Pour un protectionnisme européen

(émission du 23 mai 2011)

Morceaux choisis du débat entre Emmanuel Todd et Henri Guaino dans Ce soir ou jamais. Avec Jacques Sapir et Jean-Luc Gréau, Todd est l’un des seuls à développer une critique radicale du libre-échang(ism)e comme facteur de déflation salariale et de destruction des entreprises industrielles. Il plaide ici, de façon très convaincante, pour la levée de ce verrou idéologique et pour la mise en place d’un protectionnisme « raisonnable » (non autarcique) au niveau européen. Je suis d’accord avec lui, il faut cesser de présenter le protectionnisme comme une solution archaïque, contraire à l’innovation. Une telle révolution dans l’organisation des échanges ne se ferait pas en quelques jours, mais c’est ainsi qu’on redonnerait une perspective, et donc de l’espoir, aux peuples. En particulier à la jeunesse, dont la révolte commence à gronder en Europe. Evidemment, il faudrait pour cela que les divers Etats européens s’accordent sur le projet…

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Pour un protectionnisme européen

  1. BA dit :

    Les Etats européens ne peuvent pas s’accorder entre eux.

    Mardi 24 mai 2011 : aujourd’hui, deux Etats européens viennent de battre leur record.

    Portugal : record battu !
    Taux des obligations à 10 ans : 9,759 %.

    Irlande : record battu !
    Taux des obligations à 10 ans : 10,928 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

  2. Jean LENOIR dit :

    Consterné, consternant
    Ce soir, Cher Olivier, je vais briser des murs, des murs d’incompréhension voire de stupidité.
    TOUT D’ABORD : il est trop TARD. Les jouets économiques mondiaux sont complètement cassés et les peuples qui s’embrasent en ont marre.
    Je connaissais Emmanuel Todd de réputation mais une énormité se dégage de son discours, celui de l’utilité des fonctionnaires : en d’autres temps on considérait que le prélèvement de l’impôt c’était la DIME, et maintenant c’est plus que la moitié…
    En Nouvelle-Zélande, sur la mauvaise pente, les sphères économiques parlent de « small empires » : je vais plus loin les fonctionnaires sont de petites et néfastes dictatures dans l’Etat et ils contribuent à l’affaissement du dynamisme et de l’économie.
    Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils n’aiment pas l’économie mais le confort de leur position.

    Mon père, Jacques Lenoir (décédé en 2007 et qui aurait 93 ans) a connu à la fin de sa carrière à la DIME (curieux hasard : Direction des Industries Mécaniques et Electriques au Ministère de l’industrie, Avenue Franklin Roosevelt) Monsieur Guaino, jeune technocrate politisé, lequel croyait sans doute que le verbiage et la servilité politique étaient les meilleurs garants de la prospérité économique – parachuté après l’ENA (mon père était polytechnicien, de cette époque où les polytechniciens étaient des hommes de dossier et non de communication et de veaux d’or financiers – des hommes solides et consistants – pour prendre la succession de son patron décédé, poste qui aurait dû, à son mérite, lui revenir. C’était un ancien ingénieur de l’armement qui savait construire des canons, à SEVRAN, et qui avait participé au sabordage de la flotte à Toulon. Je n’étais pas toujours d’accord avec mon père, mais j’admirais en lui l’intégrité de son travail en profondeur. Je ne m’écarte pas : mais un homme qui a fait échouer la mainmise de Saint Gobain par BSN, montée par les politiques au nom des amitiés, de par une conversation saisie dans un couloir, ne peut pas être tout à fait un mauvais fonctionnaire… loin de là.

    Mon père me disait qu’il fallait se méfier de deux choses : la force perverse de la fonction publique, d’une part, et la rancune des politiciens.

    Aussi le protectionnisme (non Olivier, je n’oublie pas le sujet : nous sommes en plein dedans) c’est le refus du libéralisme et du progrès au bénéfice de la médiocrité qui s’est emparée de nos sociétés et qui les gangrènent à mort. Toujours plus de règlements (lois en France +règlements et décrets sans doute plus de un million pour nous harasser). La gangrène entraîne les hausses de prélèvement, les déséquilibres, créent de l’insécurité ayant pour origine la destruction sociale par la non compétitivité organisée par l’état – créent des besoins sécuritaires exorbitants, lesquels génèrent déficits et nouveaux prélèvements.

