L’Union européenne, la nouvelle URSS ?

« J’ai vécu dans votre futur, et ça n’a pas marché ». Vladimir Bukovsky, ancien dissident soviétique, dénonce la dérive totalitaire de l’Union européenne. « L’UE est le vieux modèle soviétique habillé à l’occidentale. Mais, comme l’URSS, l’Union européenne porte en elle les germes de sa propre perte ».

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Monnaies, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour L’Union européenne, la nouvelle URSS ?

  1. Jean LENOIR dit :

    Cher Olivier,
    Je retiens de cette interview le manteau du politiquement correct. Il est vrai que le titre de l’article est provocant, mais n’est-elle pas réelle cette avidité d’expansion de l’Europe – vous savez un peu comme l’huile dans la poêle, laquelle s’étend sans fin avec la chaleur ?
    Seulement si la chaleur est trop forte, tout s’embrase. La Grèce est une parfaite illustration, et je l’ai déjà souligné, de par un ministre de l’intérieur qui devient ministre des finances : soit il est bon ministre de l’intérieur, soit il est bon ministre des finances… Il semble particulièrement que les compétences ne sont pas les mêmes !
    On ne matera pas la crise née de la dette, et amplifiée par la dette, par les assertions nées de la doctriconnerie. J’adore ce mot et son corollaire les doctriconnards tant ils contiennent d’intolérance, d’incompétence et de morgue. Je les ai créés il y a une vingtaine d’années, à l’occasion d’un Editorial écrit pour le Salon de la Retraite à Colmar et je ne vous les avais jamais servis, je crois. C’est fait.

    L’URSS c’était la doctriconnerie à l’état pur, la brutalité en plus. J’espère que la brutalité ne viendra pas en Europe de l’oligarchie. Seulement elle viendra de la rue, car la colère est à nos portes et la crise est devenue un labyrinthe sans porte de sortie – crise où un nombre sans cesse plus grand de laissés pour compte s’entassent. Lorsque la panique sera là, cela tournera comme au stade du Hetzel : tout le monde voudra sortir et la pression contre les murs sera terrible.

    Le hasard fait que je vous écris d’un restaurant situé à Glamis en Ecosse jouxtant un château marié à l’Histoire d’Henri II et que je capte des conversations aussi bien sur le « hacking scandal » (je viens d’entendre Cameron sur le grill à la Chambre des Communes en direct). On en parle partout et je viens d’entendre deux fois les mots de « civil war », derrière moi d’un groupe entre deux âges.

    Ce matin, le garçon du bar m’a entrepris sur l’or… oui un barman et pendant une vingtaine de minutes et de façon pertinente.

    Mon Dieu, qu’est-ce que nous ont fait les politiques, les banquiers et la communication convenue pendant toutes ces années pour que nous en soyons arrivés là ?

    Oui j’entends derrière moi, nous arrivons à des « very difficult times ».

    Amitiés

    Jean LENOIR

  2. Mansour dit :

    L’UE est l’enfant de l’oligarchie politico-financière, à sa ressemblance, les oligarques s’en servent pour accroître leur richesse et leur emprise sur les peuples. Tout ça est répugnant, je suis moi aussi étonné qu’aussi peu de gens réagissent !
    Continuez votre travail d’éclairage et d’information M. Demeulenaere ; et merci.

  3. BA dit :

    Regardons le problème d’actualité : la Grèce.

    1- Il aurait fallu que les autres Etats européens donnent 350 milliards d’euros à la Grèce. C’était le seul moyen de régler le problème de la Grèce. Mais ils n’ont pas voulu.

    2- Il aurait fallu que les autres Etats européens fassent passer le budget fédéral européen à 25 % du PIB de l’Union Européenne. C’était le seul moyen pour passer au fédéralisme. Mais ils n’ont pas voulu : ils ne veulent même pas faire passer le budget fédéral européen à 1,11 % du PIB de l’Union Européenne ! Ils veulent que le budget fédéral reste à 1 % du PIB ! Je dis bien : 1 % du PIB. Le fédéralisme, c’est du pipeau pour les bisounours.

