisation comme disent les anglo-saxons) en tant que simple phénomène de libéralisation totale des échanges et de la sphère financière…

      Ci-dessous la présentation du nouveau livre de Jacques Sapir, « La démondialisation » (à paraître le 07/04/2011 au Seuil) :

      « Le discours politiquement correct a installé l’idée que la « mondialisation » libérale (par la libéralisation des échanges et de la finance) était un « phénomène » quasi naturel dessinant le prochain cadre universel et éternel où se poursuivrait l’histoire de l’humanité. Cette « mondialisation » – que dans le reste du monde on dénomme « globalisation » – n’est en fait qu’un moment de l’histoire construit par une série de choix politiques inaugurée en 1973, avec l’abandon du système monétaire international de Bretton-Woods (1944). Et ce moment est en train de s’achever ! Loin d’avoir dispensé les prétendus bienfaits des « marchés libres », la globalisation en a manifesté la nocivité en plongeant les nations dans de multiples impasses économiques, écologiques, sociales et géopolitiques. Les pays émergents qui en tirent le plus grand profit, notamment en Asie, sont ceux qui déploient des stratégies de développement national en rejetant la « loi du marché », tout en profitant de la soumission volontaire ou forcée des autres pays à cette même loi. Ces deux évidences conduisent vers une déglobalisation inéluctable, chaque pays ayant un intérêt manifeste à déployer des stratégies nationales et à se prémunir contre les effets destructeurs de la libéralisation financière et du libre-échange. À défaut d’être pensée, cette déglobalisation peut se faire dans le désordre et l’affrontement des nationalismes. C’est à conjurer cette perspective que s’attache l’auteur en dessinant une déglobalisation articulée sur une nouvelle organisation du commerce international et de la finance internationale. »

      Jacques Sapir, directeur de recherche à l’École des hautes études en sciences sociales, a notamment publié Le Nouveau XXIe siècle, La Fin de l’Euro-libéralisme, Les Trous noirs de la science économique.

      http://www.bibliosurf.com/La-demondialisation

  3. Orion dit :

    Saviez-vous que la Reserve fédérale avait « prêté » des centaines de milliards de dollars à des banques, entreprises et organismes du monde entier à un taux de quasi zéro ? C’était des prêts d’urgence et de renflouement lors de la faillite du système financier, entre 2007 et 2010. La Fed vient seulement d’être obligée par un arrêt de la Cour Suprême des Etats-Unis de dévoiler le nom des heureux bénéficiaires.

    Et qui trouve-t-on dans le lot (parmi une foultitude de banques dont des banques… européennes et même françaises comme la BNP Paribas) ?

    L’Arab Banking Corp., dont l’actionnaire majoritaire à 59% est….. la banque centrale de Libye !!

    Le sénateur B. Sanders du Vermont s’en est ému : Comment diable se peut-il que 26 milliards de dollars de crédits et de prêts aient été consentis à une banque appartenant aux financiers de Kadhafi…. le chef d’Etat aujourd’hui voué aux gémonies et bombardé jusque dans sa résidence (pour raisons humanitaires, of course) ??

    Comment se fait-il que cette banque (qui opère en plus sur le sol même des Etats-Unis via 2 filiales implantées à New York !) ait échappé aux sanctions économiques qui se sont abattu sur la Libye pour faire pression sur le colonel ?

    Enfin, le pompon : tandis qu’elle empruntait de l’argent quasi gratuitement (à 0.25% exactement) à la Fed, cette Arab Banking Corp en prêtait au Trésor américain à 2 ou 3% d’intérêts par l’achat de Treasuries….

    Et pendant tout ce temps, les petits artisans ou les PME du fin fond des USA ne bénéficiaient eux d’aucun crédit…

    “It is incomprehensible to me that while creditworthy small businesses in Vermont and throughout the country could not receive affordable loans, the Federal Reserve was providing tens of billions of dollars in credit to a bank that is substantially owned by the Central Bank of Libya,” Sanders said.

    http://sanders.senate.gov/newsroom/news/?id=ece720e4-d5d6-4eff-937c-dcada784c3f9

    http://www.washingtonsblog.com/2010/12/fed-data-shows-b-of-and-wells-fargo.html

    http://www.zerohedge.com/article/bernanke-provided-billions-loans-gaddafi

    • Merci pour cette information très détaillée, qui valait la peine en effet d’être relevée.

