Les banques encore sauvées

« Le sommet européen a pratiquement interdit les faillites bancaires, faussant le jeu du marché, et retardant son inévitable assainissement.

Ce sommet n’a fait ni gagnant ni perdant, a dit le président français, François Hollande. Vraiment ?

Les banquiers espagnols vont pourtant souffler. Car vendredi les Vingt-Sept ont permis au gouvernement Rajoy de sauver son secteur bancaire à moindres frais, et sans guère de contrepartie.

Bankia et autre Caja del Mediterraneo ont mis à terre la quatrième économie de la zone euro. Par leur mauvaise gestion, leur corruption généralisée, et leurs relations incestueuses avec les milieux politiques. Pourtant, elles continuent d’être sauvées, sans que leurs dirigeants, souvent proches de Madrid, ne soient inquiétés.

Le sommet, en quelque sorte, interdit la faillite des banques, et alimente l’idée que le système financier s’en sort toujours. Les banquiers intègres doivent en manger leur chapeau, tandis que le citoyen lambda attend toujours une garantie européenne pour protéger son épargne.

Pendant ce temps, l’argent mobilisé à renflouer ces banques régionales, que l’on protège parfois trop derrière leur supposé caractère systémique, diffère l’assai­nis­sement du secteur. Au risque que, en cas d’échec, l’addition soit encore plus salée la prochaine fois ».

Frédéric Lelièvre, Le Temps, le 30 juin 2012

(via Le Blog à Lupus : « Les kleptos jubilent »)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Les banques encore sauvées

  1. Jean LENOIR dit :

    C’est vrai… c’est vrai qu’il serait difficile de garantir les avoirs de chaque client à hauteur de 100 000 euros en cas de la faillite de sa banque, elle-même entrant dans le cadre d’une faillite généralisée.
    Autant ponctionner à mort le quidam client pour sauver les banques !

    Lol

    Jean LENOIR

  2. xavib dit :

    On continue à enfumer les gens à propos de cet accord soi disant extraordinaire, miraculeux, moderne, consensuel, etc. alors que de nouveau les fraudes des banquiers sont avalisées, encouragées, absoutes…. c’est écoeurant.

    Ecrivez « BANQUE » sur votre façade (de préférence « GROSSE BANQUE TOO BIG TO FAIL ») et vous serez sauvé avec l’épargne du contribuable !!!

  3. Ne serait-il pas opportun que l’Etat retire les garanties de l’épargne au sein des banques privées afin de responsabiliser les banques et leurs clients. Car les français ont le sentiments que ce n’est pas de leur responsabilité et que c’est la faute des banquiers. Certes les banquiers ont eu une mauvais gestion, néanmoins cela n’enlève en rien la responsabilité du client de s’assurer de la santé financière de l’institut où il met son argent. Sans garanties, tout le monde se responsabilise. S’il ne sont pas en mesure de connaître la santé financière de leur banque, alors le client devrait se tourner vers la diversification des institutions bancaires pour son épargne ou placer dans une banque publique où l’épargne est garantie par l’Etat… seulement maintenant on se rend compte que l’Etat est en mesure de faire défaut aussi… comme tout le monde.

  4. Pour compléter, l’Etat ne sauve pas les banques, l’Etat sauve l’épargne des clients/citoyens et assure de la liquidité dans le système pour continuer le financement. Sans financement, il n’y a plus de croissance. Néanmoins, il est étonnant que les dirigeants ne soient pas remerciés. A creuser…

  5. Jean LENOIR dit :

    @ La Droite Silencieuse

    Curieuses vos propositions… A vous lire il apparaît que le fait de responsabiliser les clients (s’ils ont la capacité d’analyse) quant à la solvabilité de leur banque, ne ferait qu’encourager le bank run car bien peu de banques présenteraient un havre d’accueil…

    Vous voyez, vous, chaque client demander la liste des engagements pourris de sa banque (le signataire de la présente l’a fait pour sa banque principale. La banque a répondu à peu près honnêtement quant aux montants …and so what ?

    Non la responsabilité de l’Etat (et dès avant le Crédit Lyonnais) est immense quant à ne pas cadrer, mais cadrer au sens le plus strict et le plus sévère les banques et ne tolérer aucune dérive.
    Quant à sauver l’épargne des clients/citoyens c’est de la sémantique… quand on veut faire accroire que d’assurer, par les moyens que l’on connaît, de la liquidité dans le système pour continuer le financement…

    De grâce arrêtez de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, car vous trouverez toujours un signataire comme celui-ci pour vous « recadrer » VOUS.

    Jean LENOIR

    • @ Jean LENOIR

      Responsabiliser les clients et les banques motive la compétition et rend le marché bien plus efficace et stable sur le long terme. C’est un changement structurelle et la transition doit être graduelle, ceci ne se réalise pas sur du court terme sinon effectivement il y a un risque de « Bank Run ».

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s