    Je me souviens, sans doute un vendredi après-midi, la DS présidentielle de Monsieur Georges Pompidou, doublant lentement ma DS (d’occasion) sous le tunnel de Saint-Cloud en se rendant à Versailles dans la circulation juste précédé de deux motards. Monsieur Pompidou lisait le journal LE MONDE et je me suis trouvé pendant quelques secondes à moins d’un mètre de lui.
    Je comprends que nos gouvernants de ploutocrates (pour reprendre vos termes, Olivier, dans un récent mail : il faudra, à ce propos qu’on se voit un jour) en additionnant la somme astronomique des conneries qu’ils n’ont cessé de produire depuis 40 ans aient besoin de services d’ordre considérables qui ne bénéficient en rien au citoyen lambda que je suis.

    Alors le protectionnisme, commençons par le réaliser à l’intérieur sinon les guerres majeures qui ne sont plus loin, se produiront plus tôt. A mon âge, j’ai besoin de calme économique et même s’il est loin compte tenu de ma santé, j’ai envie de continuer à agir « économiquement » mais en ne perdant pas de vue mon avenir sidéral.

    Avec toutes mes amitiés

    Jean LENOIR

    écrit sans réfléchir et quasiment en écriture automatique …avec toutes mes tripes et mon petit QI devenu pragmatique avec l’âge

    • Cher Jean,

      Permettez-moi de ne pas de ne pas être d’accord avec votre diatribe.

      Entre les fonctionnaires (qui pour certaines catégories d’entre eux, sont certes trop nombreux et coûtent trop cher à la Nation) et les banquiers, je préfère de loin les fonctionnaires, plus utiles et moins nuisibles.

      Quant à la mondialisation libre-échangiste, je suis convaincu qu’elle est, avec l’hypertrophie et les dérives du secteur financier (collusion entre grandes banques d’affaires et pouvoir politique, toxicité des produits dérivés, etc.), largement responsable de la situation de profonde détresse économique et sociale que nous connaissons en Europe.

      Là-dessus, je partage les vues d’Emmanuel Todd, dont les ouvrages sur l’éclatement de l’empire soviétique et la décomposition de l’empire américain sont par ailleurs remarquables.

  3. BA dit :

    Le racisme anti-fonctionnaires est la marque de la bêtise.

    Comme tous les racismes.

  4. BA dit :

    Mercredi 25 mai 2011 :

    Union Européenne : la commissaire grecque évoque le risque que son pays quitte l’euro.

    La commissaire européenne grecque Maria Damanaki a mis en garde mercredi contre un risque de sortie de son pays de la zone euro s’il n’arrivait pas à faire les efforts nécessaires pour réduire son énorme dette.

    “Le scénario d’un éloignement de la Grèce de l’euro est désormais sur la table”, a-t-elle indiqué dans un communiqué publié sur son site internet grec.

    “Je suis obligée de parler clairement”, a-t-elle poursuivi, évoquant un “dilemne : soit nous tombons d’accord avec nos bailleurs de fonds sur un programme de durs sacrifices apportant des résultats en prenant nos responsabilités pour notre passé, soit nous retournons à la drachme”.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/afp_00347014-ue-la-commissaire-grecque-evoque-le-risque-que-son-pays-quitte-l-euro-168337.php

  5. Jean LENOIR dit :

    Bonjour,

    Je sais que mes commentaires sur la fonction publique peuvent choquer. Mais je n’ai pas cessé depuis mon plus jeune âge d’observer et, malheureusement, je considère avoir vu le monde se gangrener par des strates de plus en plus nombreuses d’effectifs et de règles qui harassent l’action. J’avais la chance d’aller assez souvent, adolescent,voir mon père au ministère et de voir toute la différence entre les larges couloirs où les petits fonctionnaires « papotaient » tandis que les heures et les dossiers des hauts fonctionnaires étaient extravagants, plus la forêt des affiches syndicales et autres offres d’achats et de vacances… toute la différence d’ambiance avec celle des entreprises commerciales où j’ai travaillé ensuite.

    L’ingénierie des banquiers a tué l’économie tout autant que le bal mortel entre le pouvoir et la banque, mais, avant de vous laisser, une dernière anecdote.

    Un jour le Ministre (je ne sais plus lequel, mon père participait à de nombreuses réunions ministérielles ou inter-ministérielles – mais sans doute celui de l’Industrie et du Commerce) vitupérait, en colère, contre « les industriels qui ci… et ça… (bref qui ne fonctionnaient pas comme on l’aurait voulu) et qui compliquaient le travail de l’administration. Mon père, parfois rebelle et facétieux lui lança « qu’il préférait sa place à la leur » et une vingtaine de têtes piquèrent vers la table retenant, toutes, un fou rire.