      Je savais que la Fed avait « arrosé » dès le début de la crise financière une multitude de banques et d’institutions à travers le monde, mais j’ignorais que la Libye en avait bénéficié via une banque détenue par sa banque centrale. Et que les ficelles continuaient à être tirées aujourd’hui encore…

      Un indice de plus du jeu extrêmement trouble et des véritables motivations des Américains dans cette affaire de « l’intervention humanitaire » en Libye : de la Realpolitik, rien de plus… même s’ils tentent de l’enrober de considérations morales qui ne trompent plus personne.

  4. Alcide dit :

    C’est, plus précisément le 15 août 1971, que le président américain Richard Nixon, signe l’arrêt de mort du système monétaire international de Bretton- Woods en suspendant unilatéralement la convertibilité en or du dollar.
    Convertibilité qui était le pivot des accords qui faisait du dollar la monnaie d’échange internationale.

    http://www.ena.lu/richard_nixon-010703396.html
    http://www.wsws.org/articles/2001/aug2001/bw-a16.shtml

    a partir de cet instant , le cartel bancaire mondial , lire les propriétaires fondateurs de la FED , et par l’intermédiaire de leurs créatures , ont pu acheter le monde avec une imprimante et un peu de papier.

    http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/1/67/15/03/Rothschild/Conf-Ed-Griffin-Creation-FED.pdf

    http://www.google.fr/url?sa=t&source=web&cd=3&ved=0CC8QtwIwAg&url=http%3A%2F%2Fvideo.google.com%2Fvideoplay%3Fdocid%3D6507136891691870450&rct=j&q=la%20cr%C3%A9ature%20de%20jekyl%20island&ei=mUuYTaiRAZC5hAeY6qHsCA&usg=AFQjCNEUcXtZ9Z9ed1_xo9bS5UjuZIwITA&cad=rja

    Cool , facile d’être multi-milliardaire , cela ne demande pas de compétences particulières , juste suffisamment d’argent initialement pour payer les putains politiques qui écrirons les lois qui feront ainsi de la planète l’enfer de leurs esclaves , le reste de la population.

    http://www.ena.lu/richard_nixon-010703396.html
    http://www.wsws.org/articles/2001/aug2001/bw-a16.shtml

    La connexion rotshildienne s’étend en France avec les lois du 3 Janvier 1973 qui obligent l’état à emprunter à des banques privées , créant ainsi la dette publique , pour un service antérieurement fourni GRATUITEMENT par la Banque de France.
    Ces dispositions sont étendues à l’Europe par l’art 123 du traité de Lisbonne.

    http://www.societal.org/docs/dette-publique.htm
    LA CHARGE DE LA DETTE NOURRIT LA DETTE,
    pourquoi la dette est la rente des banquiers , pourquoi les déficits budgétaires sont systématiques ,entretenus par les systèmes politiques de gauche comme de droite.

    https://monnaie.wikispaces.com/Arnaque

  5. Geraldine dit :

    Il y a trois jours, l’ambassadeur des Etats-Unis et celui de la France se sont rendus « par solidarité » dans la ville de Hama, qui est en révolte ouverte contre Damas.

    Une provocation qui en a entraîné une autre, puisque des manifestants pro-Assad ont attaqué aujourd’hui les ambassades de France et des Etats-Unis à Damas.

    La France proteste que les autorités ont réagi trop lentement et mollement à ces attaques… mais n’est-ce pas de bonne guerre ? Paris et Washington font preuve à la fois d’ingérence et d’une énorme hypocrisie.

    Obama et Sarkozy, ces deux va-t-en guerre, semblent chercher un prétexte pour une nouvelle intervention militaire au Moyen-Orient. Un conflit armé avec la Syrie ? Ils seraient décidément complètement fous.

    http://allainjules.com/2011/07/11/syrie-france-clash-hypocrisie-arrogance-et-ingerence-francaise/

  6. Geraldine dit :

    Sarkozy, combien d’enfants avez-vous tués cette nuit ?

    Vive les bombardements « humanitaires »…

    http://www.michelcollon.info/VIDEO-Sarkozy-combien-d-enfants-as.html

  7. Bellion dit :

    Sarkozy, prince de l’or noir
    Mardi 6 Septembre 2011

    « Pétrole contre liberté : le président Nicolas Sarkozy a aidé à libérer la Libye du régime de Kadhafi. Maintenant, la multinationale française Total devrait profiter des riches gisements pétroliers du pays. Le groupe allemand Wintershall [filiale de BASF] monte au créneau », annonce en une l’Handelsblatt. Alors que l’après-Kadhafi s’organise en Libye, Nicolas Sarkozy entend s’affirmer comme « le prince parisien du pétrole », titre le grand quotidien économique allemand Handelsblatt : l’homme « qui assurera des contrats aux entreprises françaises, et en particulier au géant pétrolier Total ».

