Révolution populaire en Islande

« Le fait qu’une seule émission de radio italienne (Radio Italia) ait parlé de la révolution en cours en Islande est un témoignage impressionnant du peu que les médias veulent bien nous dire sur le reste du monde. Les Nord-Américains ont pu se rappeler que, au début de la crise financière de 2008, l’Islande s’était déclarée en faillite. Les raisons n’en ont été abordées que très superficiellement, et depuis, ce membre peu connu de l’Union européenne est retombé dans l’oubli. Du fait que les pays européens s’effondrent les uns après les autres, mettant l’euro en danger, avec des retombées pour tout le monde, la dernière chose que l’oligarchie dominante souhaite est que le cas de l’Islande se transforme en exemple.

En voici à présent les raisons :

Cinq années d’un régime purement néolibéral ont fait de l’Islande (320 mille habitants et pas d’armée) l’un des pays les plus riches du monde. En 2003, toutes les banques du pays ont été privatisées et, dans le but d’attirer les investisseurs étrangers, elles ont offert des lignes de crédit dont les coûts très bas ont permis des taux de rendement relativement élevés. Les comptes appelés « icesave » attirèrent de nombreux petits investisseurs britanniques et hollandais. Mais, au fur et à mesure que les investissements s’accroissaient, la dette des banques étrangères s’accroissait aussi. En 2003 la dette de l’Islande était égale à 200% de son PIB mais en 2008 elle en atteignait les 900%. La crise financière de 2008 donna le coup de grâce. Les trois principales banques islandaises – Landbanki, Kapthing et Glitnir – firent alors faillite et furent nationalisées, tandis que la couronne islandaise perdit 85% de sa valeur par rapport à l’euro. A la fin de l’année, l’Islande se déclara en faillite.

Contrairement à ce à quoi on pouvait s’attendre, la crise offrit aux Islandais l’opportunité de récupérer leurs droits souverains, par un processus de démocratie directe participative, lequel a finalement abouti, grâce à une persévérance inflexible, à une nouvelle Constitution.

Geir Haarde, le premier ministre du gouvernement de coalition social-démocrate négocia un prêt de 2,1 milliards* de dollars, auquel les pays nordiques rajoutèrent 2,5 milliards de plus. Néanmoins, la communauté financière étrangère fit pression sur l’Islande pour imposer des mesures drastiques. Le FMI et l’Union Européenne voulaient prendre le contrôle de sa dette, en arguant qu’il s’agissait du seul moyen pour que le pays s’en acquitte à l’égard des Pays-Bas et de la Grande-Bretagne, lesquels s’étaient engagés à rembourser leurs citoyens.

Les protestations et les désordres se poursuivirent et, finalement, contraignirent le gouvernement à démissionner. Les élections, anticipées à avril 2009, aboutirent à la victoire d’une coalition de gauche qui condamnait le système économique néo-libéral. Mais, dans l’immédiat, cette coalition céda aux pressions exercées sur l’Islande afin qu’elle s’acquittât de ses 3,5 milliards d’euros de dette. Cela impliquait que chaque citoyen islandais payât 100 euros par mois (près de 130 dollars) pendant 15 ans, avec un taux d’intérêt de 5,5%, alors que la dette avait été contractée par le secteur privé. Ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase.

Ce qui s’est passé ensuite est extraordinaire. La croyance que les citoyens devaient payer pour les erreurs d’un monopole financier, et que toute une Nation devrait se voir imposer le paiement de dettes privées, tomba en morceaux. Ce qui aboutit à une transformation de la relation entre les citoyens et leurs institutions politiques, et conduisit finalement les dirigeants de l’Islande à se ranger du côté de leurs électeurs. Le chef de l’Etat, Olafur Ragnar Grimsson, se refusa à ratifier la loi qui rendait les citoyens islandais responsables de la dette bancaire d’Etat, et accepta les appels lancés pour un référendum.

