De quel droit Tim Geithner vient-il nous faire la leçon ?

C’est la réflexion que je me faisais ce matin à propos de « l’invitation » faite au secrétaire au Trésor des Etats-Unis à se joindre à l’Ecofin. Et puis j’ai écouté l’excellente chronique de Nicolas Doze sur BFM, qui pense la même chose et remet à leur place les Américains, dans les grandes largeurs. Au passage, ceux qui croient que les Etats-Unis veulent la mort de l’euro (parce que celui-ci concurrencerait le dollar) devraient se demander pourquoi ils nous pressent à chaque fois d’agir pour le sauver, même quand ils ne sont pas « invités »…

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour De quel droit Tim Geithner vient-il nous faire la leçon ?

  1. Jean LENOIR dit :

    Bonjour,
    Je pense qu’un immense cortège silencieux de citoyens des pays européens établissant un sitting absolument immobile là où se réunissent ces réunions de farce – pendant toute leur durée – se levant et se dispersant après le départ des derniers participants sans dire un mot, serait le camouflet universel infligé à ces dirigeants et banquiers et témoignerait du mépris que leurs actions inspirent.
    A la différence de la Syrie, on ne risquerait pas un bain de sang à chaque réunion. Bien couvert par les médias, si seulement la honte pouvait submerger leurs actes ! Si seulement, car l’histoire ne montre pas beaucoup telle capacité de remords et de re-saisissement.

    Encore une fois la faillite généralisée en domino est inéluctable et tout ceci ne se terminera pas bien, même en revenant sagement à la monétisation de l’or et de l’argent. No happy ending à la chute des empires.

    Jean LENOIR

  2. BA dit :

    Les Français hostiles à l’augmentation de l’aide française à la Grèce : 68 % des Français la désapprouvent.

    Les Français désapprouvent largement (68 %) l’augmentation de la contribution financière de 15 milliards d’euros de la France dans le plan d’aide à la Grèce, selon un sondage Ifop pour Dimanche Ouest-France.

    Si 30 % des personnes interrogées se déclarent « tout à fait » hostiles et 38 % « plutôt » hostiles à la décision de la France d’augmenter sa contribution financière, elles sont seulement 32 % à l’approuver, 5 % l’approuvant « tout à fait ».

    Les sympathisants de gauche sont plus nombreux à soutenir le nouveau plan d’aide (42 % contre 30 % des sympathisants de droite), alors que les proches du Front national se montrent les plus hostiles (90 %).

    Interrogés sur les conséquences de la crise grecque, les Français estiment toutefois à une écrasante majorité (84 %) que « si la dette grecque n’est pas sauvée, les difficultés de la zone euro vont s’accroître dangereusement ». D’autre part, ils sont 87 % à estimer que l’argent prêté à la Grèce est de l’argent perdu parce que la Grèce ne pourra jamais le rembourser.

    En mai 2010, deux tiers des Français s’étaient déclarés favorables à une aide française pour parer à la crise traversée par la Grèce au nom de la solidarité européenne (66 %), rappelle l’Ifop qui note « un revirement de l’opinion publique ».

    En décembre 2010, 69 % des Français avaient approuvé l’aide financière à la Grèce et à l’Irlande et en juin 2011, ils étaient 59 % à approuver l’aide financière à la Grèce, selon la même source.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/09/17/les-francais-hostiles-a-l-augmentation-de-l-aide-francaise-a-la-grece_1573849_3214.html#ens_id=1268560

  3. BA dit :

    Ces deux derniers jours, deux sondages ont été publiés en Allemagne et en France.

    Ces deux sondages sont explosifs.

    Vendredi 16 septembre 2011 :

    66 % des Allemands sont contre l’aide à la Grèce et aux autres Etats surendettés.
    60 % des Allemands pensent que l’Allemagne n’a plus rien à gagner à rester dans l’Union Européenne.

    http://www.faz.net/artikel/C30638/europas-schuldenkrise-82-prozent-halten-merkels-rettungspolitik-fuer-falsch-30687564.html

    Zwei Drittel der Deutschen (66 Prozent) sprechen sich gegen Hilfen für Griechenland oder andere Staaten in der Schuldenkrise aus. Nur 34 Prozent bejahten die Frage, ob es richtig sei, Griechenland und anderen Ländern mit dem Euro-Rettungsfonds zu helfen.
    Nur 40 Prozent sind zudem der Ansicht, dass Deutschland trotz aller Risiken nach wie vor von der Europäischen Union (EU) profitiert. 60 Prozent sehen das anders.

    Deux tiers des Allemands (66 pour cent) se sont prononcés contre l’aide à la Grèce et aux autres pays subissant une crise de la dette. Seulement 34 pour cent ont répondu qu’ils étaient pour aider la Grèce et d’autres pays en utilisant le fonds de sauvetage européen.
    Seuls 40 pour cent des Allemands pensent que l’Allemagne, malgré les risques, gagne à rester dans l’Union européenne (UE). 60 pour cent pensent le contraire.

    Samedi 17 septembre 2011 :

    Les Français hostiles à l’augmentation de l’aide française à la Grèce : 68 % des Français la désapprouvent.

  4. René dit :

    Oui Olivier, l’Europe n’est qu’un satellite des Etats-Unis.
    Un satellite en perdition mais les pilotes sont toujours (pour combien de temps?) les Américains.
    Ils essaient de le sauver pour éviter que le crash ne les fassent eux-mêmes exploser.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s