Etats-Unis, emploi douteux (B. Bertez)

Maladresse ou propagande de guerre ? La position de Bruno Bertez manque, à mon avis, un peu de clarté, mais son article est très intéressant, documenté.

« Les chiffres de l’emploi américain pour le mois de septembre ont été publiés vendredi, ils sont médiocres.

Cependant, le chiffre phare, celui que les médias grand public mettent en avant, le taux de chômage est bon, le chômage serait en forte baisse.

Un tollé s’est élevé pour dénoncer «une conspiration», c’est-à-dire un tripatouillage.

Nous vous rappelons notre position, tous les chiffres américains sont, comme nous disons, « à la Enron ».

Non pas dans le tripatouillage, mais dans leur méthode de compilation et de publication. C’est structurellement que les chiffres sont conçus pour ne pas être le reflet de la réalité.

Le vice est comme on dit là-bas « embedded », enraciné.

Que feriez-vous si vous étiez surendetté, si votre monnaie était suspendue au fil de la confiance, si vous étiez en guerre contre la crise, en compétition stratégique avec la Chine, la Russie, l’Europe ? En guerre, tout est permis, et nous vous assurons qu’au plus haut niveau les responsables américains se considèrent comme en état de guerre. Ils ont lu Ben Laden, ils lisent les travaux chinois, russes, ils savent que de « strategic competitors », on est passé à une nouvelle guerre froide.

Les supporters d’Obama qui travaillent au BLS ont, à notre avis, été maladroits, ils n’ont même peut-être pas trafiqué les chiffres. C’est une erreur d’avoir déclenché pareil débat en cette période.

Les chiffres, en amélioration apparente aussi nette, sont sujet à suspicion dès lors :

– Qu’ils ne correspondent pas aux perceptions des citoyens

– Qu’ils sont contredits par d’autres chiffres du BLS

Qu’ils sont contredits par Bernanke qui vient d’utiliser l’alibi de l’emploi pour son dernier QE.

Voyons les statistiques :

– Le chiffre U3, chiffre grand public, donne un recul du chômage de 3 points à 7,8% contre 8,1

Cette amélioration vient d’un gonflement subit, anormal, historiquement très rare, du nombre de personnes employées à temps partiel, chiffre en hausse, tenez-vous bien, de 585.000!

– Le vrai chiffre de sous-emploi qui mesure la réalité du chômage, le chiffre U6 est inchangé à 14,7%.

– On a créé 114.000 emplois non-agricoles en septembre.

– L’emploi total est à 133,5 millions soit exactement au niveau de 2001.

– Sur un an, on a créé 2,867 millions d’emplois.

Sur un an, 2, 640 millions de personnes sont sorties des stats du chômage comme ne faisant plus partie de la force de travail, le taux de participation à la force de travail est quasi au plus bas historique à 63,6%.

– Le chiffre de personnes travaillant à temps partiel pour raison économique, involontairement, est de 8,613 millions.

Il est clair que ce chiffre de l’emploi US pour septembre n’a pas de véritable signification. Nous sommes dans la communication, voire la propagande, montée en Chantilly par les médias et les illuminés comme Jack Welch.

La réalité est que la situation de l’emploi US est dramatique, que les chiffres ne traduisent pas la réalité, pas plus ceux de septembre que ceux d’août ou avril.

Le vrai taux de chômage est supérieur à 10%, le vrai taux de sous-emploi est au minimum de 14,7%. La sortie, historiquement record, des travailleurs des listes de la labor force explique les apparences.

La réalité américaine, c’est beaucoup de gens n’ont que des petits jobs peu payés.

Qu’ils se désocialisent, se marginalisent.

Que Wal Mart ne travaille que quand les gens ont touché leurs allocations en fin de mois.

Que 46,681 millions de personnes sont à la soupe populaire, c’est à dire aux food stamps, chiffre en hausse de 21 millions depuis 2007. Chiffre auquel il faut ajouter un nombre considérable de gens classés comme handicapés permanents et touchant des subsides à ce titre.

Hélas, la démocratie est ainsi faite que lorsqu’on montre le ciel, les citoyens regardent le doigt, c’est ainsi. On débat de la validité du chiffre mensuel, mais on perd de vue la terrible et sinistre réalité, celle que nous tentons de vous faire apprécier par les rappels ci-dessus.

