Nicolas Doze : « Qui va payer ? »

(BFM, le 29 mars 2012)

A propos de l’Espagne et des pays du Sud (dont la France), Nicolas Doze formule bien la question centrale : « Qui va payer ? Soit c’est la population par l’inflation, soit ce sont les fonctionnaires par la rigueur, soit ce sont les contribuables par l’impôt, soit ce sont les créanciers par le défaut comme cela a été le cas en Grèce. Alors il reste après une solution possible, c’est que la BCE continue à payer et payer et payer. Seulement l’Allemagne ne veut pas.  Et de toute façon il ne faut sans doute pas partir dans la fuite en avant que connaissent aujourd’hui les Américains. Car on ne va pas sortir d’une crise du surendettement en créant systématiquement de la nouvelle dette pour rembourser l’ancienne. Et puis un jour ou l’autre, à force d’injecter massivement de la liquidité, d’inonder le marché de liquidités, ce sont les épargnants qui paieront et qui seront tout simplement totalement euthanasiés par l’inflation… »

A mon humble avis, la bonne réponse c’est : un peu tout ça à la fois, d’ailleurs on a déjà commencé. Déflation salariale, matraquage fiscal, restructuration des dettes, inflation, voire hyperinflation… Gare à l’épargne ! Toute croissance miraculeuse étant par avance exclue, il est indéniable que la fuite en avant dans l’endettement via des mécanismes de type « pare-feu » ne pourra pas continuer longtemps.

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 56 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Nicolas Doze : « Qui va payer ? »

  1. zorba44 dit :

    Madoff était finalement un enfant de choeur. La vraie entourloupe c’est la dette, encore et toujours plus de dette à laquelle vous ne souscrivez pas individuellement, cette peste insidieuse qui mène à la ruine généralisée.

    Jean LENOIR

  2. BA dit :

    Samedi 31 mars 2012 :

    « L’Espagne sur une pente glissante ».

    Le gouvernement compte ramener le déficit du gouvernement central à 3,5 % du PIB cette année, celui des régions à 1,5 % du PIB, et celui des autres collectivités locales à 0,3 % du PIB, a annoncé le ministre du Budget, Cristobal Montoro. Les comptes de la Sécurité sociale seront équilibrés cette année, a-t-il ajouté.

    Les régions ont annoncé un déficit de 2,9 % du PIB en 2011, qu’il leur faudra réduire d’environ 15 milliards d’euros cette année si elles veulent atteindre l’objectif fixé par Madrid.

    Le gouvernement n’a guère donné d’autre détail sur son projet de budget qu’il présentera mardi 3 avril devant le parlement, mais certains économistes s’inquiètent de ces mesures d’austérité qui risquent de plomber encore la croissance et par contrecoup remettre en cause les objectifs de baisse du déficit.

    « L’Espagne est sur une pente très, très glissante désormais. Le risque pays spécifique refait surface, l’Espagne est confrontée à des problèmes structurels et il faudra des années et des années pour les résoudre. Ce paquet fiscal est auto-destructeur », estime Nicola Spiro, du cabinet de consultants spécialisé dans les risques souverains Spiro Sovereign Consulting.

    http://www.rtl.fr/actualites/economie/article/crise-l-espagne-entame-une-diete-draconienne-7746117372

  3. blitzherr dit :

    Il n’y a eu « que » 800 milliards d’euros d’accordés pour le PARE-FEU européen. Le gouvernements français voulait 1000. Mais même 1000 milliards n’auraient pas suffi, nous dit le Spiegel en rapportant des déclarations d’experts allemands……

    http://www.spiegel.de/international/europe/0,1518,824808,00.html

  4. Momo dit :

    Nicolas Doze énonce des évidences sur lesquelles on ne peut qu’être d’accord sauf que les  » créanciers » sont, souvent, aussi, des épargnants (Fonds de retraites, assurances-vie, etc…) et qu’ils ont, déjà, commencé à payer pour ceux qui ont fait la fête en proftant du crédit à tout va durant 35-40 ans…
    Quant à l’inflation,le plus injuste de tous les impôts, elle file déjà aussi et touchera, comme toujours, tous ceux qui ne pourront pas y « indexer » leur revenu, soit la grande majorité des citoyens.
    Et pendant ce temps là, les responsables de cet endettement astronomique, toujours au pouvoir, dans le système financier notamment, continueront à n’être nullement inquiétés.
    Mais une fin aussi méga-scandaleuse serait peut-être possible si, vous, les journalistes, le « 3° pouvoir »,commençiez une véritable campagne capable de réunir suffisamment d' »indignés » pour leur faire rendre gorge et, au moins, les éliminer du paysage !
    Cette action serait infiniment plus utile que la ponte de « papiers » dont ils se moquent éperdument.
    Qu’en pensez-vous M. Demeulenaere ainsi que vos collègues et amis ?

  5. zorba44 dit :

    Bonjour Momo,

    Je ne fais pas partie de la pensée unique, mais je pense, à contre-courant de pensées peu exprimées, que la rue finira par casser la gueule des grands prédateurs.

    Jean LENOIR

  6. SOULE-NAN Jean-Luc dit :

    Pour en finir avec un modèle économique dangereux basé sur un endettement croissant et stimuler au maximum compétitivité et croissance sainement financée, Nicolas DOZE devrait s’intéresser au principe fiscal décrit dans le blog intitulé : REMBOURSER LA DETTE PUBLIQUE SANS APPAUVRIR LES CITOYENS.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s