    Non, je ne suis pas raciste, ni con (témoin mon faible QI qui me valut une raclée… devinez pourquoi ?) je m’élève seulement contre les excès qui sabrent le dynamisme, l’initiative et la rentabilité des entreprises. Les gens sont très malheureux et harassés et ils le sont à cause de cela et les fonctionnaires se raidissent car ils ont peur des réduction d’effectifs et de la simplification de l’organisation de l’état et de la réduction de ses domaines de compétence.
    Tous les jours en France des gens se jettent sous les TGV, et surtout le vendredi : pourquoi ? L’erreur du fonctionnaire est de croire à la doctrine de la croissance des effectifs comme l’outil idéal de la bonne marche de l’état.

    La tête sous la guillotine, je ne changerai pas un iota à ce que j’ai écrit.

    Amitiés

    Jean LENOIR

  6. BA dit :

    LES fonctionnaires sont ceci, LES fonctionnaires sont cela, LES fonctionnaires sont gna gna gni, LES fonctionnaires sont gna gna gna.

    Le degré zéro de l’intelligence.

  7. BA dit :

    Jeudi 26 mai 2011 :

    Si jamais le Fonds monétaire international (FMI) décidait de ne pas verser la prochaine tranche à la Grèce dans le cadre d’un plan d’aide de 110 milliards d’euros pour le pays, alors il est attendu des pays européens qu’ils interviennent, a déclaré Jean-Claude Juncker.

    « Si les Européens apprennent que les fonds que doit débloquer le FMI le 29 juin ne peuvent l’être, alors le FMI attend des Européens qu’ils prennent le relais et assurent la part FMI du financement de la Grèce », a déclaré jeudi le président de l’Eurogroupe.

    « Mais ceci ne sera pas faisable en raison de la réticence de certains parlements – en Allemagne, en Finlande, aux Pays-Bas et ailleurs – à intervenir de la sorte », a-t-il poursuivi lors d’une conférence de presse.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/05/26/97002-20110526FILWWW00606-l-ue-doit-aider-la-grece-si.php

  8. Jean LENOIR dit :

    Je vous énerve BA. Je constate le triste état des finances publiques de la France. La France va probablement réintroduire un exeat de 30% pour ceux qui veulent s’expatrier, et pourquoi tout cela ? Lisez les rapports de la Cour des Comptes qu’il faudrait supprimer puisque cela coûte et n’est pas suivi d’effet !……
    Quant à mon QI, je ne le dirai qu’une fois, il est légèrement supérieur à celui connu d’Einstein et c’est pour cela que mon père m’a rossé à quatorze ans… car je foutais « autre chose »au lycée. C’est aussi vrai que c’est plus facile avec des grands pragmatiques qui me ressemblent dont un doctorant en physique nucléaire américain à l’âge de 19 ans à la vie impressionnante… (je dis doctorant car il a trouvé inutile de soutenir sa thèse ! un vrai qui fuyait les hochets et médailles et qui a fait beaucoup pour son pays et la sécurité)

    C’est vrai que n’étant pas dans la politique, selon Platon j’ai accepté d’être gouverné par des gens plus médiocres. Je n’ai que le courage de m’exprimer comme l’adolescent que je n’avais pas osé être.

    Vous devriez considérer cela comme « rafraîchissant ».

    Bonne soirée et, pour ma part, je m’arrête là.

    Jean LENOIR

  9. BA dit :

    Enfin un message sans une seule attaque contre LES fonctionnaires !

    On progresse.

  10. BA dit :

    Dimanche 29 mai 2011 :

    L’Irlande pourrait demander un nouveau prêt à l’UE et au FMI.

    L’Irlande pourrait devoir demander un nouveau prêt à l’Union européenne et au Fonds monétaire international si elle n’arrive pas à retourner sur le marché obligataire pour lever des fonds l’an prochain, a déclaré le ministre des Transports Leo Varadkar.

    Dans des commentaires publiés par le Sunday Times, Leo Varadkar s’interroge publiquement sur la capacité de l’Irlande à lever des fonds sur le marché obligataire en raison des rendements prohibitifs exigés par les investisseurs.

    « Il est très improbable que nous puissions revenir l’an prochain. Cela pourrait prendre un peu plus de temps. 2013 pourrait être possible, mais qui sait ? », déclare le ministre.

    « Cela voudrait dire un deuxième programme (de prêts de la part de l’UE et du FMI) », ajoute-t-il. « Soit une extension du programme existant ou un second programme. Je pense que c’est ce que pensent la plupart des gens ».

    Le programme de 85 milliards d’euros d’aide à l’Irlande prend fin en 2013.

