L’Etat espagnol précipite ses banques dans une situation à la grecque

« La situation de l’Espagne s’aggrave parce qu’elle emprunte à des taux de plus en plus élevés, cela nous le savons. Mais il se produit également un autre phénomène qui aggrave la crise que connaît ce pays, et qui l’entraîne droit vers la situation de la Grèce : ce sont essentiellement les banques espagnoles qui achètent – à crédit – la dette émise par Madrid. Il faut bien lire ce passage d’un article des Echos :

« La taille modeste de l’opération d’aujourd’hui [émission de 2 milliards d’euros d’obligations à moyen-terme] a permis aux acheteurs domestiques d’absorber l’offre », explique Nicholas Spiro, directeur de Spiro Sovereign Strategy. Depuis les injections de liquidités de la Banque centrale européenne (BCE), les banques domestiques ont pris le relais des investisseurs étrangers, qui fuient le marché de la dette publique espagnole.

Les investisseurs étrangers sont partis, ils ne prêtent plus à l’Espagne, ni d’ailleurs à ses banques, plombées par la bulle immobilière. Ces dernières n’ont donc plus accès au marché interbancaire, elles se tournent alors vers la BCE à qui elles empruntent de l’argent à 1% (le taux directeur de la BCE) pour acheter de la dette espagnole qui rapporte 4 à 6%. Elles le font parce que Madrid les oblige à le faire (sinon personne n’achèterait ses obligations !), et comme le pouvoir soutient les banques en difficulté, elles ne peuvent pas refuser. Elles le font aussi parce que c’est rentable (emprunter à 1% et acheter des obligations qui rapportent 4 à 6%). Cependant ce bénéfice reste minuscule par rapport à leurs créances immobilières douteuses, mais cela apporte une amélioration temporaire.

Ce faisant, la quantité de dette dans le système (BCE-banques espagnoles-Etat espagnol) augmente, on ne fait ici que gagner du temps. Et les banques espagnoles remplissent ainsi leur bilan d’obligations espagnoles : quand l’Espagne devra restructurer sa dette, cela impactera toutes ses banques et il faudra – encore – les renflouer! C’est exactement ce qui se passe en Grèce en ce moment. Et la situation devient inextricable car tout le système financier plonge, tandis que l’Etat a toujours besoin d’émettre des obligations parce que son déficit ne diminue pas.

L’étape suivante, on la connaît, c’est le bank run. Les populations se mettent – légitimement – à douter de la solidité de leurs banques, elles retirent leur argent pour le placer à l’étranger ou dans des filiales de banques étrangères. Ce mouvement existe depuis 2011 en Grèce, depuis quelques semaines en Espagne, et il a pour conséquence d’aggraver – encore – la situation des banques, qui doivent emprunter encore plus à la BCE…

La hausse des taux auxquels empruntent les Etats n’est qu’un aspect du problème de la crise de la zone euro, il se développe également une gigantesque bulle obligataire qui risque d’éclater un jour ou l’autre ».

Philippe Herlin, Atlantico, le 22 juin 2012

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour L’Etat espagnol précipite ses banques dans une situation à la grecque

  1. Ping : FINANCE | JUIN 2012 | Pearltrees

  2. Jean LENOIR dit :

    Aller au bout de la logique, le citoyen espagnol devrait pouvoir emprunter à sa banque des fonds qu’il irait ensuite déposer à l’étranger….
    Avec un bon dossier et il y en a certainement c’est possible.

    Jean LENOIR

  3. Arazon dit :

    Contrôle des capitaux en Espagne !
    Interdiction des transactions en cash de plus de 2500 euros, 10.000 euros d’amende minimum pour tout compte à l’étranger non déclaré, amende de 5.000 euros pour tout compte supplémentaire…
    La panique n’est plus très loin.

    http://www.larazon.es/noticia/917-el-gobierno-aprueba-la-ley-que-limita-a-2-500-euros-los-pagos-en-efectivo

  4. BA dit :

    Mercredi 27 juin 2012 :

    L’Espagne ne peut pas continuer longtemps à se financer aux taux actuels.

    Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a reconnu mercredi que le pays ne pouvait pas continuer longtemps à se financer aux taux actuels que lui imposent les marchés, inquiets face à la situation des banques et des comptes publics.

    « Il est très difficile de se financer aujourd’hui, et ce sera pire si nous n’envoyons par un signal clair que nous prenons au sérieux l’assainissement des finances publiques et la réduction du déficit », a-t-il ajouté devant les députés.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___L_Espagne_ne_peut_pas_continuer_longtemps_a_se_financer_aux_taux_actuels_47270620120942.asp

  5. ggyjgyjg dit :

    Dite moi ce que vous en pensez

    Le parti des banques française au français

    Nous sommes un groupe de citoyen ayant crée un parti politique dans le but de ne faire qu’une seule chose : voler les toutes banques privées française et de les restituer a l’état. Dans notre société l’argent a beaucoup trop d’importance pour le laisser être géré par des familles de banquiers privées, mais plutôt par l ‘ensemble des citoyens.

    L’état emprunt chaque année x milliard a taux d’intérêt variables entre x% et x%. prenons le taux le plus bas de x% ,donc sur un an nous payons des intérêts de x milliard d’euro aux banques privées et au marche mondial . Il est clair que nous ne pouvons nous approprier le marcher mondial mais le banque français privé oui a qui nous emprunterions directement de l’argent et a qui nous payerons des intérêts soit un totale de x million par jour et x milliard par an(comme dans le système actuel),mais qui serait redistribué directement dans les caisse publique, sachant que l’état français a dépensé x milliard d’euro en 2011, cela aurait fait un total de x milliard d’euro si les banques nous appartenait . l’escroquerie des banques privées dur depuis trop longtemps a nous de leur reprendre se qui nous appartient de droit.

    « le gouvernement devrait créer émettre et faire circuler toutes les devises et tous les crédits nécessaires pour couvrir les dépenses du gouvernement et des consommateurs, en adoptant ces principes, des sommes immenses d’intérêts seraient épargnées aux contribuables. Le privilège de créer et d’émettre de l’argent est non seulement la prérogative suprême du gouvernement, mais c’est aussi sa plus grande opportunité créative. » Abraham Lincoln ancien président des états-unis, mort assassiné.

    Notre but et clairement d’obtenir la prochaine présidentiel. Nous ne voulons pas changer le système mais uniquement donner a notre pays ce privilège que nous aurions toujours du avoir, après la nationalisation des banques nous referont une élection pour que les français choisisse avec quel partie politique il voudrons dépenser toute cette nouvelle richesse .

    Nous demandons de l’aide a tout les citoyens français, quelque soit cette aide, l’important étant surtout d’informer massivement les gens qu’une solution a tout nos problème d’économie, de logement, d’éducation, de chaumage etc.. est possible . Les ressources existes mais elles ne sont pas entre nos mains, informez les autres qu’il est possible de prendre ces ressources qui nous appartiennent de droit et que l’on aurait toujours du avoir.

    .  » Il est une chance que les gens de la nation ne comprennent pas notre système bancaire et monétaire, parce que si tel était le cas, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin. » Henry Ford, fondateur du constructeur automobile Ford.

    N’attendez pas que sa dégénère.

  6. Jean LENOIR dit :

    @ggygyjg

    Tout d’abord choisisser une dénominacion plus facile à mémorisé pour nom de votre Parti.
    Ceci dit bon courage, les élections s’est pour dans cinq an.

    Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s