AAA : Ce n’est pas ce qu’on nous avait dit

(source : Contrepoints)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour AAA : Ce n’est pas ce qu’on nous avait dit

  1. Jean LENOIR dit :

    Les grands pourris de la langue de bois…

    Jean LENOIR

  2. BA dit :

    En zone euro, quatre Etats sont notés AAA.

    Ces quatre Etats AAA sont des Etats du nord de l’Europe : l’Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Finlande.

    Dans les mois qui viennent, ces quatre Etats AAA accepteront-ils de payer davantage pour aider les autres Etats de la zone euro ?

    Dimanche 15 janvier 2012 :

    Un grand patron allemand évoque une sortie de l’Allemagne de l’euro.

    Le patron du géant allemand des gaz industriels Linde, Wolfgang Reitzle, a pris position pour une sortie de l’Allemagne de la zone euro au cas où l’on ne parviendrait « pas à discipliner les pays en crise », dans une interview au magazine Spiegel, à paraître lundi 16 janvier. « Si on ne parvient pas à discipliner les pays en crise, l’Allemagne doit se retirer », déclare M. Reitzle, ajoutant « ne pas croire personnellement qu’il faille sauver l’euro à tout prix ».

    Selon l’hebdomadaire, M. Reitzle est le premier patron d’une entreprise cotée à l’indice Dax des 30 valeurs vedettes de la Bourse de Francfort à prendre une telle position.

    « Ce scénario n’est à mes yeux pas souhaitable, mais il ne doit pas non plus être considéré comme tabou », a souligné le chef d’entreprise, qui considère qu’après le choc des premières années lié à sa sortie de l’euro, l’économie allemande pourrait retrouver toute sa compétitivité.

    http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Un-grand-patron-allemand-evoque-une-sortie-de-l-Allemagne-de-l-euro_6346-2032422-fils-tous_filDMA.Htm

  3. Geraldine dit :

    Sarkozy et toute sa clique paieront leurs forfaitures devant l’Histoire. La « rupture » à laquelle tant de gens ont cru, « ensemble tout est possible », n’était qu’une misérable farce. La France a raté le coche, elle s’enfonce sous l’eau, et comme on dit l’Histoire ne repasse pas les plats. Le caniche des Américains et des banquiers est tout de suite rentré à la niche. Quant à la gauche, on n’y a pas vu un tel niveau depuis la au moins la IVème République, je plains les rares Français qui croient encore qu’un mollusque comme Hollande pourra sauver la Nation.

  4. BA dit :

    A propos du Mécanisme Européen de Stabilité (MES), François Leclerc écrit :

    Le même problème de financement va se trouver posé avec le MES car il est prévu qu’il bénéficie non pas de garanties, comme c’était le cas du FESF, mais cette fois-ci d’un capital, dont le montant prévu est pour l’instant de 620 milliards d’euros. Une nouvelle négociation délicate va devoir être bouclée, afin de déterminer le montant du capital appelé sans attendre. Celui de 80 milliards d’euros a été évoqué dans un premier temps, mais cela pourrait être davantage afin de donner au MES une meilleure assise financière immédiate. Pour ce faire, les États européens qui le financent vont devoir emprunter sur le marché, en même temps qu’ils cherchent à diminuer leur endettement !

    http://www.pauljorion.com/blog/?p=32766

    – Les Etats européens sont surendettés.

    – Pour sauver les Etats européens surendettés, le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) sera créé en juillet.

    – Les Etats européens surendettés vont emprunter des dizaines de milliards d’euros supplémentaires. Les Etats européens surendettés vont se surendetter encore plus.

    – Ensuite, avec cet argent, ils pourront capitaliser le MES.

    – Enfin, le MES pourra prêter des dizaines de milliards d’euros aux Etats européens surendettés.

    – C’est génial.

    – C’est trop balèze.

    – Seul un énarque pouvait imaginer ça.

  5. Bilou dit :

    ce que je ne comprend pas c’esty pourquoi on donne autant d’importance à l’agence S&P si pas à Moody’s et Fitch qui maintiennent le AAA de la France ( http://www.gecodia.fr/Les-notes-des-agences-de-notations-par-pays-recapitulatif_a3210.html ).

  6. hum hum dit :

    Sur le chômage c’est pas non plus ce qu’on nous avait dit.
    Lors de l’émission « A vous de juger » en 2007, Nicolas Sarkozy s’était engagé sur 5% de chômeurs à la fin de son quinquennat et conseillait aux Français d’en « tirer les conséquences » s’il finissait à 10%…. car ce serait un « échec ».
    Les responsables politiques disait Sarkozy n’ont pas une obligation de moyens mais une obligation de résultats.
    Sortons donc le sortant puisque selon ses propres critères il a lamentablement échoué : le taux de chômage OFFICIEL est aujourd’hui en France à quasiment 10% (9.8% en novembre 2011).

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s