La Slovaquie refuse de se laisser tondre ? Elle revotera !

Le Parlement slovaque a rejeté hier, mardi 11 octobre, le texte proposant l’extension des prérogatives du Fonds européen de stabilité financière. Qu’importe ! Soit on viole les traités (« on trouve ou crée une faille juridique » !!!) pour faire passer en force le FESF, soit, comme l’exigeaient avant même le vote les grands démocrates qui nous gouvernent, on fait revoter le Parlement slovaque jusqu’à ce qu’il dise oui : ça ne vous rappelle rien ?

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour La Slovaquie refuse de se laisser tondre ? Elle revotera !

  1. BA dit :

    Mercredi 12 octobre 2011 :

    Grèce : UBS prévoit un effacement de 70 % de la dette.

    UBS estime que la faillite de la Grèce est inévitable et pense qu’un effacement de 70 % de sa dette est nécessaire pour stabiliser durablement le budget du pays.

    Le risque de contagion est important, mais un effet domino est évitable, estime la banque dans une étude présentée mercredi.

    Contrairement aux déclarations politiques qui entretiennent un espoir de sauvetage des finances publiques grecques, les analyses confirment « que la Grèce est tout à fait insolvable », selon les analystes de la division Wealth Management Research d’UBS.

    http://www.romandie.com/news/n/CRISEDETTEGrece_UBS_prevoit_un_effacement_de_70_de_la_dette121020111410.asp

  2. Geraldine dit :

    Vous n’avez pas compris, Olivier. En Europe, le droit international qui s’applique est d’une espèce un peu particulière : Quand un peuple s’exprime par voie parlementaire ou référendaire, il donne son assentiment.

    En d’autres termes quand il vote « non », il doit revoter.
    Ce n’est pas encore dans les manuels de droit universitaire, mais on attend une révision pour la prochaine édition.

  3. Geraldine dit :

    Mme Merkel est une juriste hors pair, elle connaît parfaitement son droit international et nous « rassure » sur le fait que ce droit sera respecté:

    « Le FESF sera ratifié au moment de la réunion d’octobre », a assuré Mme Merkel, au lendemain du refus des députés slovaques de renforcer ce mécanisme et alors qu’un sommet européen est prévu le 23 octobre. »

    Les marchés applaudissent :

    « Nous restons convaincus que les Slovaques voteront ces évolutions, y compris sous la contrainte », et cette conviction est partagée par les investisseurs, ce qui soutient la tendance, ont commenté les stratégistes du Crédit Mutuel-CIC. »

    Vive la tendance !

    http://www.romandie.com/news/n/BOURSEParis_le_CAC_40_repart_a_la_hausse_Merkel_rassure_sur_le_FESF121020111210.asp

  4. BA dit :

    Mercredi 12 octobre 2011 :

    L’Europe doit recapitaliser « d’urgence » ses banques (Barroso).

    Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a appelé mercredi l’Europe à recapitaliser « d’urgence » ses banques pour stopper la contagion de la crise de la dette, qui a désormais atteint une ampleur « systémique » menaçant de déstabiliser l’économie mondiale.

    Il faut « urgemment recapitaliser » les banques, a-t-il déclaré au Parlement européen.

    Concrètement, il a proposé de relever de manière temporaire à un niveau « beaucoup plus élevé » le niveau minimum de fonds propres « durs » demandé aux établissements, et d’interdire à ceux qui ne respectent pas ces critères de verser des dividendes et des primes.

    Il a exhorté l’Europe à agir pour faire face à « la menace de crise systémique qui est en train de se concrétiser » pour la zone euro, autrement dit une crise susceptible de déstabiliser le système économique et financier mondial.

    http://www.romandie.com/news/n/CRISEDETTEL_Europe_doit_recapitaliser_d_urgence_ses_banques_Barroso121020111610.asp

  5. cassandre dit :

    Si j’ai bien lu les infos générales, la Grèce va acquérir 400 chars d’assaut à un fabricant américain, pour 7 milliards d’euros ! Grace à nous ! Peut-être pour attaquer la Slovaquie, méchant petit pays qui ne veut pas se faire tondre…. A quand la mise sous tutelle de la Grèce ?

  6. BA dit :

    Ce qui est intéressant, c’est que les autorités politiques et financières ont arrêté de dire que tout allait mieux.
    Ce qui est intéressant, c’est que les autorités politiques et financières ont commencé à avouer que la crise systémique est en train de se concrétiser en Europe.
    Ces trois derniers jours, trois dirigeants européens ont évoqué la crise systémique en Europe.

    Lundi 10 octobre 2011 :

    Le Premier ministre français François Fillon a estimé lundi que l’Europe se trouvait « sur un volcan qui peut dynamiter à tout moment le continent », affirmant que la crise actuelle pouvait « mettre en péril 60 années de construction européenne ».

    « Personne ne doit s’y tromper : nous sommes sur un volcan qui peut dynamiter à tout moment le continent européen, sa prospérité, son contrat démocratique, son unité monétaire, son unité politique », a déclaré M. Fillon dans un discours de clôture de la journée parlementaire du parti du Nouveau centre (NC).

    « Ne croyez pas que j’exagère. Si la faillite d’une banque d’affaires aux Etats-Unis en 2008 a frappé de plein fouet le système financier et a provoqué une récession dans le monde entier, je veux dire que la crise actuelle peut mettre en péril 60 années de construction européenne », a-t-il mis en garde.

