Il ne va plus vous rester que la queue de la Cerise ! (Charles Sannat)

« Mes chères contrariées, mes chers contrariens,

C’est sans contexte la nouvelle la plus importante du week-end : l’assureur Groupama va mal, très mal. Tellement mal qu’il a d’ailleurs annoncé dans un communiqué, vendredi soir dernier, qu’il ne paiera pas la prochaine échéance sur ses obligations.

Avant de rentrer dans les détails, je voulais juste vous rassurer. C’est important que vous soyez rassurés. Donc rassurez-vous, vous pouvez être rassurés, tout va très bien. La crise financière est finie ! Depuis le temps qu’on vous le dit, vous devriez le savoir et ne pas avoir d’inquiétude.

D’ailleurs, en France, notre système bancaire est très solide. Encore une fois tout va très, très bien, donc soyez rassurés. C’est vrai que Dexia a encore besoin d’un peu de sous, mais rien d’insurmontable. Il est indéniable que le Crédit Immobilier de France n’est pas dans une forme extraordinaire puisque l’État est obligé de voler à son secours, mais il n’y a rien de grave, c’est tout petit.

Puisque l’on vous dit et répète que tout va bien. Dormez tranquilles mes petits. Enfin pas tous. Car ceux parmi vous qui détiennent de l’épargne chez notre copine Cerise, vous pouvez commencer à numéroter vos abattis. Enfin, pas les vôtres, mais ceux de vos contrats d’assurance vie au hasard. Car n’en déplaise à la communication officielle du Groupe Groupama, ne pas payer une échéance d’intérêts sur ses obligations, cela porte le nom de défaut… c’est-à-dire de faillite.

Groupama dégradé

Conséquence logique, quelques heures après l’annonce par Groupama du non-paiement de son coupon sur des emprunts obligataires, l’agence Fitch indique qu’elle abaisse la note de l’assureur vert à BB+.

Il s’agit d’une dégradation de deux crans des notes de solidité financière de l’assureur français Groupama SA de « BBB » à « BB+ » et de dette à long terme de « BBB- » à « BB », les deux étant assorties d’une perspective négative, donc susceptible d’être abaissée à nouveau dans un avenir proche.

Les notes de solidité financière des filiales Groupama Gan Vie et Gan Assurances sont également rétrogradées de deux crans à « BB+ » par Fitch.

Cela va avoir des conséquences directes sur l’accès au financement et aux liquidités du Groupe Groupama au sens large. La filiale assurance vie est également dégradée. Mais vous pouvez continuer à souscrire un contrat en fonds euros sans aucun problème puisque nous avons la chance en France d’avoir le système financier le plus solide de l’Univers.

Un communiqué de «Politburo»

Le communiqué de Groupama est absolument extraordinaire.

« Cette décision n’est pas liée à un problème de liquidité mais plutôt à un problème de principe », a assuré Thierry Martel, le directeur général de Groupama, à l’AFP.

« Après avoir demandé des efforts à nos partenaires mutualistes et aux salariés du groupe, il nous paraissait assez légitime de mettre à contribution nos partenaires financiers », a-t-il indiqué.

Chez l’assureur mutualiste, on estime qu’il s’agit d’un non-événement.

« Nous nous trouvons dans la situation où une entreprise ne verse pas, exceptionnellement, de dividende à ses actionnaires. Nous considérons que nous sommes dans une année particulière où nos actionnaires, nos salariés et nos investisseurs doivent consentir à des efforts exceptionnels en vue de restaurer notre marge de solvabilité », décrit le communiqué.

Il est hallucinant de lire de telles bêtises dans un communiqué normalement rédigé par des gens compétents.

Groupama a émis une ligne d’obligations dites perpétuelles d’un milliard d’euros (ce qui commence à faire un peu d’argent). Nous rappelons qu’une obligation est en réalité un prêt consenti à Groupama. En échange de ce prêt, vous recevez un taux d’intérêt c’est-à-dire une rémunération qui vous est versée à des échéances fixées à l’avance, généralement trimestrielles.

Groupama a annoncé qu’elle ne paierait pas les intérêts aux prêteurs. On ne peut pas écrire, ni dire qu’il s’agit d’un «non-événement» !! Ne pas rembourser les sommes dues à ses créanciers est toujours un événement !!

La tentative désespérée de communication est renforcée par une comparaison peu crédible entre le versement de dividendes et le paiement des intérêts sur une dette.

Faire le parallèle entre ces deux éléments est un non-sens économique.

Être actionnaire donne le droit de participer aux bénéfices de l’entreprise sous forme de perception de dividendes. Les dividendes sont optionnels. Les bénéfices ne sont pas forcément distribués aux actionnaires. Une part est d’ailleurs toujours conservée afin de financer les investissements nécessaires ou les projets en cours. On peut garder les bénéfices pour constituer des réserves, bref, c’est la vie normale d’une entreprise et c’est logique. D’ailleurs, ce sont les actionnaires qui, réunis en assemblée générale des actionnaires, décident ensemble de la répartition des bénéfices.

