Nigel Farage enterre l’euro

Et la Grèce… Mais comment ne pas lui donner raison ?


A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 55 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, Monnaies, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Nigel Farage enterre l’euro

  1. BA dit :

    50 milliards d’euros d’avoirs immobiliers toxiques découverts en Espagne.

    La découverte, en Espagne, d’avoirs immobilers toxiques d’une valeur de 50 milliards d’euros inquiète sérieusement les autorités européennes.

    Selon les révélations du site espagnol d’informations « El Confidential », le secteur financier espagnol détiendrait pour 50 milliards d’euros d’actifs immobiliers problématiques et « non reconnus ».

    Découverte lors des « stress tests » des banques espagnoles, cette somme s’ajoute aux 180 milliards d’actifs toxiques déjà détenus par la Banque d’Espagne.

    Pour le Boston Consulting Group (BCG), « l’évolution de l’économie ne permettra pas de générer un solde positif suffisant pour compenser ces détériorations ». Le BCG estime que les banques hispaniques ont besoin de 20 à 30 milliards d’euros de liquidités supplémentaires.

    Dans ce contexte, le Fonds de restructuration bancaire (FROB) initié par le gouvernement espagnol en 2009 pourrait prendre possession de 20 % du secteur bancaire national.

    Les actifs toxiques espagnols correspondent à des saisies immobilières, des emprunts à des promoteurs véreux ou insolvables, et des hypothèques irrégulières.

    Pendant les années 2000, la spéculation immobilière s’est emballée pour atteindre, au plus fort de la bulle, plus de 800.000 nouveaux logements construits en 2005. Selon une estimation de la Fondation Alternativas, en 2009, il existait deux logements par habitant en Espagne.

    Déjà mises à mal par les problèmes grecs, les banques européennes, très exposées à la dette hispanique, pourraient connaître des pertes énormes si l’Espagne – « trop grande pour être secourue par les fonds de sauvetage européens » selon le Nouvel Observateur – rencontrait de graves difficultés.

    http://www.lecho.be/actualite/entreprises_finance/50_milliards_d-avoirs_immobiliers_toxiques_decouverts_en_Espagne.9076038-3027.art

  2. Jean LENOIR dit :

    Bonsoir,

    Peu de gens sont dans les canots de sauvetage, et je cherche à m’intéresser aux effets de tout cela dans la vie de tous les jours. Il me paraît, a priori, que la rue va empêcher le vote du parlement en faveur de nouveaux tours de vis fiscaux et du programme de privatisation – en regardant vers 21 heures les reportages, les forces de sécurité ne semblaient pas très agressives…

    Les deux questions principales se posent quant au timing du krach bancaire, du krach obligataire, des séismes monétaires et quant à leurs effets conjugués sur la vie économique. A priori cela fait l’effet d’un raz-de-marée un peu particulier.

    Dans l’imaginaire, on peut dire que cela ressemble au barrage des Trois Gorges, en Chine. La construction énorme, telle le FMI, la FED et la BANQUE EUROPÉENNE lesquels, à la fois, distribuent le cash liquide qui alimente et nourrit la dette qu’est censé contenir et retenir l’ouvrage titanesque créé par l’homme pour réguler l’alimentation de la croissance.
    Le chaînage des forces et des contraintes sur le plus gigantesque ouvrage en béton du monde ne trouve plus de mots qualificatifs : dantesque est un mot faible. La pression cumulée de la pluie des dettes passées conjuguées aux dettes nouvelles distribuées pour assurer le service de la dette par, et pour, les institutions financières est exacerbée à l’ultime.
    La puissance sidérale fait qu’on ne peut même pas dire si le barrage est poussé de ses ancrages géologiques ou s’il implose comme un fétu en matière plastique.
    Toute la régulation de l’énergie et de l’ingénierie financière balaye à des centaines de kilomètres en aval tout sur son passage. L’onde de choc est comparable à un séisme terrestre de magnitude jamais constatée sur l’échelle de Richter et l’axe de rotation de la Terre en est même dévié.

    A une minuscule échelle, je me souviens de l’effet d’hébétement produit par la tempête du 26 décembre 2009 lorsque je passais dans des zones où les forêts de l’Est étaient hachées par des tirs de barrage de mortier à l’horizontale, en toute direction. A l’époque je me suis senti vidé nerveusement, faible, et, des forestiers (dont un de mes fils) m’ont dit, plus tard, que les animaux erraient comme anéantis dans leurs réflexes et comportements vitaux.

