La Grande Correction est-elle proche ?

C’est ce que pense Pierre Leconte dans le Forum monétaire de Genève : « Les banques centrales étant à court de munitions, les ajustements inévitables vont enfin pouvoir se produire ! »

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

« La Federal Reserve ne peut pas faire d’opération Twist 2 puisqu’elle n’a plus dans ses livres suffisamment d’obligations à court terme à vendre en contrepartie de ses achats d’obligations à long terme (sur le marché ou directement auprès du Trésor US). Quant à un Quantitative Easing 3, elle le garde en réserve pour le cas ou il y aurait un krach boursier et pouvoir ainsi le contrer. La BCE ne peut pas faire de LTRO 3 parce que les grandes banques privées n’ont plus de nouveaux collatéraux à lui apporter en garantie de leurs emprunts. Les banques centrales étant donc à court de munitions pour manipuler à l’infini les prix des actifs, nous allons enfin avoir la période d’inévitable ajustement qu’elles ont réussi à empêcher depuis le début de 2012 au moins.

C’est-à-dire que les actifs artificiellement surévalués, dans le contexte récessionniste et déflationniste global actuel, devraient fortement corriger à la baisse (euros et autres monnaies contre le dollar US, actions partout dans le monde, métaux précieux et matières premières exprimés en USD, obligations d’Etat européennes, etc.) au bénéfice du dollar US (l’euro/dollar US cette fois ci devrait enfin pouvoir chuter progressivement vers 1,15 – 1,20) et accessoirement des obligations d’Etat US (qui montent mécaniquement quand les actions chutent) comme de l’or exprimé en euros (puisque l’or ne monte que quand la monnaie dans laquelle on l’exprime baisse). La plupart des investisseurs ne réalisent pas combien le cycle de Kondratieff est baissier pour la plupart des marchés qui devraient donc revenir à des valeurs plus proches de la réalité surtout si la liquidité que les banques centrales leur apportaient cesse de les soutenir, cas dans lequel il se produit une liquidation générale avant que les meilleurs actifs (comme les métaux précieux) se reprennent ultérieurement quand leurs prix redeviennent (très) bon marché. Mais d’ici là les dégâts peuvent être importants.

Ludwig von Mises, anticipant la chute du modèle keynésien qui semble avoir commencé, écrivait : “Il n’y a aucun moyen de soutenir un boom économique résultant de l’expansion à crédit“. Les prochaines semaines devraient démontrer qu’il avait raison ».

Pierre Leconte, le 4 avril 2012

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Matières premières, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour La Grande Correction est-elle proche ?

  1. zorba44 dit :

    Cher Olivier,

    Cet article technique est fort intéressant. Cependant, dans l’art infini de la décadence financière, ils sont quelques éléments que l’état peut encore apporter en gage : les engagements à moyen et long terme sur les retraites par exemple. Il suffit de croire dur comme fer que la reprise est là qu’il lui faut juste un peu plus de munitions. On peut faire de même avec les prestations sociales …et les ronds points multipliés à l’infini dans le paysage national pour des sommes rondelettes. Si les cautions doivent être exercées, il sera toujours loisible donc de sucrer les retraites, les prestations sociales et de vendre les rond-points comme terrains à bâtir…
    Du désespoir de voir comment la crise est « traitée » et tournée en effondrement cataclysmique, il nous reste la dérision, l’humour noir de la désespérance…

    Joyeuses Pâques

    Jean LENOIR

  2. C’est vrai Jean, il reste toujours de l’argent à piller… comme le montre la « descente » qu’a faite le gouvernement grec sur les comptes de plusieurs organismes de service public…. dans la plus grande discrétion !

    cf. le blog à Lupus : Comment le gouvernement grec a opéré une descente sur les comptes d’institutions publiques au beau milieu de la nuit

  3. doryphor dit :

    si je comprends bien l’article les banques centrales vont être obligées de couper (provisoirement) les liquidités… pas étonnant parce qu’avec la taille de leur bilan aujourd’hui, en continuant à arroser comme ça elles risquaient de se noyer et nous avec.

  4. BA dit :

    Pour la période 2014-2020, le budget de l’Union Européenne restera au niveau ridicule de 1 % du PIB de l’Union Européenne.