    3- Il aurait fallu que les autres Etats européens créent des euro-obligations. C’était le seul moyen pour que les cinq PIIGS arrêtent de se surendetter toujours davantage. Mais les autres Etats européens n’ont pas voulu.

    Conclusion : ils ont décidé … de prêter de l’argent à la Grèce ! Comme d’hab. Et ça va foirer lamentablement.

    Comme d’hab.

  4. BA dit :

    Le sauvetage de la Grèce va coûter 15 milliards d’euros à la France.

    Les dirigeants de la zone euro ont validé, jeudi soir, un plan d’aide de 109 milliards d’euros pour sauver la Grèce de la faillite. Ce plan d’aide va coûter environ 15 milliards d’euros à la France, a annoncé, ce vendredi, François Fillon.

    http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Le-sauvetage-de-la-Grece-va-couter-15-milliards-d-euros-a-la-France_39382-1882831_actu.Htm

    En clair :
    – Les Etats européens sont déjà surendettés. Les Etats européens vont se surendetter encore plus pour pouvoir prêter de l’argent à la Grèce.

    – Le deuxième plan de sauvetage de la Grèce va coûter 15 milliards d’euros à la France.

    – De toute façon, la Grèce sera incapable de rembourser ses dettes.

    – L’Union Européenne, c’est ça : des Etats européens surendettés se surendettent encore plus pour aider des Etats en faillite, qui ne les rembourseront jamais.

    – L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.

    – Prochains épisodes : l’Italie et l’Espagne.

  5. Jean LENOIR dit :

    Bonsoir,

    Attendez BA : pouvez-vous nous rappeler quel est le montant de la dette grecque versus PIB ?
    Pouvez-vous également nous communiquer quel est la réduction du pouvoir d’achat per capita lié aux coupes salariales et sociales ? Enfin, en ces temps difficiles pour l’Europe, connaissez-vous l’évolution de la saison touristique en Grèce ?
    Mais j’ai sans doute mal lu : c’est d’un don, un vrai, de 350 milliards d’euros qu’il faudrait pour remettre la Grèce à flot.
    Je crains que l’Europe n’ait plus ces capacités pour ses « pauvres endettés »

    De toutes les façons les dons et autres subventions n’ont jamais développé la sage vertu de la bonne gestion….

    In fine, tout à fait d’accord, au lieu de pousser les Grecs à la faillite, nous risquons tous de tomber derrière eux par la fenêtre. En cela je crois que nous partageons les mêmes vues.

    Jean LENOIR

  6. Jean LENOIR dit :

    Pardon,

    J’ai oublié… Un budget fédéral ? mais pour quoi faire puisqu’on joue tous avec des règles différentes ? 1% à ce stade, c’est un gaspillage supplémentaire au vu des résultats. Provocant ?
    …pas si sûr.

    Jean LENOIR

  7. BA dit :

    Moody’s dégrade la note de la Grèce à un seuil du défaut.

    L’agence Moody’s a abaissé, lundi 25 juillet, la note souveraine de la Grèce, de « Caa1 » à « Ca », à un cran du défaut de paiement.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/07/25/moody-s-degrade-la-note-de-la-grece-a-un-seuil-du-defaut_1552427_3214.html

  8. BA dit :

    Jeudi 21 juillet 2011 : réunion des chefs d’Etat et de gouvernement européens.

    Vendredi 22 juillet 2011 : les taux des obligations de l’Italie et de l’Espagne repartent à la hausse.

    Lundi 25 juillet 2011 : les taux des obligations de l’Italie et de l’Espagne sont en forte hausse.

    Dans la zone euro, qui sera le prochain domino à tomber ?

    L’Italie ?

    Ou l’Espagne ?

    Italie : taux des obligations à 2 ans : 3,990 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR2:IND

    Italie : taux des obligations à 10 ans : 5,661 %.

    Espagne : taux des obligations à 2 ans : 4,155 %.
    Espagne : taux des obligations à 10 ans : 6,028 %.

  9. kaplan dit :

    Un seul relais facebook pour cette video essentielle ?

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s