Le NFIB est l’organisme qui suit et représente les petites entreprises aux Etats-Unis. Comme dans beaucoup de pays les small businesses sont le plus gros employeur national.

L’enquête du NFIB pour le mois de septembre sortira le 9 octobre.

On sait déjà que l’indicateur d’emploi est mauvais, en baisse de 0,23 alors que les deux mois précédents avaient été exécrables.

Si 10% des entreprises pensent embaucher en moyenne 2,2 salariés , 13% d’entre elles pensent en licencier 3.

Les entreprises qui n’envisagent aucun mouvement restent à 71%.

Malgré les remous médiatiques hebdomadaires et mensuels, la situation de l’emploi ne varie guère en profondeur, telle est la conclusion qui s’impose à l’analyse des enquêtes du NFIB.

Les éléments qui justifient les réponses des small businesses sont :

– Absence de demande

– Incertitudes

– Climat des affaires mauvais ».

Bruno Bertez, Le blog à Lupus, le 7 octobre 2012

Rappel : Olivier Delamarche le 2 octobre 2012

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Etats-Unis, emploi douteux (B. Bertez)

  1. BA dit :

    Aux Etats-Unis, la population active augmente d’environ 7 millions de personnes tous les 4 ans.

    Octobre 1976 – octobre 1980 : la population active augmente de 10 701 000 personnes.
    Octobre 1980 – octobre 1984 : la population active augmente de 6 614 000 personnes.
    Octobre 1984 – octobre 1988 : la population active augmente de 8 187 000 personnes.
    Octobre 1988 – octobre 1992 : la population active augmente de 5 820 000 personnes.
    Octobre 1992 – octobre 1996 : la population active augmente de 6 895 000 personnes.
    Octobre 1996 – octobre 2000 : la population active augmente de 7 701 000 personnes.
    Octobre 2000 – octobre 2004 : la population active augmente de 5 171 000 personnes.
    Octobre 2004 – octobre 2008 : la population active augmente de 7 082 000 personnes.

    Le 15 septembre 2008, l’effondrement de Lehman Brothers va provoquer une crise bancaire, financière, économique, sociale : les dirigeants des Etats-Unis comprennent que les statistiques du chômage vont exploser.

    Pour faire baisser les statistiques du chômage, les dirigeants des Etats-Unis vont donc décider de truquer les chiffres de la population active : au lieu d’augmenter d’environ 7 millions de personnes en 4 ans, la population active va augmenter de seulement 188 000 personnes en 4 ans.

    Octobre 2008 – septembre 2012 : la population active augmente de seulement 188 000 personnes.

    Pour faire baisser les statistiques du chômage, c’est facile : il suffit d’effacer des millions de citoyens de la population active.

    Source : d’abord, il faut cocher la case « Civilian labor force, seasonally adjusted », puis il faut aller tout en bas et cliquer sur « Retrieve data » :

    http://www.bls.gov/webapps/legacy/cpsatab1.htm

  2. jack dit :

    Allez sur  » LE FORUM MONETAIRE DE GENEVE » très intéressant.

  3. Jean LENOIR dit :

    Bien entendu, les chiffres sont « présentés » c’est-à-dire bidouillés. Dans une démocratie, si on sait encore ce que c’est une démocratie, on devrait, de manière intangible, calculer le chômage de la façon suivante :
    * population totale au-delà de 18 ans
    * moins total des retraités
    * moins total des handicapés en non capacité de travail (pas ceux déclarés pour l’habillage des statistiques
    = population en âge d’activité

    Le rapport population en activité à temps plein + l’effectif à temps partiel pondéré du temps de travail partiel (un actif à 30% d’heures travaillées = 0,3 personnes) / population en âge d’activité donnerait un chiffre inférieur à 1.

    Par différence avec le chiffre 1 et exprimé en pourcentage, le taux de non-emploi (comme pour les capacités d’une usine) serait peu discutable, et, sa seule évolution dans le temps permettrait de dire si l’emploi s’améliore ou se dégrade.

    Tout le reste n’est qu’un aimable trompe-l-oeil totalement malhonnête, c’est-à-dire à tout point de vue.

    Jean LENOIR

  4. Marc Us dit :

    Delamarche n’avait-il pas parié sur un chiffre de septembre en dessous des 8%? Il est malin le bonhomme! On va nous faire un 7,5 en octobre…

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s