Qui a tué la croissance économique ?

Game over ? Quand notre modèle de développement se heurte aux limites physiques de la planète… malgré l’empilement de dettes et de plans de relance à crédit. Voici la version française sous-titrée de « Who killed economic growth ? » du Post Carbon Institute.

Lire aussi :

The End of Growth – exclusive supplemental materials

Prêt à jeter : enquête sur l’obsolescence programmée

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, Matières premières, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Qui a tué la croissance économique ?

  1. 2011 a pris fin sur une note encore plus positive que nous le pensions: l’économie américaine a, en effet, créé 200 000 emplois en décembre et le
    taux de chômage a, une fois de plus, reculé, à 8,5%, au plus bas depuis début 2009. Il n’y a quasiment que des bonnes nouvelles, si ce n’est
    l’emploi public. Même le secteur (déprimé) de la construction a créé des emplois ! De plus, les différences entre les deux enquêtes (auprès des
    entreprises et des ménages) ne peuvent être utilisées pour tempérer notre optimisme : l’emploi progresse, à un rythme qui va accélérant, et toutes
    les mesures de sous-utilisation du travail baisse. Cerise sur le gâteau : les salaires accélèrent.
    http://economic-research.bnpparibas.com/applis/www/recheco.nsf/EcoFlashByDateEN/DA86F01C299AD680C125797D004EFDFD/$File/EcoFlash009_english.pdf?OpenElement

    PS SURTOUT N’OUBLIEZ PAS DE SHORTER LE MARCHE. C’EST LE MOMENT DE VENDRE!!!!

  2. BA dit :

    Mercredi 21 décembre, le matin : la BCE prête 489 milliards d’euros aux banques privées européennes.

    Est-ce que les banques privées européennes ont utilisé ces milliards d’euros pour racheter des obligations d’Etat ?

    Espagne : taux des obligations à 10 ans :
    Mardi 20 décembre : 5,069 %.
    Mercredi 21 décembre : 5,275 %.
    Jeudi 22 décembre : 5,363 %.
    Vendredi 23 décembre : 5,377 %.
    Vendredi 6 janvier : 5,708 %.
    Conclusion : avec ces milliards d’euros, les banques privées espagnoles n’ont pas racheté des obligations de l’Etat espagnol.

    Italie : taux des obligations à 10 ans :
    Mardi 20 décembre : 6,613 %.
    Mercredi 21 décembre : 6,788 %.
    Jeudi 22 décembre : 6,917 %.
    Vendredi 23 décembre : 6,981 %.
    Vendredi 6 janvier : 7,129 %.
    Conclusion : avec ces milliards d’euros, les banques privées italiennes n’ont pas racheté des obligations de l’Etat italien.

  3. Jean LENOIR dit :

    Bonjour,

    Le constat est terrible : il n’y a plus que des dettes qui financent d’autres dettes. Les agents économiques qui ne sont pas liquides sont donc condamnés. La « croissance » passe donc par un effondrement cataclysmique dont l’effet se fera sentir des décennies si encore l’humanité y survit.

    Jean LENOIR

  4. las artes dit :

    This is a well known type of problem in economics and business strategy, and there is a whole body of thinking – game theory – about the right strategies for players to use.

  5. diddie dit :

    Tous les 40-50 ans la finance se remet a jour, ca passe par la crise, c’est juste un gros cycle.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s