Evidemment, la communauté internationale ne fit qu’augmenter la pression sur l’Islande. La Grande-Bretagne et les Pays-Bas la menacèrent de représailles terribles et d’isoler le pays. Pendant que les Islandais se rendaient aux urnes, les banquiers étrangers menacèrent de bloquer toute aide du FMI. Le gouvernement Britannique menaça de geler les épargnes et les comptes courants islandais. Comme le disait Grimsson, « nous avons dit que si nous nous refusions à accepter les conditions de la communauté internationale nous deviendrions le Cuba du Nord. Mais, si nous avions accepté, nous serions devenus le Haïti du Nord ». Combien de fois ai-je écrit que, quand les Cubains voient l’état lamentable de leurs voisins d’Haïti, ils peuvent se considérer comme chanceux ?

Lors du référendum de mars 2010, 93% de la population votèrent contre le remboursement de la dette. Le FMI congela immédiatement ses prêts. Mais la révolution (qui n’avait pas encore été retransmise aux USA) ne se laissa pas intimider. Avec l’appui d’une population furieuse, le gouvernement poussa à des enquêtes civiles et criminelles concernant les responsables de la crise financière. Interpol émit un ordre international de mise en détention pour l’ex-président de Kaupthing, Sigurdur Einarsson, ainsi que pour les autres banquiers impliqués qui quittèrent le pays.

Mais les Islandais n’en restèrent pas là : Il fut décidé de rédiger une nouvelle Constitution pour libérer le pays du pouvoir exagéré de la finance internationale et de l’argent virtuel. Celle qui était en vigueur avait été écrite à l’époque où l’Islande avait obtenu son indépendance du Danemark, en 1918, l’unique différence avec la Constitution danoise étant que le mot « Président » avait été remplacé par celui de « Roi ».

Pour écrire la nouvelle Constitution, le peuple islandais élut 25 citoyens parmi 522 adultes qui n’appartenaient à aucun parti politique, mais qui étaient recommandés par au moins trente personnes. Ce document ne fut pas l’oeuvre d’une poignée de politiciens, mais fut rédigé sur internet. Les réunions des électeurs furent diffusées en ligne, et les citoyens purent envoyer leurs commentaires et suggestions, du fait qu’ils étaient les témoins de ce document au fur et à mesure qu’il prenait forme. La Constitution qui émergera de ce processus de démocratie participative sera présentée pour approbation au Parlement, après les prochaines élections.

Certains lecteurs se souviendront de l’effondrement agraire de l’Islande au IXième siècle, mentionné dans le livre de Jared Diamond. Aujourd’hui, ce pays est en train de se remettre de son effondrement financier mais d’une manière totalement opposée à ce qui était considéré comme inévitable. Comme l’a confirmé hier la nouvelle directrice du FMI, Chistine Lagarde, à Fared Zakrie. Ils dirent au peuple grec que la privatisation de son secteur public était l’unique solution. L’Italie, L’Espagne et le Portugal font face à la même menace.

On devrait regarder du côté de l’Islande. En refusant de se soumettre aux intérêts étrangers, le pays a indiqué clairement que le peuple est souverain.

Voilà pourquoi cela n’apparaît plus dans les actualités. »

Deena Stryker, blogs.mediapart.fr, le 25 février 2012

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Révolution populaire en Islande

  1. zorba44 dit :

    Bonjour Olivier,

    Très intéressant. On comprend pourquoi une chape de silence s’est créée autour de ce petit pays et de ses pratiques considérées comme sulfureuses.
    A qui le tour ?

    Jean LENOIR

  2. BA dit :

    Vendredi 23 mars 2012 :

    L’Italie et l’Espagne sous la pression des marchés.

    L’Europe du Sud reste dans le collimateur des marchés. L’accalmie constatée depuis le début de l’année, portée par les opérations de la Banque centrale européenne, et plus récemment par l’accord européen sur la Grèce, a marqué une pause cette semaine. Les taux des obligations souveraines italiennes et espagnoles à dix ans sont repartis à la hausse, repassant au-dessus du seuil symbolique des 5 %.

    http://bourse.lefigaro.fr/devises-matieres-premieres/actu-conseils/l-italie-et-l-espagne-sous-la-pression-des-march-s-167959

  3. BA dit :

    Samedi 24 mars 2012 :

    Mario Monti s’inquiète du risque de contagion entre l’Espagne et l’Italie.

