L’art des banquiers centraux européens de jeter l’argent par la fenêtre

Les milliards pleuvent pour les banques mais les responsables de l’économie réelle ont de plus en plus de difficulté à obtenir des prêts concrets pour investir, gagner des marchés et offrir ou maintenir des emplois. Aujourd’hui, les agences de notation, très disertes depuis quelques jours, annoncent que toute cette impression de monnaie de la part de Draghi & Co au profit des banques ne sert à rien, sinon à gagner du temps avant leur effondrement.

C’est ainsi que l’agence de notation Fitch estime que les prêts massifs (LTRO) octroyés par la Banque centrale européenne (BCE) ont permis d’éviter que les banques soient de nouveau déclassées. La LTRO a eu une influence stabilisante sur les marchés financiers européens. Mais l’agence précise cependant que ces injections ne font guère que retarder la chute des banques européennes mal notées. Plus nous approcherons du défaut de la Grèce, plus les points sensibles du Crédit Agricole seront chatouillés… Et comme chacun sait, elle n’est pas la seule.

Si les banquiers centraux européens cherchent effectivement à gagner du temps sans injecter d’argent pour soutenir l’économie réelle, cela veut dire qu’il existe un plan d’effondrement consenti, mais qu’il doit survenir dans un timing choisi. On ne peut pas comprendre autrement les centaines de milliards gaspillés pour la Grèce alors que des économistes sont d’accord pour reconnaître, à terme, l’échec de cette manœuvre de sauvetage.

L.I.E.S.I., le 29 février 2012

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour L’art des banquiers centraux européens de jeter l’argent par la fenêtre

  1. Jean LENOIR dit :

    Oui Olivier,

    Je crois de plus en plus au scénario de l’effondrement « consenti » (ça fait froid dans le dos – une sorte de suicide collectif assisté programmé) et je regrette de constater que c’est cohérent avec tous les commentaires que je puis faire. Feu d’artifice prévu, si j’ose dire, peu après (mais vraiment peu après) les élections.

    Jean LENOIR

  2. Geraldine dit :

    Une sorte de hara-kiri de l’Occident… pour mieux imposer le rêve mondialiste de l’oligarchie.

  3. BA dit :

    Jeudi 1er mars 2012 :

    Un groupe secret de créanciers de la Grèce se réunit en urgence aujourd’hui.

    Un groupe secret de représentants de 15 grandes banques, fonds d’investisements et fonds spéculatifs se réunit jeudi pour décider si la restructuration de la dette de la Grèce doit déclencher des paiements pour les détenteurs de titres dérivés, écrit mercredi le Wall Street Journal.

    Ces paiements peuvent représenter plusieurs milliards de dollars, alors que la Grèce est proche d’un défaut de paiement. Le groupe doit se réunir jeudi matin pour décider si la restructuration de dette de la Grèce est à même de déclencher des paiements pour les détenteurs de titres de couverture de défaillance ou « credit default swap » (CDS), qui fonctionnent comme une assurance contre un événement, explique le Wall Street Journal.

    L’impact de cette décision pourrait dépasser le marché de la dette grecque et est à même d’affecter les investisseurs à travers les marchés d’obligations européens ainsi que les détenteurs de 2.900 milliards de CDS sur la dette de gouvernements dans le monde. Mais certains investisseurs se plaignent du secret entourant le processus et l’accusent d’être plein de conflits d’intérêt, poursuit le quotidien financier.

    Aucune personne extérieure ne peut participer à la réunion qui est organisée par l’association des swaps et dérivés internationaux, et aucun transcript ne sera distribué.

    Quand une décision sera annoncée, avant lundi, le comité ne fournira pas d’explication. Il n’y aura pas de possibilité de faire appel pour les investisseurs. Si les firmes qui participent au comité sont connues, comme Goldman Sachs Group, Deutsche Bank et Morgan Stanley, les noms de leurs représentants ne sont pas rendus publics, de même que l’exposition de chaque firme ou personne à la dette grecque.

    L’argent en jeu dans les CDS grecs n’est pas énorme, et il ne devrait pas y avoir plus de 3,2 milliards de dollars de paiements nets entre les acheteurs et vendeurs de protections contre le défaut ou la restructuration de dette.

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20120301trib000685710/un-groupe-secret-de-creanciers-de-la-grece-se-reunit-en-urgence-aujourd-hui.html

Répondre à BA Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s