    « Il y a peu, les représentants d’une vingtaine d’entreprises françaises, parmi lesquelles Total, Suez ou GDF Suez, avaient fait le déplacement à Benghazi, le bastion de la rébellion. Dans les prochains jours, la chambre de commerce franco-libyenne va organiser une seconde visite en Libye, pour resserrer les liens avec les nouveaux détenteurs du pouvoir. Le président de la chambre de commerce, Michel Casals, évoque une ‘guerre économique’ dans laquelle il s’agit de ‘construire et renforcer la position française en Libye' », poursuit le journal. « Total veut devenir le nouveau numéro un. Et Sarkozy, qui l’année prochaine se présentera à sa succession, entend bien l’aider dans cette entreprise », souligne-t-il.

    source: Handelsblatt
    Mimoun Ennebati

  8. xavib dit :

    Berlusconi a déclaré que la rébellion libyenne qui a renversé Kadhafi, «n’a pas été un soulèvement populaire» mais un acte d’«hommes de pouvoir» décidés à le chasser !!!

    Incroyable mais vrai. Sarkozy a dû attraper des boutons….

    C’est dans le Figaro :

    « Cela n’a pas été un soulèvement populaire » comme dans d’autres pays nord-africains, « où un vent de liberté commence à souffler », a déclaré le Cavaliere devant des jeunes de son parti, le Peuple de la liberté, rassemblés à Rome. Au contraire, a-t-il observé, à Tripoli, « des hommes de pouvoir ont décidé de donner vie à une nouvelle ère en mettant Kadhafi dehors ». « Cela n’a pas été un soulèvement populaire parce que Kadhafi était aimé de son peuple comme j’ai pu le constater quand je suis allé en Libye ».

    Jusqu’au soulèvement au début de l’année, le président du Conseil italien avait entretenu des rapports étroits avec le régime libyen. La réconciliation avec le régime de Tripoli « m’a apporté la sympathie non seulement de la Libye mais de nombreux dirigeants de pays africains », et « ainsi nous avons pu consolider notre présence, importante pour les fournitures de gaz et de pétrole », s’est-il justifié devant ses jeunes partisans. »

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/09/09/97001-20110909FILWWW00609-libye-pas-un-soulevement-populaire.php

  9. Interview de Christian Graeff – ancien ambassadeur de France en Libye – sur France Culture, il y a quelques jours : pour lui, la mort de Kadhafi est un « assassinat politique » commis par l’OTAN, dont les responsabilités sont considérables dans le déclenchement et le déroulement de cette guerre.

    « L’épilogue sera long. Moi, je ne le verrai pas, je suis un vieil homme. Mais pour ce dont je puis en juger, je suis sûr qu’il y a matière à œuvre de justice, parce qu’on a entendu tellement de mensonges, il y a eu tellement de sophistication dans la médiatisation de la guerre menée par l’OTAN en Libye, au-delà, bien au-delà – ô combien au-delà – de la résolution 1793 des Nations unies, que les questions sortiront. Personne au monde n’est en état de les étouffer, ni en Europe, ni aux États-Unis, encore moins en Israël.

    (…)

    Les sources que j’ai m’autorisent à dire que les interventions armées de l’Alliance, de l’OTAN, ont été considérables. Et les simulacres, n’est-ce pas, la couverture que l’on a cherché misérablement, minablement avec le Qatar et d’autres émirats ou monarchies traditionnelles arabes, sont des dérisions. C’est une rigolade. Une sinistre farce ».

  10. Tenon dit :

    Renverser Kadhafi était leur seul but.

    L’OTAN est une organisation criminelle au service de l’empire américain.

    http://blogs.rtl.be/champselysees/2011/10/27/l%e2%80%99otan-voulait-la-mort-de-kadhafi/

    « Laisser ce type en vie le transformerait en véritable bombe atomique », voilà, d’après le journal satirique, généralement bien informé, ce qu’aurait dit le 19 octobre au téléphone, un colonel du Pentagone à l’un de ses homologues des services secrets français. Les américains grâce à leurs drones avaient déjà localisé Kadhafi depuis plusieurs jours dans un quartier de Syrte, ce qui explique la violence et l’acharnement des combats dans cette ville. D’après le Canard une cinquantaine d’hommes des forces spéciales françaises aurait été présente à Syrte pour retrouver le dictateur. Les ordres étaient de le livrer à « Renard ». « Renard » le nom de code d’une unité du CNT chargée de capturer Kadhafi.

    ……….

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s