Jouyet (AMF) : « un risque de crise systémique »

Le président de l’Autorité des marchés financiers (AMF), gendarme de la Bourse en France, a tiré la sonnette d’alarme ce matin sur France Inter. Il s’est inquiété d’une « situation très préoccupante » sur les marchés, évoquant même un « risque de crise systémique ».

L’ensemble du système économique mondial risque de s’effondrer. Il met cela sur le compte du « protectionnisme financier » mis en place par les banques d’investissement américaines à l’égard des marchés européens. Un véritable cordon sanitaire, puisque les fonds monétaires, selon lui, ont réduit de 40% leurs achats de titres européens depuis un mois. Et dans l’opacité la plus totale : dans ce « capitalisme de l’ombre », nul ne sait qui échange quoi…

« Il se trouve que l’Europe est l’épicentre de cette crise », a-t-il dit. A entendre la plupart de nos responsables politiques, on n’est pas sûr qu’ils l’aient bien compris. Repoussant l’idée d’une reprise en main des banques européennes, ils refusent toujours de voir que la crise de la zone euro ne se résume ni à une crise des dettes souveraines ni à une question de « gouvernance économique ». Mais bien à l’épée de Damoclès que les folles dérives des banques et du système financier international (merci Wall Street) font peser sur une Europe écrasée de surcroît par la chape de plomb de la monnaie unique.

La palme de l’autisme revient sans nul doute à François Baroin, qui a assuré hier qu’un défaut de la Grèce n’était pas une hypothèse de travail et qu’il n’y avait aucune raison de changer de stratégie face à la crise de la zone euro.

« Il n’y a pas de raison d’avoir une stratégie alternative dès lors que celle à laquelle nous croyons n’est pas encore en place », a-t-il déclaré devant la presse, faisant allusion au second plan de sauvetage adopté le 21 juillet par les dirigeants européens mais dont la mise en oeuvre se fait toujours attendre.

C’est vrai, on ne change pas une stratégie dont personne n’a l’air de vouloir…

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Jouyet (AMF) : « un risque de crise systémique »

  1. Jean LENOIR dit :

    Monsieur Jouyet voyons !… Ne parlez plus de risques. Au niveau d’endettement généralisé, aucun ménage ne pourrait s’en tirer, à proportion. Aucun pays ne peut plus s’en tirer et c’est cela qui est paniquant.
    La politique du n’importe quoi des banques et des instances politiques n’a cessé de donner des bouffées d’oxygène à effet de plus en plus momentané. L’incendie n’a pu que se propager avec la montée incontrôlable de nouvelles dettes…
    Comment voulez-vous que les foyers qui vont vivre une réduction drastique de leur pouvoir d’achat et ce en quoi ils ont (naïvement) cru, la protection sociale et la retraite (supportées par la collectivité), puissent payer ? (sans parler des autres challenges de vie auquel nous devons faire fasse et, sans lesquels, le défaut de latitudes d’investissement ne permettra pas de répondre)
    Non seulement le système bancaire va s’effondrer mais encore les « gens » ne paieront pas : ils ne le pourront simplement pas.
    Reconnaissez donc une fois pour toute, messieurs les financiers et vous autres décideurs politiciens le mal que vous avez fait à la collectivité pour des raisons qui ne vous honorent pas (c’est bien entendu un euphémisme car aucun terme ne saurait être assez dur pour leur donner un qualificatif approprié) !
    Ce qui va se passer maintenant est clair : un effondrement cataclysmique annoncé et ré-annoncé par le signataire va se produire et quiconque ne passera au travers.
    C’est le jugement dernier de pratiques et dérives aberrantes qui pointe le nez.

    Jean LENOIR

  2. BA dit :

    Les bourses tombent de Charybde en Scylla.

    Les banques pourraient avoir besoin de 4000 milliards de dollars, selon la BRI.

    Le secteur bancaire a été malmené alors que la recapitalisation de certaines banques européennes est désormais présentée comme inévitable. De plus, le spectre de l’assèchement de crédit a rejailli. Les banques européennes pourraient faire face à des besoins de liquidités à court terme d’au moins 4000 milliards de dollars, selon une étude de la Banque de règlements internationaux (BRI) rendue publique il y a une semaine, mais passée inaperçue.

    Source : Le Temps, samedi 24 septembre 2011.

  3. Jean LENOIR dit :

    Je vais me risquer à un très mauvais jeu de mots (c’est Dimanche) cher BA : pas étonnant avec les « amours » ancillaires de certain banquier « car y bde… » sans contrôle et à tout propos

    Source : un fichu mauvais esprit, ce jour

    Jean LENOIR

  4. skorpion dit :

    Les fonds américains fuient les banques européennes, et même des entreprises se retirent des banques françaises (Société générale ?):

    http://www.lefigaro.fr/societes/2011/09/24/04015-20110924ARTFIG00421-les-fonds-americains-fuient-les-banques-europeennes.php

  5. foolish24 dit :

    Ce Jouyet sait parfaitement ce qu’il se passe, il nous met la pression pour que la population française soit mentalement préparée à tout ce qu’on va lui demander comme sacrifices pour renflouer les banques et l’Euro.

    Déjà 2000 milliards d’euros (!!!) pour le fonds européen en pleines négociations entre les gouvernerments européens sous l’oeil de Washington….. Les députés allemands ont voté ce matin.

    Je me demande vraiment où on va comme ça. Les gens sont endormis ? il devrait y avoir la Révolution.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s