Philippe Béchade : « Oh la belle bulle de dettes ! Reste à savoir quand elle va éclater…

« ▪ Nous n’en croyons pas nos yeux ! CNBC nous proposait jeudi soir cette accroche en tête de sa page d’accueil : “la Fed mène une bataille perdue d’avance”. Ce titre accrocheur était accompagné de divers articles d’opinion comme “pourquoi le QE3 de la Fed ne servira à rien”, “qu’est-ce qui se cache derrière la chute du pétrole ?”, “comment éviter la déflation ?”, “la valorisation d’Apple ne pose t-elle pas problème ?”, etc.

A croire que les journalistes de CNBC, satisfaits d’avoir accompli leur devoir consistant à encenser les banques centrales pour leur pseudo-contribution à la croissance, se remettaient à faire leur métier — c’est-à-dire se livrer à une analyse critique de la situation économique et dénoncer les faux remèdes apportés aux difficultés du moment.

Ils n’osent pas encore insinuer que les banquiers centraux n’agissent que dans le but d’enrichir leurs obligés de Wall Street (et leurs plus riches clients privés). Mais ce n’est pas un hasard s’ils mettent en parallèle le dernier classement Forbes qui révèle que les 400 ultra-riches ont multiplié leur patrimoine par 20 en 30 ans et que leur fortune s’est accrue de 13 à 15% rien qu’au cours des 12 derniers mois.

Regardez quelles politiques monétaires ont été poursuivies depuis 1982 aux Etats-Unis et surtout quelle fiscalité a été appliquée au capital depuis 1980 puis aux dividendes depuis 2002.

▪ La Fed et Wall Street creusent des tranchées

Quel que soit le prisme par lequel on aborde la question, force est de constater que Wall Street et la Fed ont permis aux plus malins de creuser un écart abyssal de niveau de vie par rapport aux classes moyennes dont le pouvoir d’achat serait, selon certains calculs, retombé sous ses niveaux de 1995.

Alors la Fed a-t-elle le pouvoir de faire grimper encore plus les actions au détriment de l’activité économique réelle, ce qui revient à enrichir encore davantage les ultra-riches et paupériser les 80% de la population qui ne détiennent que 20% des actions en circulation (dont la moitié des effectifs n’en possède aucune) ?

Les salariés n’ont aucun espoir de voir leurs revenus progresser dans un contexte de chômage de masse et d’éviction du marché du travail de ceux qui ont perdu leur mobilité, faute de pouvoir revendre leur maison sans encourir un risque de faillite personnelle immédiate.

Il ne vous a pas échappé qu’un déluge de promesses impossibles à tenir, d’argent qui n’ira pas là où l’économie en a besoin, a fait bondir Wall Street de 15% en trois mois. Et c’est aujourd’hui vendredi que les actionnaires viennent chercher leur chèque, car c’est la journée des “Quatre sorcières”.

Pas question de reperdre un seul des ces dollars gagnés en dormant tandis que la Fed huilait les rouages de sa planche à billets. C’est pourquoi depuis vendredi dernier, Wall Street ne fait plus rien ! »

Suite et fin de l’article ici

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Philippe Béchade : « Oh la belle bulle de dettes ! Reste à savoir quand elle va éclater…

  1. Jean LENOIR dit :

    Elle est géante la bulle, l’économie comme une étoile sera naine… Quand ? Il est hautement plausible que la contraction continue des volumes d’affaires et l’effondrement du pouvoir d’achat engendre son explosion à relativement brève échéance.

    Le plus tôt sera donc le mieux.

    Jean LENOIR

  2. matbee dit :

    Record historique du cours de l’or en euros battu vendredi ; et ça va continuer.

  3. Jean LENOIR dit :

    @matbee,
    Chut, vous allez inciter les traders à jouer à la baisse sur l’or papier !
    Ceci dit, en séance, en continu, le cours avait passé brièvement 44 000 € l’année dernière.

    On est sur la bonne voie, celle du rattrapage des manips honteuses de cours depuis 1971.

    Jean LENOIR

  4. Dollar….fin d’un règne.Désormais les porteurs de T-Bonds (Bons du Trésor ) américains(Chine,Japon,Amérique du Sud,etc…) doivent se poser des questions sur la valeur de leurs achat.La dévaluaion sournoise (de fait) de la monnaie mondiale n’est pratiquement plus couverte par le taux de rémunération attrubué à ces bons. Relancer les exportations et la croissance U.S devient un problème insoluble,un parcours du combattant dixit Fisher membre de la Fed.On ne guérit pas un malade en lui donnant un remède inadapté.Le géant qui dominait tout le monde,s’est trouvé englouti par un « tsunami) qu ‘il ne pouvait prévoir.Comme pour l’Europe,c’est la mauvaise des gouvernants qui est responsable de la situation:inconscience,insouciance,incompétence « lobbies » non contrôlés…On ne peut plus se fier à personne.Quelque soit sa position,son titre: des paroles mais pas d’actes.Un politique est rarement un économiste mais l’économiste lui peut devenir un bon politique.probus.

Répondre à Jean LENOIR Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s