La leçon de démocratie de Jean-Claude Trichet

« Demain, à mon avis, il faut changer le traité pour être capable d’empêcher un membre de la zone euro de vagabonder et de créer des problèmes pour tous les autres. Pour cela, il faut même être capable d’imposer des décisions à un pays ». Question au bon docteur Jean-Claude (il quitte la présidence de la BCE à la fin du mois, il peut donc se lâcher pour de bon…) : Ce changement de traité, faudra-t-il demander aux peuples qu’ils l’approuvent ? On risquerait de les voir encore « vagabonder »…

(Europe 1, dimanche 16 octobre 2011)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour La leçon de démocratie de Jean-Claude Trichet

  1. East side dit :

    Pendez-les haut et court.

  2. jessiekay dit :

    Je croyais savoir qu’il existait de véritables fabriques de … toupies !
    Mais là elles sont battues par toutes ces girouettes étoilées sur fond bleu !!!

  3. BA dit :

    A la guillotine, les nouveaux aristocrates.

    Ou alors, à la lanterne.

    Selon le journal l’Express, la rémunération de Jean Claude Trichet en tant que président de la Banque centrale européenne à Francfort est de 345 252 euros, auxquels s’ajoutent la résidence et les frais de représentation.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Claude_Trichet

  4. BA dit :

    Dimanche 16 octobre 2011 :

    BERLIN (Reuters) – « Les banques doivent être mieux capitalisées pour éviter une escalade de la crise qui serait provoquée par un effondrement du système financier », a déclaré dimanche le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble sur la chaîne de télévision ZDF, ajoutant que les banques n’ont plus confiance les unes envers les autres.

    « Il faut une meilleure régulation et une meilleure capitalisation des banques », a-t-il dit.

    « Tout le monde n’aimera pas cela, mais c’est le meilleur moyen qu’il n’y ait pas d’escalade de la crise imputable à un effondrement du système bancaire. »

    « La cause de cette crise, c’est un excès de dette, mais nous devons combattre le danger de la contagion. Il faut simplement reconnaître que les banques n’ont actuellement plus confiance les unes envers les autres, c’est pourquoi le marché bancaire ne fonctionne pas comme il le devrait. Le mieux pour combattre cela c’est une meilleure recapitalisation. »

  5. Jean LENOIR dit :

    Bonsoir,

    Cela me rappelle (dans les années cinquante): silence les enfants.
    …Privé de dessert …ah bon et puisque c’est comme ça tu vas l’avoir ta séance de martinet !
    Monsieur Trichet : les enfants ont grandi. L’autoritarisme paternaliste de cette époque, c’est fini.
    Vous n’êtes d’ailleurs pas très qualifié pour régenter, vous qui avez triché à l’époque du Lyonnais.

    Allez ! au placard

    Jean LENOIR

  6. xavib dit :

    16 oct. 2011

    Trichet contre la démondialisation mais il y voit la preuve qu’il faut renforcer la gouvernance de la mondialisation : UN COMBLE.

    Quelle mauvaise foi… ces mondialistes font vraiment feu de tout bois !

    « Le président de la banque centrale européenne Jean-Claude Trichet s’est opposé implicitement aujourd’hui à l’idée de « démondialisation » mais a dit y voir un message en faveur d’un renforcement de la gouvernance économique mondiale dont, selon lui, il faut tenir compte.

    …………

    Pour Jean-Claude Trichet, elle n’est pas recevable si on parle de freiner les échanges économiques mondiaux car cela supposerait notamment d’empêcher le développement de pays jadis pauvres où le niveau de vie reste bas. « Il faut dire à ceux qui sont dans les pays émergents qu’on n’est pas très contents de leur propre développement et donc qu’on entend bien que leur développement soit entravé », a-t-il dit.

    Il a rappelé que ce développement de pays du Tiers-Monde et donc la concurrence qu’ils font aux pays industrialisés est l’objectif de la communauté internationale depuis 1945. Le président de la BCE a cependant dit voir dans ce slogan politique de « démondialisation » un message. « Je l’interprète comme ‘il faut renforcer la gestion, la gouvernance de la mondialisation et la renforcer dans tous les domaines' », a-t-il dit.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/10/16/97002-20111016FILWWW00056-trichet-contre-la-demondialisation.php

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s