Un gigantesque transfert de richesses à l’échelle mondiale

« Ce à quoi on assiste est un gigantesque transfert de richesses. Il découle d’un pacte tacite entre le parti communiste chinois, Wall Street et les multinationales, fonctionnant pour le plus grand profit de ses membres. Pour schématiser, les multinationales ont délocalisé leurs activités en Chine (et accessoirement dans d’autres pays à bas coûts de main d’oeuvre), le parti communiste chinois a empoché les recettes et accumulé les réserves. Ceci a permis l’apparition d’une classe moyenne en Chine et dans certains pays émergents, couronnée par une couche de milliardaires.

Les super-riches des pays occidentaux se sont de leur côté hyper-enrichis, parce que les revenus des multinationales ont explosé et qu’ils s’en sont réservé la plus grande part. Leurs profits sont eux-aussi délocalisés là où il n’y a pas d’impôts. Ils sont gagnants sur tous les plans. Les membres de ce pacte font d’énormes bénéfices et la grande crise des années 2008 ne les a pas finalement affectés.

Mais il faut bien que certains payent. Ceux qui le font sont les classes moyennes des pays occidentaux. Il en résulte un transfert de richesses vers les classes moyennes des pays émergents et une caste de ce que l’on aurait appelé au 20e siècle des ploutocrates. Ceux-ci ne représentent que quelques millions de personnes, mais leurs revenus sont astronomiquement élevés au regard de ceux des classes moyennes occidentales. La paupérisation de ces dernières s’accélère, On a masqué le phénomène, dans la fin des années 90 jusqu’aux années 2000, avec les possibilités de crédit qui leur avaient été ouvertes, notamment aux Etats-Unis, en Grande Bretagne et en Espagne. Mais maintenant il n’y a plus de crédit, il n’y a plus de bulles. Le roi est nu.

Les emprunteurs privés ne pouvant plus rembourser leurs dettes, il a fallu transférer les dettes privées sur les dettes publiques. Celles-ci à leur tour sont saturées, partout. Il n’est donc plus possible de créer d’emplois. Aux Etats Unis par exemple, les multinationales entre 1990 et 2010 n’ont pas créé un seul emploi industriel sur le sol national. Les seuls emplois créés l’ont été dans les services privés non soumis à la concurrence internationale, par exemple dans les collectivités territoriales. Il s’agit d’emplois sous-payés, sous qualifiés, supportés finalement par les collectivités publiques, autrement dit par les contribuables ne pouvant échapper à l’impôt. Or en ce cas, devenu la règle, c’est l’inexistence de la création d’emplois productifs qui crée les déficits publics.

La grande question se posant à nos pays est en effet de savoir comment générer des emplois productifs. Aux Etats-Unis, on refuse de faire encore le lien entre déficit commercial (importations) et chômage élevé. Les Républicains et même certains Démocrates ont refusé d’encourager un protectionnisme industriel susceptible de créer de l’emploi. Au lieu de cela, ils veulent plus que jamais pratiquer l’ultralibéralisme.

Cela tient au fait que les lobbies qui gouvernent le système, les agences de notation, Wall Street, les représentants des entreprises chinoises, n’ont aucun intérêt à voir taxer les importations chinoises et financer des activités concurrentes sur le sol américain. Les Chinois ont maintenant suffisamment d’argent pour racheter l’Amérique. Ce sera leur revanche sur deux siècles d’humiliation. Ils le font discrètement encore mais d’une façon inexorable. Ils prennent des participations dans des firmes phares de divers secteurs stratégiques, achetant par la corruption l’accord des personnels politiques américains heureux de voir ce type d’acquisitions recréer chez eux un peu d’activité.

Or ce qui dorénavant est bon pour General Motors n’est plus bon pour l’Amérique. Il en est de même chez nous. L’avenir des multinationales n’est plus dans leurs pays d’origine. Leur croissance se fait dans et sur les pays émergents ».

Jean-Michel Quatrepoint, extrait d’un entretien accordé le 16 juin 2011 au blog d’Automates Intelligents

N.B. Sur le même thème, on lira avec profit le dernier livre publié par Eric Laurent, Le scandale des délocalisations (Plon, février 2011).

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Un gigantesque transfert de richesses à l’échelle mondiale

  1. Jean LENOIR dit :

    Bonjour,

    Tout le monde sera balayé, ne croyez-vous pas ?

    Jean LENOIR

  2. Archie Tiberio dit :

    Really nice blog, I discovered today and will come back soon. Go on with your good job.

  3. Ping : Le fondateur d’Alibaba aux Américains : Personne ne « vole » votre travail, vous dépensez trop en guerres - Planetes360

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s