Ils veulent tous notre argent !

« Les Anglais, les Américains et toute l’Union européenne… Ils veulent tous notre argent ! La Commission européenne veut les eurobonds contre la crise de la dette – Barroso présente son plan », écrit le Bild-Zeitung, l’un des principaux journaux allemands. « Objectif : que tous soient responsables de tous. Mais à la fin, un seul paie l’addition : l’Allemagne ». Plus loin, en capitales : « Le monde entier veut notre argent. Combien de temps encore la chancelière Merkel va-t-elle tenir ? ». C’est en effet la question qui se pose pour l’Allemagne, elle-même rattrapée par la défiance des marchés… Mais monétisation de la dette ou pas, cela ne changera rien, in fine, au destin tragique de l’euro.

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Ils veulent tous notre argent !

  1. BA dit :

    Jeudi 24 novembre 2011 :

    « Trois mois maximum avant la fin de la zone euro » selon Olivier Sarkozy, banquier à New York.

    A propos d’Olivier Sarkozy, le demi frère du Président, et l’un des dirigeants de Carlyle (l’un des plus gros fonds d’investissement du monde) qui, cité par la chaine américaine CNBC, déclare aujourd’hui que la zone euro est à moins de trois mois de son effondrement, selon le chef de la recherche économique chez Axa : « les marchés évaluent le risque d’éclatement de la zone euro entre 50 et 60 % ».

    http://fr.news.yahoo.com/3-mois-maximum-avant-fin-zone-euro-selon-182239932.html

  2. Jean LENOIR dit :

    Bonjour,

    Le calendrier n’est pas fixable : tout peut arriver à tout moment. Les acteurs deviennent très nerveux. Ici, aux antipodes, les kiwis ne parlent que de ça : c’est vous dire…

    Jean LENOIR

  3. aerosmith dit :

    même l’Allemagne n’a plus d’argent……. ses banques sont cuites et elle a une dette conséquente, alors si ses taux augmentent…..

  4. BA dit :

    Jeudi 24 novembre 2011 :

    Aujourd’hui, le mini-sommet Merkel-Sarkozy-Monti n’a pas du tout rassuré les investisseurs internationaux : pour six Etats européens, les taux des obligations à 10 ans sont au-dessus de 5,7 %.

    Les deux Etats les plus en danger sont la Belgique et l’Italie : leurs taux explosent.

    Belgique : 5,737 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBGB10YR:IND

    Espagne : 6,627 %.

    Italie : 7,107 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

    Irlande : 8,207 %.
    Portugal : 12,211 %.
    Grèce : 29,875 %.

  5. Jean LENOIR dit :

    C’est cuit …avant trois mois

    Jean LENOIR

    • Jérôme dit :

      Justement!! Ce n est Pas cuit du tout avant 3 mois… Tous le monde met la pression sur l Allemagne jusqu à ce qu elle accepte les eurobonds ou la monétisation !!! Et elle sera obligé de l accepter sous peine d être traité de nazi comme au pire heures des années 35-40… Vous verrez! Cette histoire de frère de Sarko c est de l intox à destination de l Allemagne pour la faire plier… C est foutu, c est sûr qu on aura la planche a billet de la bce.. on aura une monétisation pour retarder encore et encore l effondrement…. L Allemagne ne quittera jamais l euro! Pas encore en tout cas..

  6. Speiss dit :

    Jérôme…. « eurobonds ou monétisation » ??? je crois que c’est la même chose; personne n’achètera les eurobonds puisque c’est toujours la même dette pourrie, ce sera la BCE qui achetera en faisant marcher la planche à billets.

  7. BA dit :

    Vendredi 25 novembre 2011 :

    Londres se prépare à la fin de la zone euro, mais les « plans » sont flous.

    Les autorités britanniques évoquent désormais ouvertement des « plans » pour faire face à un démantèlement de la zone euro, demandant en particulier aux banques de s’organiser en conséquence, mais les mesures envisagées restent à ce stade particulièrement floues.

    Un responsable de l’Autorité des services financiers (FSA), le superviseur des marchés britanniques, a relancé les spéculations en affirmant jeudi que les banques du pays avaient été priées de se tenir prêtes à affronter tous les scénarios, y compris les « pires ».

    « Nous ne pouvons pas ignorer l’éventualité d’une sortie désordonnée de certains pays de la zone euro », a expliqué Andrew Bailey lors d’une conférence à Londres.

    Le ministre des Finances George Osborne avait été le premier à dire, début novembre, que Londres « préparait des plans » en cas d’éclatement de la monnaie unique.

    « Ici, hors de l’euro, il faut nous préparer à toutes les éventualités et c’est exactement ce que nous faisons », avait renchéri un peu plus tard devant des hommes d’affaires le Premier ministre David Cameron, sans donner lui non plus le moindre détail.

    Une crise totale conduisant à la mort de la monnaie européenne est envisagée avec une certaine délectation par une presse largement eurosceptique. Elle est en revanche redoutée par les milieux économiques qui craignent un impact dévastateur sur le Royaume-Uni, qui réalise plus de 40% de ses échanges commerciaux avec ses voisins.

    Du côté du secteur financier, les banques ont déjà largement réduit leur exposition aux pays périphériques de la zone euro, Grèce et Portugal en tête, comme l’ont montré leurs récents résultats trimestriels.

    Mais le degré d’inquiétude est monté de plusieurs crans lorsque l’Italie s’est retrouvée à son tour dans la ligne de mire des marchés : selon les estimations de la presse, les quatre principales banques britanniques détiennent encore pour quelque 40 milliards de livres (46 milliards d’euros) de dette italienne. L’onde de choc d’une faillite de l’Etat italien atteindrait donc rapidement le Royaume-Uni.

    Hormis la vente de ces actifs devenus risqués, les banques devraient être incitées à se constituer un matelas de capitaux supplémentaires en revoyant à la baisse bonus et dividendes.

    Au-delà de ces mesures relativement classiques et attendues, le « plan de protection » britannique reste mystérieux.

    http://www.romandie.com/news/n/CRISELondres_se_prepare_a_la_fin_de_la_zone_euro_mais_les_plans_sont_flous251120111511.asp

  8. You got a really useful blog. I have been here reading for about an hour. I am a newbie and your success is very much an inspiration for me.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s