Olivier Delamarche : « Que le gouvernement baisse les dépenses ! »

« Le seul credo des politiques français, c’est d’augmenter les impôts, ce n’est pas comme ça que vous y arrivez. Vous aurez une récession, mais comme vous avez déjà une récession dans presque tous les pays européens. Vous avez un ralentissement économique majeur, il va bien falloir à un moment ou à un autre que la Bourse le prenne en compte, malgré les gesticulations de nos chers banquiers centraux ».

 (BFM Business, le 11 septembre 2012)

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Olivier Delamarche : « Que le gouvernement baisse les dépenses ! »

  1. Garfy dit :

    mes impôts étaient de 66 euros par mois – je reviens de recevoir la note : 133 euros –
    y aurait-il une erreur ?

  2. zorba44 dit :

    Eh oui, vivre au-dessus de ses moyens, ce n’est pas renforcer la richesse d’un pays…
    La bourse finira par l’intégrer : n’en doutez pas

    Jean LENOIR

  3. Geraldine dit :

    Hollande : « Le changement, c’est dans deux ans ! »

    François Hollande s’est fait élire sur la promesse de faire revenir la croissance. Mais aujourd’hui il a reconnu à demi-mots qu’il était incapable de tenir sa promesse de campagne. La baisse du chômage et le retour à la croissance qui devaient être effectives tout de suite sont finalement reportés à 2014 grâce à un agenda gadget du redressement. Le changement c’est pas maintenant, mais dans deux ans ! Et dans deux ans, ce sera pour on ne sait quand…

    Les Français sont un peuple adulte. Ils savaient très bien que le changement ne se ferait pas du jour au lendemain. Ils n’attendent pas des résultats immédiats. Mais ce qui est insupportable est que François Hollande ne se donne aucun moyen de tenir sa promesse. Pour tenir sa promesse de retour à la croissance, il faut que François Hollande ait les moyens économiques de pouvoir agir. Or, comme ses prédécesseurs, il continue à céder un à un les pouvoirs du peuple à des autorités non-élues. En effet après avoir perdu le contrôle de ses frontières et de sa monnaie, le nouveau traité européen vise à retirer à la France son indépendance budgétaire. Plutôt que d’utiliser sa légitimité populaire pour enfin mettre au pas les marchés financiers et la Commission de Bruxelles, il a cédé.

    Dès lors, il est aussi impuissant que ses prédécesseurs. Pire, avec le super plan de rigueur qu’il va imposer aux Français, dans une économie déjà en récession, il ne va ni réduire les déficits ni réduire la dette mais faire exploser le chômage.

    Ce que Bruxelles a imposé à l’Espagne et à la Grèce, François Hollande le fait de son propre chef. Avec ce plan de rigueur, il obéit docilement aux recommandations de Bruxelles et de Berlin. Dès lors, il condamne la France à la récession.

    En un mot, François Hollande sera le Papandréou français. Dans 1 an, nous aurons 500 000 chômeurs de plus, et les efforts demandés aux Français n’auront servi à rien.

    Nicolas Dupont-Aignan
    Député de l’Essonne
    Président de Debout la République

    http://www.debout-la-republique.fr/communique/au-revoir-croissance-bonjour-austerite-et-chomage

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s