Olivier Delamarche le 23 octobre 2012

(BFM Business, 23 octobre 2012)

« On est dans un marché de flux, on n’est pas dans un marché qui se colle aux fondamentaux (…) A chaque fois qu’on peut espérer avoir sa petite piquouse – maintenant on va installer des salles de shoot, donc ça va être plus pratique – on est content et on monte ; et plus les nouvelles sont terrifiantes et mauvaises, plus on se dit qu’on va l’avoir [la piquouse] »…

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Olivier Delamarche le 23 octobre 2012

  1. brunoarf dit :

    Lundi 22 octobre 2012, nous avons appris une nouvelle très importante.

    La dette publique de la Grèce a été sous-estimée.

    En réalité, la dette publique de la Grèce est encore pire que ce qu’on nous avait dit.

    Dette publique de la Grèce :
    2007 : dette publique de 107,4 % du PIB.
    2008 : dette publique de 112,6 % du PIB.
    2009 : dette publique de 129 % du PIB.
    2010 : dette publique de 144,5 % du PIB.
    2011 : dette publique de 170,6 % du PIB.

    En clair : la dette publique de la Grèce s’est emballée.

    La dette publique de la Grèce est hors de contrôle.

    Maintenant, nous savons que la Grèce va se déclarer en défaut de paiement, le deuxième en seulement quelques mois.

    Maintenant, nous savons que ce sont la BCE et aussi les Etats de la zone euro qui vont subir des pertes.

    Or, le problème est le suivant :

    la BCE n’a pas les moyens de résister au deuxième défaut de paiement de la Grèce. Et les Etats de la zone euro n’ont pas les moyens de résister au deuxième défaut de paiement de la Grèce. Car cet évènement va créer une situation de panique qui fera tomber ENSUITE les autres Etats européens surendettés.

    Il n’y a plus d’argent.

    Il ne reste plus que des dettes.

  2. Jean LENOIR dit :

    Bien sûr que la fin est proche… Le dernier post d’Olivier (PARIBAS) n’est pas loin de succomber dans la poussière de l’oubli de l’histoire, la toute petite …à oublier.
    Quant à la grande elle reste à nous surprendre quant à son déclenchement.

    Jean LENOIR

  3. Opps59 dit :

    Phillipe Béchade , sur bfm, dit la même chose , en plus varié et plus imagé.

  4. brunoarf dit :

    Le 27 octobre 2011, la Grèce fait défaut :

    « un accord est trouvé le 27 octobre au matin. Il prévoit :

    – un abandon par les banques privées de 50 % de la dette publique qu’elles détiennent sur la Grèce (la BCE et le FMI ne sont pas concernés). Cet accord a été particulièrement difficile à atteindre du fait de la résistance des banques. »

    Accord du 21 février 2012 :

    « Les créanciers privés acceptent une réduction de 53,5 % de leurs créances pour un montant de 107 milliards d’euros »

    Source : wikipedia, article « Crise de la dette publique grecque. »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_grecque#Deuxi.C3.A8me_phase_critique_et_deuxi.C3.A8me_plan_de_sauvetage

    C’est ça qui est ahurissant, dans ce premier défaut de paiement : les créanciers privés ont accepté d’effacer 107 milliards d’euros, ET MALGRE TOUT la dette publique de la Grèce a continué à augmenter.

    Tout se passe comme si le premier défaut de paiement de la Grèce n’avait servi à rien.

    Tout se passe comme si le premier défaut de paiement était un échec total.

    Dette publique de la Grèce pour les deux premiers trimestres de 2012 :

    – Premier trimestre 2012 : la dette publique était de 280,423 milliards d’euros, soit 136,9 % du PIB.

    – Deuxième trimestre 2012 : la dette publique était de 300,807 milliards d’euros, soit 150,3 % du PIB.

    « Au premier trimestre, la dette grecque avait diminué à 280,423 milliards d’euros, soit 136,9% du PIB, en raison de la restructuration consentie par les créanciers privés, mais elle a augmenté à nouveau au deuxième trimestre avec les nouveaux prêts accordés à Athènes par les pays de la zone euro. »

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/10/24/97002-20121024FILWWW00447-zone-euro-la-dette-a-90-du-pib.php

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s