Olivier Delamarche : « On nous refait Maastricht en couleur »

Idem pour le FESF (qui vient d’ailleurs d’être mis sous surveillance négative par S&P)… Un nouveau traité européen ne servira à rien, le AAA est déjà perdu pour tout le monde. « Ce n’est pas parce que vous allez coller des sanctions automatiques à des Etats qui, déjà, ne respectent pas les 3% que les Etats vont se désendetter ». L’éclatement de la zone euro est inéluctable.

(BFM Business, 6 décembre 2011)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Olivier Delamarche : « On nous refait Maastricht en couleur »

  1. BA dit :

    Mardi 6 décembre 2011 :

    Standard and Poor’s place sous surveillance négative le fonds de secours européen.

    Le FESF est un instrument financier qui lève de l’argent sur les marchés avec une garantie apportée par les Etats de la zone euro, proportionnellement à leur participation dans le capital de la Banque centrale européenne (BCE).

    Il bénéficie actuellement d’une note triple A qui lui permet théoriquement d’emprunter à des taux avantageux sur les marchés. L’argent qu’il lève est ensuite reversé à des pays en difficulté (Portugal, Irlande) à des taux moindres que ceux qu’ils devraient payer sur les marchés.

    Mais le FESF a été récemment rattrapé par la crise de la dette et a dû payer des taux d’intérêt élevés lors de sa dernière émission de dette en novembre.

    Il avait alors réussi à lever trois milliards d’euros d’obligations à dix ans, mais les acheteurs ne s’étaient pas bousculés, et les taux étaient ressortis en nette hausse par rapport à ses précédentes émissions.

    http://www.boursorama.com/actualites/standard-and-poor-s-place-sous-surveillance-negative-le-fonds-de-secours-europeen-1873d1d1f8a2fd5c31c7d2eff741ac92

    Maintenant, il va falloir surveiller les prochains emprunts du FESF.

    La prochaine fois que le FESF va lancer un emprunt, quel taux d’intérêt devra-t-il payer ?

    Il va falloir surveiller ça.

  2. Jean LENOIR dit :

    Idem : consternant (pas cet article, mon Cher Olivier), le n’importe quoi ambiant des politiques.

    Jean LENOIR

  3. BA dit :

    Mardi 6 décembre 2011 :

    Standard and Poor’s place sous surveillance négative le fonds de secours européen.

    L’agence de notation Standard & Poor’s a annoncé mardi avoir placé sous surveillance négative la note du Fonds européen de stabilité financière (FESF), conséquence de sa décision de placer sous surveillance les principaux pays de l’Union monétaire.

    Autrement dit :

    Pour sauver les Etats européens surendettés, l’Union Européenne avait construit un machin vide, le FESF.

    Comme ce machin vide n’avait pas d’argent, il était obligé d’emprunter sur les marchés internationaux. Ensuite, avec cet argent, il prêtait des milliards d’euros aux Etats européens surendettés.

    Problème : la situation en zone euro est de plus en plus catastrophique, donc les agences de notation vont dégrader le machin vide.

    Donc, le machin vide va être obligé d’emprunter sur les marchés internationaux à des taux d’intérêt de plus en plus élevés.

    Donc, le machin vide va prêter aux Etats européens surendettés à des taux d’intérêt de plus en plus élevés.

    Conclusion : l’Union Européenne va créer un nouveau machin vide, le MES.

  4. BA dit :

    Mercredi 7 décembre 2011 :

    Zone euro : Sarkozy n’exclut pas un risque d’explosion.

    17h25.

    Sarkozy : «Le risque d’explosion est prégnant tant que l’accord avec Merkel n’est pas effectif».

    Devant les députés UMP, Nicolas Sarkozy a déclaré que «l’Europe n’est pas sortie de la crise. Le risque d’explosion est prégnant tant que les décisions prises avec Angela Merkel ne sont pas effectives», rapporte un des participants.

    «L’Europe a besoin de refinancer sa dette et les prêteurs n’ont plus confiance», a-t-il ajouté. «Pour la retrouver, il n’y a qu’une seule stratégie : l’alliance entre la France et l’Allemagne. Il n’y a pas d’autres alternatives». Le chef de l’Etat a aussi estimé que la souveraineté «ne s’exerce pas seul, mais avec les alliés, les amis, les voisins». Il a également déclaré : «On ne peut pas continuer à être le marché le plus ouvert au monde et accepter les produits des pays qui ne respectent aucune règle. Pour cela, il faut refonder les traités».

    http://www.leparisien.fr/crise-europe/en-direct-zone-euro-sarkozy-n-exclut-pas-un-risque-d-explosion-07-12-2011-1756811.php?google_editors_picks=true

  5. Melville P. dit :

    Ce n’est pas en mettant un malade sous tutelle – ou curatelle – qu’on le guérit.

    Et puis sommes nous vraiment si malades ou n’est on pas plutôt en train de nous administrer à toute force une thérapie de choc qui ne fera qu’aggraver le mal…. La saignée de Molière….

  6. Leslie Aldridge z dit :

    En fait, les agences de notation ne sont jamais qu’un mauvais thermomètre ne faisant que prendre le pouls desdits marchés.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s