Le MES, un coup d’Etat en toute discrétion

(BFM Business, le 23 février 2012)

De retour d’une semaine de vacances, je ne peux manquer de revenir sur ce qui s’est passé mardi avec la ratification à l’Assemblée nationale du traité européen instaurant le MES. Comme d’autres, j’avais sonné l’alarme en octobre dernier (MES : la dictature financière que l’Europe nous prépare). On notera que le calendrier a été avancé d’un an…

Nicolas Doze confirme le coup d’Etat : « Pourquoi tant de discrétion ? On se le demande d’ailleurs, parce que ça vaudrait véritablement un débat national. En fait le pouvoir veut surtout éviter un débat national sur ce sujet, parce que lorsqu’on évoque les futurs textes de l’Europe, ça pose le débat national du : « Etes-vous pour ou contre plus d’Europe ? » Et ça réveille immédiatement le spectre du référendum de 2005 où, vous le savez, la France a voté non, mais pour rien« …

On a voté mardi pour l’Europe fédérale mais sans consulter le peuple. Et Nicolas Sarkozy qui promettait, par l’usage du référendum, de rendre la parole à ce dernier !

Lire aussi : Parlementaires : « Montrer l’exemple ? Vous n’y pensez pas »

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Le MES, un coup d’Etat en toute discrétion

  1. gidmoz dit :

    L’Etat européen supra-national se construit brique après brique. Une solidarité financière de plusieurs pays conduira nécessairement à une autorité politique supra-nationale, sauf si chacun sait rembourser ses dettes. Ce qui ne semble pas Etre le cas de tous les Etats européens.

    Les libertariens condamnent ce triomphe rampant et discret de l’étatisme. Les élus sont, par nature, étatistes. Ils croient que l’Etat serait le mieux à même d’organiser la société. Les étatismes veulent un Etat encore plus gros, encore plus puissant. Un super-état européen va se produire lentement mais surement. C’est un échec des peuples, c’est un échec de la liberté.

    • Il n’y a pas que les libertariens qui condamnent l’édification d’un super-Etat fédéral par-dessus la volonté des peuples. Il y a aussi les libéraux et tous les (vrais) démocrates, ça fait quand même du monde…

  2. Jean LENOIR dit :

    Si, Olivier – on se demandait où vous étiez passé et on espère que la neige fut bonne : vous absent on s’interroge – il y a quelques mots qui ne doivent pas passer inaperçus. Ceux de la sagesse budgétaire et de la règle d’or de 60%, lesquels doivent être retenus.

    Les copains technocrates sont en train de s’apercevoir que les boeufs n’étaient pas là… Seulement la charrue est en morceaux. Les boeufs vont donc devoir tracter une charrue qui ne fonctionne pas.
    En arrêtant là l’image on se demande à quoi vont aboutir les pénalités financières automatiques lesquelles frapperont les Etats exsangues, ou, plutôt si : la révolution.
    Comble du comble, les dirigeants du MES sont juridiquement inattaquables, ce qui leur permet tout et n’importe quoi. Bref on se dirige vers une Europe dirigée par des Bachar El Assad financiers.

    Pour sûr, demander l’avis du citoyen sur la question est tout à fait hors de question. Les Princes ne gagneront pas, les faits vont casser leur construction autocratique et technocratique.

    Jean LENOIR

    • azertyz dit :

      « Bref on se dirige vers une Europe dirigée par des Bachar El Assad financiers. »

      N’insultez pas Bachar el Assad, Mr Lenoir !

  3. Geraldine dit :

    Que les parlementaires votent eux-mêmes la fin de leurs prérogatives budgétaires est tout bonnement sidérant.

    Le Parlement en effet a été inventé à l’origine par les Anglais pour voter le budget et fixer le niveau de l’impôt.

    On savait nos députés veules et stupides, mais à ce point ça dépasse l’entendement. Ils ont scié la dernière (petite) branche sur laquelle ils étaient assis.

    La prochaine fois que voteront-ils ? Leur propre dissolution ?

    Nous sommes à l’été 40.

  4. Jean LENOIR dit :

    Bonjour,

    J’aime bien les deux commentaires ci-dessus.
    Commençons par Géraldine (apparemment pas un pseudo masculin). Je propose en effet au gouvernement français de s’exiler en Nouvelle-Zélande – plus agréable que Vichy, croyez-moi.

    Pour Azertyz, je suis partagé entre deux entendements. Ou bien c’est faire trop d’honneur aux technocrates financiers de les comparer à Bachar El Assad (ils n’ont pas la puissance du feu) ou bien vous considérez Bachar El Assad comme un Hitler ou un Néron, auquel cas ces messieurs n’ont pas encore fait étage de leur pouvoir de nuisance et, en effet, c’est insultant pour le Syrien.

    Bref les deux versions me plaisent.

    Jean LENOIR

  5. IPOM dit :

    L’Europe des banquiers-gouverneurs… ils vont se servir dans nos caisses publiques sans même être tenus de nous demander notre avis.
    En toute « immunité ».

  6. momo dit :

    Et si vous daignais, au moins, expliquer en quoi consiste ce « MES » ,?
    On finit par être gonflés par ces nouveaux et innombrables sigles abcons!
    Est-ce ainsi que vous pensez éduquer les « peuples » à répondre aux réferendums, chose qui serait indispensable (mieux vaut tard que jamais) pour éviter, justement, la répétition de celui de 2005?
    C’est celà le hic en cette matière: que le « peuple » comprenne quelque chose à la question posée. Ce n’à jamais été le cas en France.
    En tous cas, je suis d’accord pour construire une Europe fédérale (on n’a que trop tardé) et encore plus pour une surveillance mutuelle des budgets nationaux et de la « règle d’or » qui me parait évidente.
    Mais vous n’allez pas aimer ce papier! Répondez quand même !

    • Si vous êtes d’accord avec cette Europe fédérale à l’allemande, avec la surveillance, la tutelle et l’abandon par le peuple de l’exercice de sa souveraineté (dont je vous rappelle que la Constitution précise qu’elle est indivisible et inaliénable), alors tant mieux pour vous : Laissez-vous guider et ne posez pas de question, « on » s’occupe de votre avenir et de votre argent !

      Sinon faites un tout petit effort : cliquez sur le lien que je propose dans mon billet, écoutez Nicolas Doze et vous saurez ce que veut dire « MES ».

    • xavib dit :

      Oui renseignez-vous un peu momo, vous n’avez qu’à lire ou regarder les vidéos que Mr Demeulenaere met généreusement sur ce blog. Le MES est le Mécanisme Européen de Stabilité, le nouveau dictateur européen. Quand il veut, et aussi souvent qu’il veut, il peut simplement exiger des pays de la zone euro de payer des milliards d’euros sous 7 jours. Irrévocablement et sans condition. A l’initiative de « gouverneurs » non-élus qui n’auront à rendre aucun compte à personne. Il peut ruiner un pays en moins d’une semaine !

  7. Ping : Le MES, un coup d’état en toute discretion « veritesetmensonges

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s