    Mario Monti s’est déclaré samedi inquiet de l’état des finances publiques de l’Espagne, évoquant un risque de contagion au sein de la zone euro pouvant toucher son pays, l’Italie.

    «Elle (l’Espagne) a assurément réalisé une réforme décisive du marché du travail mais n’a pas accordé la même attention aux finances publiques», a dit le président du Conseil italien lors d’un colloque économique à Cernobbio, sur le lac de Côme.

    «Cela nous préoccupe énormément parce que leurs rendements augmentent et qu’il ne faudrait pas grand-chose pour provoquer une nouvelle contagion qui nous concernerait.»

    En février, les Espagnols avaient ébranlé les marchés en révélant ne pas avoir respecté leur objectif en matière de déficit du budget 2011.

    Reuters.

    http://www.20minutes.fr/ledirect/904089/mario-monti-inquiete-risque-contagion-entre-espagne-italie

  4. Vernant dit :

    Ce qui s’est révélé possible dans un petit pays indépendant comme l’Islande le sera-t-il dans nos vieux Etats prisonniers de l’UERSS ?

  5. BA dit :

    Mardi 27 mars 2012 :

    L’Espagne retombe dans la récession.

    L’économie espagnole a continué à se contracter au premier trimestre 2012, après un recul de – 0,3 % au dernier trimestre de l’an dernier, a indiqué mardi la Banque d’Espagne, ce qui signifie que le pays est retourné en récession, deux ans après en être sorti.

    Les données les plus récentes relatives au début de 2012 « confirment la prolongation de la dynamique de contraction de l’activité » au premier trimestre, écrit la Banque d’Espagne, dans son bulletin mensuel de mars.

    Ce repli de l’économie, déjà pressenti par le gouvernement et les analystes, est dû notamment à une baisse de la consommation des ménages, qui « a reculé en janvier et février jusqu’aux niveaux de 2010 », souligne la banque centrale.

    Après une faible croissance de 0,7 % en 2011, le gouvernement espagnol table sur un recul de – 1,7 % du PIB sur l’ensemble de 2012, avec deux trimestres consécutifs de croissance négative en début d’année, ce qui implique un retour à la récession dès le premier trimestre, car le dernier trimestre de 2011 était déjà négatif.

    Deux trimestres dans le rouge marquent en effet l’entrée d’un pays en récession.

    Dans ce contexte, le gouvernement de droite, arrivé au pouvoir en décembre, s’est fixé le difficile objectif de réduire son déficit public à 5,3 % du PIB cette année, après 8,51 % du PIB en 2011, et de maintenir le cap des 3 % en 2013, d’ores et déjà jugé irréaliste par nombre d’économistes.

    L’Espagne, privée dès 2008 de son moteur, la construction, au moment même où éclatait la crise internationale, oscille depuis entre récession et croissance atone, tandis que le nombre de sans-emploi monte régulièrement.

    Le gouvernement a d’ores et déjà prévu un taux de chômage à 23,4 % en 2012, après 22,85 % à la fin 2011.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20120327.AFP1513/l-espagne-retombe-dans-la-recession.html

  6. brennec dit :

    pas un mot sur les mesures qui ont été prises au niveau économique dans cette ile, serait ce parce qu’elle ne correspondent pas tout a fait a ce que l’auteur considère comme une pratique anti-neo-libérale (rire). En tout cas le refus de l’islande de payer pour ses banques a été soutenu par tous les blogs libéraux (pas neo ni ultra ni méga) et donné en exemple par les dits libéraux. La lutte entre libéraux et néo ultra méga libéraux fait rage!

  7. Anne Grisard dit :

    Magnifique! A nous maintenant!!* * * 😀 * * *

  8. ça fait réfléchir je viens de voir la vidéo effectivement je n’en ai pas entendu parler ,une révolution pour ce pays ,un grand courage de la part du peuple islandais, le , black-out des Médias chez nous en France pourquoi payer pour ces banquiers mafieux ??

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s