    Mardi 11 octobre 2011 :

    Jean-Claude Trichet parle de crise systémique et urgente.

    La crise de la dette dans la zone euro a atteint une dimension systémique, les risques de répercussions sur l’économie augmentent rapidement, et les banques sont entrées dans une zone de danger, a déclaré mardi Jean-Claude Trichet, qui s’exprimait en qualité de président du Comité européen du risque systémique (CERS).

    « Au cours des trois dernières semaines, la situation est restée très difficile. La crise est systémique et elle doit être combattue avec la plus grande détermination », a-t-il dit.

    Mercredi 12 octobre 2011 :

    Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a appelé mercredi l’Europe à recapitaliser « d’urgence » ses banques pour stopper la contagion de la crise de la dette, qui a désormais atteint une ampleur « systémique » menaçant de déstabiliser l’économie mondiale.

    Il faut « urgemment recapitaliser » les banques, a-t-il déclaré au Parlement européen.

    Concrètement, il a proposé de relever de manière temporaire à un niveau « beaucoup plus élevé » le niveau minimum de fonds propres « durs » demandé aux établissements, et d’interdire à ceux qui ne respectent pas ces critères de verser des dividendes et des primes.

    Il a exhorté l’Europe à agir pour faire face à « la menace de crise systémique qui est en train de se concrétiser » pour la zone euro, autrement dit une crise susceptible de déstabiliser le système économique et financier mondial.

    http://www.romandie.com/news/n/CRISEDETTEL_Europe_doit_recapitaliser_d_urgence_ses_banques_Barroso121020111610.asp

    • Oui BA, ce changement d’attitude radical des responsables politiques européens est le signe que quelque chose de très important se prépare.

      On nous prépare à des décisions très douloureuses pour notre portefeuille.

      Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ont annoncé solennellement des réponses « rapides et globales » à la crise de l’Europe… pour la fin du mois, juste avant le G20 : J’imagine mal une nouvelle promesse en l’air. Avec le défaut de la Grèce qui est maintenant officiellement admis, il va falloir sauver nos banques.

      Trichet, Barroso et Fillon se chargent donc de nous acclimater à l’idée qu’il en va de notre survie, qu’on n’a pas le choix : La recapitalisation des banques sera massive et ne pourra se faire qu’avec des capitaux publics. Nous autres contribuables allons devoir payer !

  7. Jean LENOIR dit :

    Bonsoir,

    Décalage horaire oblige, j’arrive tard. Bien sûr il faut envahir la Slovaquie avec les chars grecs et une force internationale et nommer un nouveau gouvernement à composition !…

    Juppé et Fillon ont raison : ce n’est pas acceptable de voter non. Ce n’est pas démocratique !

    On vote à nouveau par tous les moyens pour tondre « légalement » la Slovaquie.

    Mon ami notaire avec je conversais hier, en est à envisager d’acheter un fusil d’assaut américain M… quelque chose (pas très versé dans les armes militaires) : je lui demandais pourquoi. Sa réponse pour pouvoir se défendre.

    La folie (lui ne l’est pas) est en train de s’étendre comme une nappe d’huile : savez-vous pourquoi ?

    Baste, sans doute car les politiques et les banquiers ont peur de ne pas avoir leur virement de fin de mois …tout simplement. Et comme la peur est mauvaise conseillère, ils sont prêts à n’importe quoi.

    Jean LENOIR

  8. JFT dit :

    Les Slovaques sont plus pauvres que les Grecs et on leur demande de donner 7 milliards d’euros aux Grecs…soit environ 10% de leur PIB….. et à perte !

  9. Jean LENOIR dit :

    …et on les mettra en tôle comme aux USA, s’ils « s’indignados ».

    Jean LENOIR

  10. Geraldine dit :

    « En refusant de soutenir le renforcement du FESF lors du vote de mardi, le Parti de la liberté et de la solidarité (SaS) a permis d’éviter aux contribuables européens de débourser 300 milliards d’euros, a déclaré le leader de SaS, Richard Sulik, plus tard dans la journée.

    M. Sulik estime qu’il n’était pas judicieux d’associer le vote sur le FESF à une motion de confiance envers le gouvernement.

    « Le fait que l’on nous ait fait chanter par rapport à nos principes avec la combinaison des deux votes nous attriste », a-t-il déclaré. M. Sulik a ajouté que l’approbation du FESF modifié allait à l’encontre du manifeste du gouvernement.

    Le président du SaS a également souligné que bien que son parti ait toujours soutenu Iveta Radičová, il avait accordé plus d’importance à sa « position de principe et à sa responsabilité envers les générations futures ». C’est pourquoi les membres du parti ont décidé de s’abstenir. M. Sulik a de nouveau affirmé qu’un renforcement du FESF impliquerait avant tout le renflouement des banques privées et le sauvetage de leurs bénéfices.

    « Nous n’avons pas obtenu de mandat pour cela, mais nous en avons un pour protéger l’argent des contribuables slovaques. »

    http://www.euractiv.com/fr/services-financiers/la-zone-euro-prise-en-otage-par-la-slovaquie-news-508295

  11. Olivier dit :

    Merci BA pour votre synthèse de ce début de semaine.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s