Dans le cas de Groupama, il s’agit de ne pas payer les intérêts de sa dette. Les créanciers ne sont pas consultés et n’ont pas voté pour ne pas être payés !! Une obligation est un contrat de prêt ! Il n’y a donc aucune comparaison possible entre dividendes et paiement des coupons obligataires.

Enfin, il faut remettre les choses en perspective. Groupama refuse d’honorer un montant de 63 millions d’euros soi-disant pour renforcer ses fonds propres.

Soyons logique. La Direction de Groupama savait très bien que sa décision unilatérale allait entraîner une dégradation de sa note et donc son éjection des marchés financiers et du coup l’impossibilité pour le groupe de trouver de la liquidité.

Ce sont les dégradations successives qui ont mené le Crédit Immobilier de France dans l’impasse.

Quel est donc l’intérêt pour une entreprise comme Groupama de renforcer ses fonds propres de 63 millions d’euros, c’est-à-dire rien du tout, et de prendre le risque d’une impossibilité totale de financement.

C’est très peu crédible.Vraiment très très peu crédible.

On peut donc imaginer que la situation de l’assureur français est beaucoup plus grave que ce que l’on pense.

Enfin, une telle décision, loin de rassurer les épargnants, ne peut que contribuer à un retrait massif de capitaux, que les fonds propres du Groupe ne suffiront pas à honorer. Si les clients sociétaires paniquent, cela en sera même fini de Groupama en moins de quinze jours ».

Lire la fin de l’article

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Il ne va plus vous rester que la queue de la Cerise ! (Charles Sannat)

  1. Jean LENOIR dit :

    Eh bien l’heure de vérité approche …et ce ne sera sans doute ni la Grèce, ni l’Espagne ou l’Italie cette fois-ci.
    Que fera le gouvernement, car on fait toujours appel à lui, in fine ?
    Pardi mais il va mettre au pot l’argent que vous voudriez bien récupérer maintenant que vous savez, et, cet argent …ce sera le vôtre.
    Ni plus, ni moins

    Jean LENOIR

  2. xavib dit :

    « Cette décision n’est pas liée à un problème de liquidité mais plutôt à un problème de principe », a assuré Thierry Martel, le directeur général de Groupama, à l’AFP.

    « Après avoir demandé des efforts à nos partenaires mutualistes et aux salariés du groupe, il nous paraissait assez légitime de mettre à contribution nos partenaires financiers », a-t-il indiqué.

    Chez l’assureur mutualiste, on estime qu’il s’agit d’un non-événement.

    « Nous nous trouvons dans la situation où une entreprise ne verse pas, exceptionnellement, de dividende à ses actionnaires. Nous considérons que nous sommes dans une année particulière où nos actionnaires, nos salariés et nos investisseurs doivent consentir à des efforts exceptionnels en vue de restaurer notre marge de solvabilité », décrit le communiqué. »

    Fabuleux… Ou comment faire d’un défaut, d’une faillite… une question de « principe » et de solidarité !!!

    Ce Martel est ENORME…

  3. BA dit :

    Mardi 9 octobre 2012 :

    Le FMI craint une aggravation de la crise dans la zone euro.

    Le FMI, qui a abaissé ses prévisions de croissance pour la France, se montre tout aussi pessimiste pour l’ensemble de la zone euro. « La crise dans la zone euro reste la plus claire menace sur les perspectives mondiales », assure-t-il dans ses perspectives économiques, publiées lundi 8 octobre.

    Malgré de récentes avancées, la récession semble plus forte que prévu cette année en zone euro et le rebond s’annonce limité en 2013, pire, la crise pourrait encore s’aggraver sans nouvelles « mesures immédiates », prévient le FMI, qui participe aux trois plans d’aide en cours dans la région (Grèce, Irlande, Portugal).

    « La crise de la zone euro s’est aggravée en dépit des décisions politiques visant à la résoudre », constate-t-il. Les indicateurs « restent dans le rouge, ce qui suggère que la faiblesse se répand de la périphérie vers l’ensemble de la zone euro », touchant tous les pays, y compris l’Allemagne.

    http://www.boursorama.com/actualites/le-fmi-craint-une-aggravation-de-la-crise-dans-la-zone-euro-ef23c6e2cce73aae3d33155efcba7249

  4. Ping : Il ne va plus vous rester que la queue de la Cerise ! (Charles Sannat) | Histoire de la Fin de la Croissance | Scoop.it

  5. BA dit :

    Mardi 9 octobre 2012 :

    La BCE n’imprimera pas de monnaie pour résoudre la crise, a affirmé M. Draghi.

    La Banque centrale européenne (BCE) n’imprimera pas de monnaie pour résoudre la crise de la dette en zone euro, a déclaré mardi son président Mario Draghi.

