« Nous sommes tous esclaves des banquiers centraux » (CNBC)

Pour ma part, j’aurais parlé des banquiers tout court… mais ne boudons pas notre plaisir. Voici un grand moment de vérité sur CNBC – l’une des principales chaînes d’information économique aux Etats-Unis. Le débat fait suite à l’annonce par Ben Bernanke, le 20 juin, que la Fed prolonge son programme Twist (échanges d’obligations pour faire baisser les taux longs).

(source : investiror, le 28 juin 2012)

Morceaux choisis :

– « Est-ce que nous travaillons tous pour les banquiers centraux ?… Est-on arrivé à une gouvernance mondiale ? Un seul monde… dirigé par les banquiers centraux ? »

« Pour répondre à votre question, nous sommes absolument esclaves des décisions prises par les banques centrales ».

« Aujourd’hui les marchés sont dirigés par les politiques, pas par les forces du marché ».

« Nous n’avons pas été capables de générer une véritable croissance économique sans faire une des deux choses suivantes : 1/ dévaluer la monnaie 2/ nous endetter en créant une fausse prospérité ».

« Toutes les banques centrales du monde vont dévaluer leur monnaie ».

« Toutes les banques centrales achètent de l’or… L’or est un très bon investissement comme monnaie et comme réserve de valeur ».

« Le marché libre finira par réagir… et à la fin il l’emportera… »

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour « Nous sommes tous esclaves des banquiers centraux » (CNBC)

  1. BA dit :

    A propos du sommet européen, voici les phrases importantes du communiqué final :

    « Nous demandons instamment la conclusion rapide du mémorandum d’accord joint à l’aide financière accordée à l’Espagne pour la recapitalisation de son secteur bancaire. Nous réaffirmons que l’aide financière sera fournie par le FESF jusqu’à ce que le MES devienne opérationnel, et qu’elle sera ensuite transférée à ce dernier, sans obtenir de statut prioritaire.

    Nous affirmons notre ferme détermination à faire ce qui est nécessaire pour assurer la stabilité financière de la zone euro, notamment en ayant recours aux instruments existants du FESF/MES de manière souple et efficace afin de stabiliser les marchés pour les États membres qui respectent leurs recommandations par pays et leurs autres engagements, y compris leurs calendriers respectifs, dans le cadre du semestre européen, du pacte de stabilité et de croissance et de la procédure concernant les déséquilibres macroéconomiques. »

    http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/fr/ec/131360.pdf

    Rappel : le FESF et le MES sont des coquilles vides.

    Le FESF et le MES n’ont pas les milliards d’euros nécessaires pour acheter des obligations de l’Etat espagnol, des obligations de l’Etat italien, etc.

    Le FESF et le MES n’ont pas les milliards d’euros nécessaires pour recapitaliser directement les banques espagnoles, les banques italiennes, etc.

    Donc le FESF et le MES vont d’abord devoir emprunter des milliards d’euros sur les marchés internationaux.

    Ensuite, avec cet argent, le FESF et le MES pourront intervenir.

    Bref, on va rajouter des montagnes de dettes par-dessus les montagnes de dettes qui existent déjà !

    Mais les montagnes de dettes ne peuvent pas monter jusqu’au ciel.

    Il arrive toujours un moment où tout s’effondre.

  2. Oui BA, le MES et le FESF sont loin d’être opérationnels car ils ne sont pas encore capitalisés… et on ne sait pas à quels taux ils pourront emprunter sur les marchés…

    Ce coup de théâtre du sommet européen où l’Allemagne paraît avoir cédé à l’Italie et à l’Espagne n’est pour le moment qu’un affichage politique, un effet d’annonce dont il faudra vérifier les suites concrètes. Wait and see.

    Tout ce qu’on peut dire, c’est que les dirigeants de l’Euroland ont encore acheté un peu de temps. Un tour de magie supplémentaire qu’il faudra payer plus tard.

    • Geraldine dit :

      Non, les fauchés sont fauchés et ils ne font pas la loi. C’est du théâtre cette histoire, une guignolade.

      Il se passera du temps avant que les Allemands de Merkel soient obligés de passer à la caisse, et d’ici là il se sera passé beaucoup de choses à mon avis…

  3. Merkel taktik dit :

    Merkel : défaite, ou victoire tactique ?

    Ça ne va pas prendre longtemps avant que les marchés ne se rendent compte qu’il ne va pas y avoir de versements sérieux d’argent aux banques espagnoles avant l’année prochaine, et encore, sous les conditions les plus strictes.

    Par Richard North.

    http://www.contrepoints.org/2012/06/30/88862-merkel-defaite-ou-victoire-tactique?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Contrepoints+%28Contrepoints%29

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s