La dette publique de la France s’élève à 146% du PIB

Nicolas Sarkozy s’est réjoui de pouvoir annoncer un déficit public légèrement inférieur aux prévisions pour 2011, à 5,2% du PIB au lieu de 5,7%. Mais la dette de la France, elle, ne cesse d’enfler année après année, et son niveau est accablant si l’on s’attache aux chiffres réels.

« Le chiffre officiel du ratio dette publique / PIB est de 86,1 %, c’est celui que communique l’Insee. Le site américain indépendant de référence sur la finance, Zero Hedge, donne un tout autre chiffre : 146 % ! Comment fait-il ? Tout d’abord en rajoutant les différentes « dettes » nationales (Dexia, garanties envers le secteur bancaire). Ensuite en additionnant les engagements de la France envers les différents dispositifs d’aides européens (FESF, MES) ainsi que les banques publiques (la BCE, la Banque européenne d’investissement). Soit environ 3.000 milliards d’euros (4.053 milliards de dollars dans l’article), au lieu de 1.700. Remarquons que l’on ne parle pas ici de la retraite des fonctionnaires (1.000 milliards d’euros environ) qui n’est pas provisionnée. On considère ici les engagements écrits. Une donnée à verser au débat présidentiel ? Ce serait inconvenant, voyons ».

Philippe Herlin, le 2 avril 2012.

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour La dette publique de la France s’élève à 146% du PIB

  1. zorba44 dit :

    France, Italie, Espagne, Grèce, Irlande etc… même combat

    Jean LENOIR

  2. Sylvia dit :

    L’esclavage par la dette… beau succès des mondialistes ! L’oligarchie financière est en passe de réussir son pari. Mettre la main sur les peuples, leurs patrimoines, leurs actifs… les condamner au remboursement éternel.

  3. pierredesboi dit :

    Parce qu’il accepte de payer , l’homme est esclave de l’arnaque de la dette.
    L’esclave occidental ne voit pas ses chaines , les médias aux ordres et les économistes larbins font tout pour maintenir l’illusion d’une prospérité infinie et à crédit dans un monde fini.
    Esclave et stupide car cette dette est fictive.
    Un peut de bon sens et un QI à 50 suffissent pour démonter le mécanisme mortifère de la création monétaire privée , de l’escroquerie des « Réserves fractionnaires Bancaires  » qui permettent la création de l’asservissement par la dette , la fortune d’une poignée de ploutocrates et la ruine de la civilisation occidentale.
    Il ne faut plus payer , répudier toutes les dettes tant publiques que privées car tout intérêt est indu.
    Quelques rares individus , appelés « dictateurs » , comme Kadhafi pratiquaient pour leur population , la création monétaire publique et le prêt sans intérêt.
    Cela n’a pas plu aux rothshildiens , nous connaissons la suite comme la future guerre de l’Empire US/Sioniste/OTAN contre l’Iran pour les mêmes motifs.
    Les banquiers , en bons proxénètes , ne peuvent imaginer que leur proie s’émancipe.
    La preuve de tout ça :
    Les BRICS viennent de décider la création d’une banque mondiale des BRICS , indépendante du Cartel Bancaire , du système des banques centrales articulé autour de la Banque Mondiale , la fin annoncée du privilège exorbitant du dollar fiat garanti par rien.
    Prochain arrêt : La guerre ou l’explosion du système FED , BCE , fin de la société telle que nous la connaissons.

  4. BA dit :

    Mardi 3 avril 2012 :

    Espagne : la dette publique va bondir à 79,8 % du PIB en 2012.

    La dette publique de l’Espagne devrait bondir de plus de onze points en 2012, à 79,8 % du PIB, a annoncé mardi le gouvernement, contraint à un effort de rigueur sans précédent pour rétablir la confiance des marchés et de ses partenaires européens.

    La dette publique passera de 68,5 % du PIB à la fin 2011 à 79,8 % du PIB, un niveau qui reste inférieur au chiffre de 90,4 % qui sera la moyenne de la zone euro, a indiqué le ministère espagnol du Budget, en marge de la présentation au Parlement du budget 2012 du pays, marqué par des mesures de rigueur sans précédent.

    http://www.romandie.com/news/n/_Espagne_la_dette_publique_va_bondir_a_798_du_PIB_en_2012_44030420121349.asp

    Espagne : le chômage atteint un nouveau record.

    L’Espagne compte 4,75 millions de chômeurs en mars, a annoncé le ministère de l’Emploi. Il s’agit du huitième mois consécutif de hausse du chiffre du chômage, ce qui le situe à un niveau record depuis la première diffusion de ces statistiques mensuelles en 1996, et a fortiori depuis le début de la crise en 2008.

    En mars, 38.769 chômeurs de plus ont été comptabilisés, soit une augmentation de + 0,8 % par rapport à février, et + 9,6 % sur l’année.

    Avec une économie atone, le pays souffre du taux de chômage le plus élevé parmi les pays de l’OCDE et de l’Union européenne : selon l’Institut national de la statistique (Ine), ce taux était de 22,85 % de la population active fin 2011.

    Pour l’office européen des statistiques, Eurostat, l’Espagne affichait même un taux de chômage de 23,6 % en février.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0201989789921-espagne-le-chomage-atteint-un-nouveau-record-309046.php

  5. neil55 dit :

    France 146% du PIB et Allemagne 140%… on est tous dans la même galère !

    Quand je pense qu’on nous rebat les oreilles avec le soi disant « modèle allemand ».

    http://www.zerohedge.com/news/germany-final-frontier-whose-true-debtgdp-now-140

  6. pasolini dit :

    Bayrou: la situation de l’Espagne, « ce qui risque d’arriver à la France »

    AFP – François Bayrou (MoDem) a averti mercredi que la situation espagnole risquait d’arriver à la France « dans quelques semaines », renvoyant dos à dos la campagne « financièrement insoutenable » de François Hollande et celle, « irréaliste », de Nicolas Sarkozy.

    « Pour la première fois sans doute depuis que les élections présidentielles existent, nous vivons heure par heure, en temps réel, dans un pays voisin, l’Espagne, ce qui risque d’arriver à la France dans quelques semaines », a lancé sur France Inter le candidat centriste à l’Elysée.

    « Donc, personne (…) ne pourra dire: +Je n’étais pas au courant, on ne me l’avait pas dit+ », a-t-il ajouté.

    « Je ne crois pas avoir manqué une seconde à l’obligation de dire la vérité aux Français (…), d’annoncer aux Français la catastrophe que l’accumulation de dettes représente pour eux (…), le fait de voir le pays s’appauvrir », a-t-il poursuivi, se disant persuadé que son message « sera » entendu des électeurs.

    Nicolas Sarkozy « ne veut pas que l’on parle de son bilan » et en ce qui concerne François Hollande, « ce serait extraordinairement grave que d’entrer dans (un) nouveau mandat le carnet de chèques ouvert », a aussi souligné le député béarnais à l’adresse du président-candidat et du candidat socialiste.

    « Quand Nicolas Sarkozy dit que la crise est derrière nous, c’est une galéjade. Sarkozy et Hollande trompent les Français. Le 7 mai, ni l’un ni l’autre n’ont la moindre chance de réaliser ce qu’ils disent », a renchéri François Bayrou dans une interview mercredi à Libération.

    L’élection présidentielle actuelle présente un « enjeu national, historique, comme il n’y en a pas eu depuis très longtemps. L’enjeu, c’est l’avenir du modèle social et républicain français. Selon moi, la France va vers la crise la plus lourde de son histoire depuis au moins cinquante ans », a-t-il poursuivi.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s