    Le vice-Premier ministre Eamon Gilmore a pour sa part estimé que les craintes d’un effet domino lié aux problèmes de la Grèce étaient exagérées. La possibilité d’un défaut de la Grèce a fait flamber les rendements obligataires de l’Irlande, du Portugal et de l’Espagne, trois pays de la zone euro considérés comme fragiles.

    « On n’est pas dans le cas où, si la Grèce fait défaut, alors il y a des conséquences immédiates pour l’Irlande », a déclaré Eamon Gilmore. « Si la Grèce fait défaut, il y aura des conséquences pour l’ensemble de la zone euro et, naturellement, nous en faisons partie. »

  11. BA dit :

    Bisounours, Pet Shop, Hello Kitty, Charlotte aux Fraises, Mon Petit Poney, Jean-Marc Vittori.

    Lundi 30 mai 2011 :

    La piste d’un doux défaut grec.

    Jean-Marc Vittori.

    http://www.lesechos.fr/opinions/edito/0201403151838-la-piste-d-un-doux-defaut-grec-170048.php

  12. BA dit :

    Jeudi 26 mai et vendredi 27 mai, le « bank run » a continué en Grèce. Les épargnants grecs ont retiré 1,5 milliards d’euros en deux jours.

    http://globaleconomicanalysis.blogspot.com/2011/05/panic-capital-flight-in-greece.html

    Les épargnants grecs ont retiré et placé 280 milliards d’euros dans des banques suisses. 280 milliards d’euros, ça fait 344 milliards de francs suisses.

    Affolés, les Grecs ont caché 344 milliards en Suisse, soit 280 milliards d’euros.

    http://www.lematin.ch/actu/economie/affoles-grecs-cache-344-milliards-suisse-411703

  13. BA dit :

    Mardi 31 mai 2011 :

    Crise de la dette : Mario Draghi met en garde contre des effets systémiques importants.

    Le gouverneur de la Banque d’Italie Mario Draghi, futur président de la Banque centrale européenne (BCE), a mis en garde mardi contre les effets systémiques importants que pourrait entraîner la crise de la dette dans certains pays de la zone euro.

    Dans la zone euro, la crise de la dette souveraine dans trois pays, qui représentent 6 % du PIB de la zone, a le potentiel d’avoir des effets systémiques importants, a déclaré M. Draghi, qui ne cite pas le nom de ces pays, mais fait référence à la Grèce, à l’Irlande et au Portugal.

    M. Draghi s’exprimait à Rome devant l’assemblée générale annuelle de la Banque d’Italie.

    La zone euro se trouve face à l’épreuve la plus difficile depuis sa création, a-t-il ajouté.

    http://www.romandie.com/news/n/_Crise_dette_Draghi_met_en_garde_contre_des_effets_systemiques_importants310520111105.asp

  14. BA dit :

    Irlande : la décote sera de 80 à 90 % ! ! !

    Mardi 31 mai 2011 :

    Les banques irlandaises Bank of Ireland, Irish Life & Permanent (IL&P) et Education Building Society (EBS) ont annoncé mardi qu’elles allaient mettre à contribution certains créanciers privés pour se recapitaliser, imitant ainsi leur rivale Allied Irish Banks.

    Dans des communiqués séparés, ces établissements ont indiqué qu’ils allaient rembourser avant l’échéance prévue certaines dettes dites « subordonnées » ou « junior », mais avec d’énormes décotes, économisant ainsi d’importantes sommes par rapport à ce qu’elles auraient dû verser à leurs créanciers.

    Les investisseurs détenant des dettes dites « seniors » bénéficient, à des degrés variables, d’une protection supérieure à ceux possédant des dettes « juniors », dites aussi « subordonnées », plus rémunératrices mais plus risquées.

    Bank of Ireland prévoit de racheter jusqu’à 2,6 milliards d’euros de dettes avec une décote de 80 à 90 % par rapport à leur valeur nominale, IL&P va racheter 840 millions de dettes avec une décote de 80 %, et EBS reprendra 260 millions de dettes avec une décote, là encore, de 80 à 90 %.

    http://www.news-banques.com/irlande-boi-ilp-et-ebs-mettent-a-contribution-leurs-creanciers-junior/012177804/

  15. BA dit :

    Mercredi 1er juin 2011 :

    Dette de la Grèce : Moody’s voit un risque réel de non-remboursement.

    L’agence de notation financière Moody’s a annoncé mercredi avoir abaissé la note qu’elle attribue à la dette publique de la Grèce à un niveau (Caa1) reflétant un risque réel de non-remboursement.

    http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=f8440d263f73f9670fd661a947316a69

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s