Le 10 avril 1912…

Il y a cent ans, le 10 avril 1912, le Titanic quittait le port de Southampton…

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le 10 avril 1912…

  1. zorba44 dit :

    Le 19 juin 2008, le Titanic était la parabole économique du jour du signataire. Pensez-y : il n’y aura pas de place pour tout le monde dans les canots…

    Jean LENOIR

  2. BA dit :

    Lundi 12 décembre 2011 :

    Pierre-Henri de Menthon est directeur de la rédaction de « Challenges », et chroniqueur sur la chaîne BFM Business.

    Le 12 décembre 2011, Pierre-Henri de Menthon révèle que les Français les plus riches réalisent des retraits et que cela se passe « loin des caméras, à l’abri des bureaux cossus des banquiers privés, ceux qui gèrent le patrimoine des grandes fortunes ! »

    Dans la vidéo ci-dessous, il est précisé :

    « Chez Pictet et Lombard Odier, deux grandes banques privées de Genève, les ouvertures de comptes par les Français se multiplient, des dizaines de millions d’euros affluent tous les jours. »

    Depuis décembre 2011, nous voyons ces cas se multiplier. Nous sommes embarqués dans un paquebot appelé « ZONE EURO ».

    Or, que voyons-nous ?

    Nous voyons les passagers les plus riches qui sont en train d’entasser leurs richesses dans des canots de sauvetage.

    Nous voyons les passagers les plus riches qui sont en train de fuir le paquebot « ZONE EURO », pour aller mettre leurs richesses dans les banques privées suisses : la banque Pictet, la banque Lombard Odier, etc.

    Nous voyons les passagers les plus riches qui s’éloignent du paquebot « ZONE EURO », et qui mettent à l’abri leur épargne en-dehors de la zone euro.

    C’est un signe qui ne trompe pas.

    C’est un signe qui montre que le paquebot « ZONE EURO » est en train de couler.

  3. BA dit :

    La BCE vient de prêter 1018 milliards d’euros aux banques de la zone euro.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202004683927-pour-la-federation-bancaire-francaise-un-troisieme-ltro-ne-serait-pas-utile-311337.php

    Frédéric Oudéa déclare : « On verra bien dans douze à dix-huit mois où l’Europe en est, et il sera tout à fait temps de rembourser si on est capable effectivement de le faire ».

    … et si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser, la BCE leur prêtera 1018 milliards d’euros supplémentaires.

    Et ensuite, trois ans plus tard, si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser, la BCE leur prêtera 1018 milliards d’euros supplémentaires.

    Et ensuite, trois ans plus tard, si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser, la BCE leur prêtera 1018 milliards d’euros supplémentaires.

    Et ensuite, trois ans plus tard, si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser, la BCE leur prêtera 1018 milliards d’euros supplémentaires.

    Et ensuite, trois ans plus tard, si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser, la BCE leur prêtera 1018 milliards d’euros supplémentaires.

    Et comme ça, les problèmes seront réglés.

    Frédéric Oudéa et Mario Draghi sont des génies.

    • FIDJI dit :

      Je ne crois pas qu’on ira aussi loin.
      Des établissements bancaires et financiers feront faillite avant.
      Et la BCE ne pourra plus intervenir, nil es Etats, car les uns comme les autres seront eux-même en faillite.

  4. BA dit :

    C’était de l’humour, Fidji. Rajouter des montagnes de dettes par-dessus des montagnes de dettes n’a jamais réglé les problèmes.

    Jeudi 12 avril 2012 :

    La Bourse de Paris repartait à la baisse jeudi à la mi-journée, alors que l’Italie a dû concéder des taux d’emprunt en forte hausse lors d’une émission obligataire, alimentant les craintes des investisseurs sur les risques de contagion de la crise en Europe.

    A 12H35 (10H35 GMT), l’indice CAC 40 cédait 0,22% à 3.230,95 points dans un volume d’échanges de 1,405 milliard d’euros.

    Les commentaires, mercredi, de la Banque centrale européenne suggérant qu’elle pourrait reprendre son programme d’achats de titres de dette espagnole avaient permis au marché parisien d’ouvrir en hausse.

    Mais la tendance s’est retournée après une émission de dette italienne décevante.

    Rome a emprunté près de 4,9 milliards d’euros à moyen et long terme à des taux en forte hausse pour la principale émission à trois ans.

    Le pays, qui a bénéficié depuis le début de l’année de conditions d’emprunt favorables grâce aux opérations de la BCE, a vu ses taux d’intérêt s’envoler depuis le début de la semaine.

    L’Italie, qui ploie sous une dette colossale représentant environ 120% de son PIB, a émis jusqu’à présent 168 milliards d’euros d’obligations, selon Intesa Sanpaolo, soit un peu plus du tiers de son programme total annuel de près de 450 milliards.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s