    Il y a deux semaines, un de mes amis, Jacques, part de Paris au Maroc et emprunte la Compagnie Royal Air Maroc (c’est un mardi je crois, je l’appelais… et il me demande de rappeler jeudi à 13 heures car son avion de retour atterrit à 12 heures. J’appelle jeudi et tombe sur son répondeur… m’excusant de mon erreur et croyant qu’il m’aurait dit vendredi. Vendredi j’oublie et il m’appelle samedi et me conte l’incroyable). Les passagers sont embarqués mardi, une heure passe à bord… et justement rien ne se passe sauf l’énervement de l’attente. Ah justement enfin une annonce d’une grève surprise des pompistes …de pistes. Beaucoup plus tard le téléphone (arabe) fait que la vérité est connue : RAM a fait un chèque en bois à BP. Après tractations l’avion est avitaillé et décolle avec 4 heures de retard. Suit une annonce du pilote lequel indique que l’avion n’ayant pas assez de carburant une escale de ravitaillement se fera à Tanger…
    Sur le vol de retour, Jacques m’a annoncé qu’un passager sénégalais était persuadé que l’avion avait embarqué des terroristes, nerveux à un point tel qu’un de ses compatriotes, calme initialement, a fini par péter les plombs, lui aussi. Du coup l’avion a été fouillé de fond en comble avant de pouvoir décoller avec beaucoup de retard : c’était bien le jeudi annoncé.

    J’ai demandé à Jacques (nous connaissons très bien le Maroc tous les deux) ce qu’il était allé f… à Casa. Il m’a répondu qu’on lui avait proposé l’achat d’une fabrique de chaussures et m’a demandé mon avis (le roi n’avait pas encore annoncé la réforme des institutions). J’ai répondu que jamais je n’investirais dans un pays islamiques et que cela faisait des décennies que j’avais pris cette option : en riant il m’a traité de « lâcheur ».

    Nous avons longuement discuté et il m’a annoncé, tôt, ce soir, que vendredi il serait largement arrimé dans son canot de sauvetage lui et sa famille.

    J’ai vu une telle force dans la relation de ces « petits » événements que samedi, que j’ai écrit un long email à mes enfants… où je leur expliquais, notamment, que depuis deux ans je stockais tous les pots en verre de supermarché et leurs couvercles après utilisation et autres conseils de survie (issues de mes discussions, jeune enfant, avec mon Grand-Père paternel, lequel m’expliquait le monde et les crises qu’il avait connu lui personnellement, son père et son grand-père) …, et, je terminais pour leur dire ce qu’il y avait dans mon canot et ce qu’il pouvait trouver dans son port d’attache, Mangawhai, en Nouvelle-Zélande.

    J’avais aujourd’hui un repas d’affaires avec quelqu’un qui est à l’origine de ma grande aisance suite à une rencontre en février 1999 où nous avons investi et travaillé de concert (ou de conserve ?… en la circonstance je crois que les deux se disent) et que je voulais honorer.
    Bien entendu nous avons parlé de la conjoncture immobilière où il a arbitré les nombreux tours de table en immobilier d’entreprise qu’il avait constitué et, ce à tour de bras, depuis deux ans, suivant mon exemple, pour les miens, initié dès 2004. Il m’a écouté, d’instinct, quand je lui parlais « d’élevage de canaris » et de « pots de confitures et autres conserves ».

    Lui sera moins surpris demain que l’on prête, ou non, in fine à la Grèce et qu’Espagne, Portugal, Irlande, Italie et que tout le reste de la planète soit emporté par la vague du barrage des Trois Gorges – que les chinois ou non aident l’Europe avec leur deux « trillions » de liquidités à rebuter, bientôt sans valeur.

    Mais tous les autres, presque tous les autres ?

    Et moi, pourrai-je encore participer, Olivier, à votre blog. Justement Internet fonctionnera-t-il encore alors ? J’aimerais bien avoir, avant, vos coordonnées – …par email !

    Avec toutes mes amitiés

    Jean LENOIR

  3. BA dit :

    ALERTE – Adoption du plan d’austérité au parlement grec.

    Le plan d’austérité portant sur la période 2012-2015, nécessaire à la Grèce pour sécuriser une nouvelle aide financière de ses créanciers, a été adopté mercredi par le Parlement grec, selon un décompte des voix réalisé par les journalistes de l’AFP. A 13H02 GMT, le projet avait reçu 151 voix pour sur les 300 que compte le parlement.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Adoption_du_plan_d_austerite_au_parlement_grec_290620111506.asp

    Score à la mi-temps :

    Députés grecs : 1. Peuple grec : 0.

    La seconde mi-temps va être intéressante.

  4. Jean LENOIR dit :

    Combien ? 300-400 milliards de dettes pour ….20 (?) milliards de PNB.
    Pas de quoi se réjouir ? Les politiques viennent de démarrer une nouvelle discipline olympique : le marathon sur la tête.
    On va voir ce que disent les marchés dans les prochains jours : il paraît que la nouvelle était déjà vendue à Athènes dans l’après-midi.
    …A moins qu’on ne fasse bientôt donner du canon pour mater la rébellion qui gronde !

    Jean LENOIR

  5. wigiix dit :

    Requiescat Euro in Pace…. nous ne le regretterons pas.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s