Grèce : la leçon de démocratie de Christophe Barbier

« Inventons » une nation européenne en mettant sous tutelle les Grecs si aucun gouvernement « clair » ne sort des élections le 17 juin… sans compter que nous leur rendrions ainsi un beau service ! « Nous devons tout en termes démocratiques à la Grèce antique, c’est le moment de rendre à la Grèce ce qu’elle nous a apporté, c’est – à – dire une gouvernance moderne ». C’est beau la reconnaissance… Et puis c’est vrai quand même, qu’un si petit pays puisse mettre en péril cette belle, cette magnifique construction européenne, voilà qui est proprement inadmissible. L’euro à 17 ou le chaos en Grèce et en Europe ? Merci Monsieur Barbier, on connaît la rengaine. Entre le « putsch légitime«  et la tutelle démocratique, vous avez décidément un faible pour les passages en force…

 (L’Express, le 23 mai 2012)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Grèce : la leçon de démocratie de Christophe Barbier

  1. njaisson dit :

    Il faut dire que du côté des opposants à l’euro, c’est le vide absolu en matière de propositions alternatives. Les partis grecs restent étrangement silencieux, comme si ils savaient que tout se joue par avance à Bruxelles. Sortir de l’euro, c’est d’abord et avant tout dénoncer Maastricht, c’est-à-dire la communisation de la prise de décision dans les affaires regardant la vie économique et sociale. Il faut bien reconnaître que le Marché unique a fortement structuré les échanges économiques grecs vec ses voisins balkaniques et turcs, ce qui rend les Grecs forcément dépendants des décisions collégiales prises à Bruxelles sur la base d’intérêts communs et non individuels. Réinventer la nation sans l’euro, c’est la réinventer hors du système des échanges décidés par les multinationales et les organisations internationales du commerce. Pas simple.

  2. Jean LENOIR dit :

    C’est quoi (et n’importe quoi) cette dialectique de clown ?
    Olivier vous faites beaucoup d’honneur à ce monsieur qui ne représente que lui ? Au fait, il est assis sur quoi ? accroupi sur une chaise pour se donner de la grandeur ou pour soulager de vieilles hémorroïdes ?

    Jean LENOIR

  3. Elzbietta dit :

    « Faut-il laisser la Grèce sortir de l’euro si elle le souhaite? Absolument pas! »
    « Rendons à la Grèce qui nous a apporté la démocratie ce que nous lui devons en la mettant sous tutelle! »
    Hénaurme!!! Ce type est fou à lier…. Malheureusement il n’est pas le seul. Ce à quoi les élites européennes sont prêtes est proprement stupéfiant. Dire qu’il est de bon ton d’accuser Marine Le Pen de ne pas être démocrate….

  4. BA dit :

    Mercredi 13 juin 2012 :

    Considérant que l’Union Européenne était à un moment « crucial », le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a décoché de son côté des flèches en direction de celles des « capitales » qui ne mesurent pas l’urgence de la situation.

    « Nous avons un problème systémique devant nous, nous devons avoir un cap et le maintenir. Je ne sais pas si l’urgence est bien comprise par toutes les capitales aujourd’hui », a-t-il déclaré devant le Parlement européen à Strasbourg.

    http://www.boursorama.com/actualites/italie-monti-affiche-sa-serenite-malgre-la-flambee-des-taux-d-emprunt-80574aa0b4cacf171c2e010311c52766

    En Europe, l’expression de l’année 2012 sera : « problème systémique »

    Il a raison, Barroso :

    « Nous avons un problème systémique devant nous »

  5. Isidore dit :

    Qu’on laisse ces Grecs se démerder… se prendre en mains comme des grands et ne les considérons pas comme des enfants qui n’ont pas à décider eux mêmes de leur avenir.

    C’est ça le capitalisme, le vrai libéralisme, la démocratie. Tout le reste n’est que copinage, magouilles et despotisme.

    Barbier se révèle tel qu’en lui même: un petit maître, un stratège en chambre.

  6. toutim dit :

    Oui on va leur apprendre les bonnes manières, aux Grecs ! Depuis Solon et Périclès ils ont un peu oublié ce que c’est la démocratie.

  7. Jean du Peuple dit :

    Une « gouvernance » à la place d’un gouvernement, quel malin ce Barbier… nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
    Mais ça ne marche pas. Il croit quoi ? Que l’asservissement, l’inféodation à l’oligarchie et à ses intérêts bancaires et financiers on va prendre ça pour le summum de la modernité ??
    Quel crétin.

  8. olibrius dit :

    hallucinant ce type !!! un vrai facho tendance néo-colon…

  9. Vu son mariage, il dit ça en toute logique…

  10. slam dit :

    Quel sale petit facho, ce Barbier… il n’est pas encore en prison ?!?

Répondre à toutim Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s