    « La BCE ne peut s’engager dans du financement monétaire et ne peut pas remplacer l’action des Etats membres (de la zone euro). Il est trop facile de penser que la BCE peut remplacer l’action des gouvernements ou leur manque d’action en imprimant de la monnaie. Cela n’arrivera pas », a dit M. Draghi lors de son audition devant la Commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen, retransmise par la télévision du Parlement.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___La_BCE_n_imprimera_pas_de_monnaie_pour_resoudre_la_crise_a_affirme_M_Draghi93091020121051.asp

  6. Jean LENOIR dit :

    Prenons les paris, avant de vous dire au revoir pour quelques jours (internet du signataire en crise technique …) que Mario fera le contraire de ce qu’il dit.

    Jean LENOIR

  7. gild dit :

    Je trouve votre article « légèrement » de parti pris. Il y a en effet beaucoup d’incohérences et d’approximations ; vous faites par exemple état d’un sauvetage de Groupama l’année dernière par l’injection de 300 millions par la CDC, or la CDC a simplement échangé des titres de sa foncière Icade contre des titres de la foncière Silic de Groupama. Il n’y a pas eu de cash dépensé par la CDC. Elle a par contre injecté 300 millions € dans la filiale Gan Eurocourtage mais contre des actions à dividende prioritaire de plus de 10% sans droit de vote. La CDC a fait une bonne opération financière en profitant de l’urgence de la situation pour son ratio de solvabilité.
    C’est vrai que Groupama fâche ses créanciers par cette décision, mais elle en a la possibilité, donc pourquoi comparer ça à un défaut de paiement. Un défaut de paiement est le non respect d’un contrat liant un débiteur à un créancier, ce qui n’est pas le cas ici puisque cette possibilité se rapporte à une clause du contrat.
    Personnellement, je trouve Groupama audacieux d’adopter cette attitude car elle sait qu’une partie du marché peut se détourner d’elle à l’avenir. Une société cotée en bourse n’aurait jamais osé faire cela, car une société cotée en bourse va toujours préférer faire des dégâts humains plutôt que des financiers déçus. C’est une bonne voie que trace Groupama je trouve, car pourquoi toujours faire des « courbettes au marché » et pourquoi ce sont toujours les forces vives de l’entreprise (salariés) qui doivent tout assumer. Je rajoute aussi que les caisses régionales de Groupama n’ont pas perçu de dividendes cette année, il y a donc une équité à ce niveau.

    Ce qui est étonnant aussi, c’est que vous vous présentez comme étant un économiste diplômé de l’Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques (ça en jette 😉 et que malgré ça, vous faites abstraction des résultats récents de Groupama. Ainsi, je peux vous apprendre que la marge de solvabilité réglementaire sur fonds propres durs de Groupama ressort à 113% fin juin 2012, contre 107% en 2011. Et elle ne prend pas en compte l’impact favorable des cessions d’activités qui seront définitivement réalisées au second semestre. Au 30 juin 2012, les capitaux propres combinés de Groupama progressent de +9,7% par rapport au 31 décembre 2011 et s’élèvent à 5,8 milliards d’euros.
    Groupama a eu des difficultés en 2011 à cause de la finances (justement !) et elle met actuellement en oeuvre tout ce qu’il faut pour redresser la barre. Son objectif en terme de marge de solvabilité est d’approcher les 120% à la fin de l’année.

    Mais en lisant votre bio, on peut voir que vous êtes Directeur des Etudes Economiques d’AuCoffre.com ; site web qui offre une solution de placement en or physique avec garde sécurisée en coffres. Je comprends à présent pourquoi vote rôle est d’affoler les foules… Afin qu’elles s’orientent vers la valeur OR… J’ai bon ?

    Cordialement,

  8. Geraldine dit :

    FMI: Lagarde appelle à profiter de « l’élan » créé par les banques centrales…

    L’élan ? Quel élan ? Elle ne rate jamais une occasion Christine…

    http://www.romandie.com/news/n/FMI_Lagarde_appelle_a_profiter_de_l_elan_cree_par_les_banques_centrales25111020121231.asp

    • xavib dit :

      Il y en a en tous cas que la reine Christine a coupés dans leur élan…

      Deux Grecs de la «liste Lagarde» retrouvés morts

      « Quelque 2000 Grecs qui détiennent des comptes bancaires en Suisse sont soupçonnés de fraude fiscale et de corruption. Mais l’affaire commence à prendre un tour dramatique.

      La «liste Lagarde» continue de semer la panique parmi les élites d’Athènes. Depuis jeudi, deux hommes ont été retrouvés morts. Tous deux figuraient parmi les quelque 2000 politiciens et hommes d’affaires grecs soupçonnés de détournements et de fraude fiscale, tous détenteurs de comptes bancaires en Suisse. La thèse du suicide est retenue, selon Business Insider… »

      http://www.tdg.ch/economie/Deux-Grecs-de-la-liste-Lagarde-retrouves-morts/story/25071569?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

  9. telmalouise dit :

    Oups
    Groupama est toijours là.
    Vous seriez-vous trompé ?

    • zorba44 dit :

      Les banques sont toujours là alors que nombre d’entre elles sont en faillite, objectivement, mais toujours là…
      Pourquoi ?
      N’oublions pas qu’on leur apporte mois après mois des liquidités qui deviennent nos dettes !

      Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s