Bankrun : les Grecs vident leurs comptes bancaires

Les Grecs continuent de vider leurs comptes bancaires, et les dépôts déclinent rapidement dans les banques : « En septembre et en octobre, les comptes d’épargne et les dépôts à terme ont encore diminué de 13 à 14 milliards d’euros supplémentaires », explique Georgios Provopoulos, le gouverneur de la banque centrale de Grèce. « Dans les 10 premiers jours de novembre, cette baisse s’est poursuivie sur une large échelle ».

Les Grecs détiennent seulement 170 milliards d’euros d’épargne aujourd’hui. C’est 30% de moins qu’en 2010. Les entreprises qui ne parviennent plus à obtenir de prêts des banques réticentes ont utilisé leurs disponibilités. Le chômage qui culmine à plus de 18% a privé de nombreuses personnes d’emploi. En outre, les pensions de retraite ont été réduites par les mesures d’austérité. De nombreuses familles grecques utilisent leurs économies pour joindre les deux bouts. Pour d’autres, c’est la peur de l’effondrement du système bancaire qui motive le retrait des économies à la banque.

La fuite des capitaux s’accélère ainsi dangereusement. Au début 2010, les comptes de dépôts à terme et les comptes d’épargne s’élevaient à 237,7 milliards d’euros ; mais ils ont perdu 49 milliards d’euros. 5,4 milliards d’euros ont été retirés en septembre, et 8,5 milliards d’euros en octobre, un montant de sorties record depuis le début de la crise.

Pire, maintenant, ce sont maintenant des personnes avec des montants d’épargne modestes qui rejoignent cette ruée bancaire, alimentant le cercle vicieux. Ypatia K., une banquière d’Athènes, le confirme dans Spiegel Online : « Les clients, en particulier les petits épargnants, ont récemment retiré des sommes de 3.000 euros, 4.000 euros ou 5.000 euros. C’était de la panique ».

Source : Der Spiegel/Express.be via Le Blog à Lupus

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Bankrun : les Grecs vident leurs comptes bancaires

  1. BA dit :

    Crise : Draghi douche les espoirs d’une intervention massive de la BCE.

    Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a douché jeudi les espoirs d’une intervention massive de son institution face à la crise, appelant plutôt les gouvernements à « faire le maximum ».

    A l’adresse des dirigeants européens réunis à partir de la soirée à Bruxelles, il a appelé de ses voeux un nouveau « pacte budgétaire » en zone euro, pour enrayer l’envol de la dette des Etats.

    « La responsabilité ultime d’enrayer la crise appartient aux responsables politiques », a-t-il répété.

    M. Draghi a estimé que si ce pacte budgétaire devait être doté d’un « cadre légal crédible », il était « tout aussi important qu’il soit mis en place rapidement », une manière de s’opposer à des procédures trop longues de ratification en cas de modification des traités européens.

    Le président de la BCE s’est par ailleurs dit « surpris de l’interprétation de ses propos » après un discours devant le Parlement européen la semaine dernière.

    Certains médias et économistes avaient alors affirmé que M. Draghi serait disposé à intervenir massivement en soutien des Etats, une fois mises en place les réformes institutionnelles.

    Loin de nourrir ces espoirs, le président de la BCE a dit qu’en matière de soutien aux pays en détresse, sa « préférence allait au FESF et au MES », soit au mécanisme déjà mis en place et à celui qui doit le relayer. M. Draghi les a jugés « parfaitement équipés » pour faire face à la crise de la dette.

    Le président de la BCE a aussi exclu la possibilité d’intervenir davantage sur le marché de la dette publique comme le réclament certains Etats, notamment la France, soulignant une nouvelle fois que les achats d’obligations publiques qu’effectue déjà la BCE sont « limités » et « temporaires ».

    « Les traités interdisent un financement monétaire des Etats », a dit M. Draghi.

    Il a aussi balayé la possibilité d’un financement des Etats par la BCE, mais via le Fonds monétaire international : « c’est incompatible avec les traités ».

    http://www.boursorama.com/actualites/crise-draghi-douche-les-espoirs-d-une-intervention-massive-de-la-bce-986ab51fdd7e167f8ec16caab6c4c10f

  2. Oui BA, c’est la douche froide pour les marchés et les partisans jusqu’au boutistes de l’euro…

    Mais Draghi pourra-t-il tenir longtemps cette ligne de relative orthodoxie (en réalité, la BCE rachète en douce des titres souverains sur le marché secondaire, on en est déjà à plus de 200 milliards d’euros…) ? Les choses ne vont cesser de s’aggraver.

    Soit le président de la BCE finira par céder sous la pression des marchés et d’un rapport de forces politique qui aura changé, soit ce sera l’implosion définitive de la zone euro.

  3. Jean LENOIR dit :

    Le petit peuple n’est pas stupide. La situation est vraiment grave. La contagion à toute l’Europe n’est pas loin et la fin est proche.

    Jean LENOIR

  4. BA dit :

    Vendredi 9 décembre 2011 :

    L’agence d’évaluation financière Moody’s a abaissé d’un cran la note à long terme des banques françaises Crédit Agricole SA, BNP Paribas, et Société Générale, en y attachant une perspective négative, a-t-elle annoncé vendredi dans des communiqués distincts.

    Cette décision intervient à l’issue d’un examen approfondi lancé le 15 juin, et prolongé mi-septembre, précise l’agence.

    Crédit Agricole SA bénéficie désormais d’une note de solidité financière abaissée d’un cran à « C- », et d’une note de dette à long terme « Aa3 ».

    La solidité financière de la Société Générale est rétrogradée de deux crans à « C- », mais sa note long terme ne recule que d’un cran à « A1 ».

    La note de ces deux établissements avait déjà été dégradée mi-septembre par Moody’s.

    A cette époque, la note de BNP Paribas avait été maintenue mais avec une prolongation de la « mise sous surveillance négative ». Cette fois, la banque n’y échappe pas : sa note de solidité financière perd deux crans à « C », contre « B- » auparavant, et sa note long terme ressort à « Aa3 ».

    http://www.romandie.com/news/n/Moody_s_degrade_Credit_Agricole_SA_BNP_Paribas_et_Societe_Generale091220110712.asp

  5. BzH dit :

    500 000 Grecs ont retiré tout leur argent grâce aux banques françaises

    « Ainsi, selon nos informations: le siège du Crédit Agricole à Paris propose aux clients grecs de sa filliale dont les dépots exèdent 50 000 euros de transférer leurts fonds à Paris …pour raisons de sécurité !
    Maintenant, il est également prévu de proposer ce système aux clients ayant moins de 50.000 euros sur leur compte.  »

    http://dailynuts-news.over-blog.com/article-500-000-grecs-ont-retire-tout-leur-argent-grace-aux-banques-francaises-92458391.html

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s