Sortir de l’euro pour sortir de la dette

François Lenglet – qui n’a pas toujours eu le même discours – a raison : le problème de la dette grecque ne pourra être résolu sans que soit réglé au préalable le problème de l’euro, monnaie inadaptée et beaucoup trop chère. On ne le répétera jamais assez : Avant d’être financière, la crise que le monde vit aujourd’hui est une crise monétaire. Une crise de la fausse monnaie et d’un capitalisme dévoyé par les manipulations permanentes des banques centrales, au service d’intérêts financiers (et politiques) privés. Or ce système malade et corrompu, on nous interdit d’en sortir de façon démocratique, ordonnée. Il n’en faut pas plus pour qu’on se prenne à rêver qu’il implose enfin…

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, Monnaies, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Sortir de l’euro pour sortir de la dette

  1. Jean LENOIR dit :

    Bonjour,

    François Lenglet et beaucoup d’auditeurs se sont rendus compte que nous vivons les derniers jours d’une (pseudo) démocratie. Au nom de dogmes surréalistes : l’impossibilité d’un pays de pouvoir sortir de l’Union tout autant que le sauvetage à tout prix et à tout crin de l’euro, nous arrivons épuisés physiquement et moralement à vouloir que le monde s’arrête comme un marathonien épuisé qui a l’arrivée en ligne de mire.

    Jamais semble-t-il le monde n’a eu autant mal de ses problèmes et jamais la crise de confiance pour ne pas dire le dégoût des institutions financières et politiques n’ont été si grands.
    Ce que ne comprennent pas leurs dirigeants c’est que la génération des hommes et des femmes de 15 à 30 ans, n’acceptera pas que les fossoyeurs de l’économie les sacrifient sur l’autel de leurs erreurs et de leurs dogmes.

    Triste fin de week-end

    Jean LENOIR

    PS en tant que nouveau résident en NZ, j’ai appris que je puis m’inscrire sur les listes électorales pour les élections générales du 23 novembre 2011. Je ne vais pas me priver de le faire après avoir adressé un email à John Key, premier ministre – lequel présente un programme de gouvernement clair et réaliste sur son site dans le droit fil d’informations sur son action, régulièrement mises en ligne. Heureuse fin de week-end aux antipodes

  2. Marchant dit :

    Je partage cette opinion que sans une réforme du système monétaire international actuel, complètement délirant, aucune solution ne marchera.
    cf. cette video sur l’arnaque du système de monnaie FIAT:

  3. benoît dit :

    Pas de souci Olivier, le système va bientôt craquer de lui-même, nul ne peut savoir quand précisément mais c’est pour bientôt, c’est sûr, peut-être même très bientôt.
    La cavalerie financière à la Ponzi et les plans de sauvetage qui n’ont pour but que de sauver les plans précédents… ça conduit toujours à l’effondrement.
    La ruine on l’a depuis longtemps, ne manque plus que le collapsus.

    • xavib dit :

      « La ruine on l’a depuis longtemps, ne manque plus que le collapsus. »

      Oui. La situation me fait penser à celle d’un arbre mort depuis longtemps, vidé de sa sève et sans plus aucune feuille sur ses branches… qui tient encore debout jusqu’à ce qu’un coup de vent le fasse s’écrouler.

  4. JD dit :

    Il est clair que les banquiers centraux et les politiciens se préoccupent beaucoup moins de défendre la valeur de leur monnaie – et le pouvoir d’achat des gens – que les banques et leurs privilèges corporatistes.

    La perfusion peut durer longtemps, sauf qu’à la différence d’un patient dans le coma, le système tient grâce à la confiance. Dès que la panique s’installera, c’en sera fini…

  5. BA dit :

    Lundi 7 novembre 2011 :

    Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité de l’Italie à rembourser ses dettes.

    Les taux de l’Italie sont en train d’exploser leurs records : le taux des obligations à 10 ans est aujourd’hui de 6,656 % !

    Le graphique ci-dessous montre que l’Italie va bientôt demander l’aide du FMI et de l’Union Européenne :

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

Répondre à JD Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s