    Les neuf Etats européens les plus riches ont refusé d’augmenter le budget de l’Union Européenne pour la période 2014-2020.

    Le fédéralisme en Europe, c’est bon pour les bisounours qui croient encore au petit papa Noël.

    Lisez cet article :

    Le président-candidat Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi à Paris en présentant son projet que la France demanderait le gel de sa contribution au budget de l’Union européenne s’il était réélu, une économie annuelle selon lui de 600 millions d’euros.

    « Je vous annonce que la France demandera à ce que sa contribution au budget européen soit gelée, ce qui représentera une économie de 600 millions d’euros par an », a déclaré Nicolas Sarkozy lors de sa conférence de presse.

    La contribution annuelle de la France au budget de l’UE s’élève actuellement à près de 19 milliards d’euros, soit la deuxième contribution après l’Allemagne.

    La France, avec huit autres pays européens, avait entamé en 2011 un bras de fer avec Bruxelles, pour éviter que les contributions nationales n’augmentent pour la période 2014-2020, face au contexte de rigueur généralisée.

    Une précédente lettre réclamant, fin 2010, un gel du budget de l’UE, avait réuni Nicolas Sarkozy, l’Allemande Angela Merkel, le Britannique David Cameron et les Premiers ministres Mark Rutte (Pays-Bas) et Mario Kiviniemi (Finlande).

    « La dépense publique européenne ne peut s’exonérer des efforts considérables des Etats membres visant à maîtriser leurs dépenses publiques », écrivaient les cinq dirigeants européens dans leur courrier.

    Le budget actuel de l’UE représente environ 1% du Produit intérieur brut européen, soit 143 milliards d’euros environ par an et quelque 1.000 milliards d’euros sur sept ans.

    http://www.boursorama.com/actualites/sarkozy-la-france-demandera-le-gel-de-sa-contribution-au-budget-de-l-ue-efc70ef6a61426a5ace4653f8461f41c

    • Merci BA. C’est plutôt une bonne nouvelle pour les opposants au fédéralisme européen, dont je suis ; mais ça ne suffira pas à écarter le danger, on le voit avec tous les « mécanismes » dictatoriaux (MES, etc.) qui se mettent en place…

  5. zorba44 dit :

    Fantastique l’idée de la descente sur les comptes d’hôpitaux. On peut imaginer la tête des gestionnaires lorsque les chèques tirés sont revenus impayés. Mettre les hôpitaux en faillite est un bon moyen de réduire les déficits de la santé, imaginant qu’en Grèce aussi les régimes sociaux sont déficitaires. Bien entendu, pas question d’annuler les cotisations sociales sur les salaires afin d’alimenter le tonneau des danaïdes des remboursements de la dette (timeo danaos et donae ferentes !).
    Oui mes compatriotes à vos lessiveuses si vous ne voulez pas un jour voir vos avoirs lessivés…
    Car cette idée de se servir dans les tiroirs-caisse pourquoi ne pas l’appliquer le jour venu aux comptes privés.

    Monde de bandits

    Jean LENOIR

  6. Geraldine dit :

    Un trader déstabilise les marchés de crédit

    EXPERTISE BOURSE – Un opérateur surnommé la « baleine de Londres » a accumulé des positions évaluées à plusieurs dizaines de milliards de dollars.

    JP Morgan va-t-il boire la tasse? Un des opérateurs de la banque américaine a pris d’énormes positions risquées sur les marchés de crédit. Il a parié plusieurs dizaines de milliards de dollars sur le fait que des entreprises américaines resteraient en bonne santé financière. Son poids est tel dans le marché qu’il est surnommé «the London Whale» ou la «baleine de Londres». Des fonds spéculatifs et d’autres participants du marché, ayant l’avis contraire, ont expliqué à Bloomberg et au Wall Street Journal cette situation.

    Si ces sources ont vu juste, le trader en question, Bruno Iksil, et son équipe, risquent de devoir enregistrer de lourdes pertes. En effet, cette nouvelle tombe alors que l’économie américaine montre des signes d’essoufflement. Les marchés risquent donc d’être plus sévères avec les entreprises. Leurs conditions de crédit devraient se durcir.

    http://bourse.lefigaro.fr/derives/actu-conseils/un-trader-d-stabilise-les-march-s-de-cr-dit-176955

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s