L’évasion fiscale comme symptôme de la schizophrénie ambiante

Un article pertinent de Caleb Irri, qui dénonce à juste titre l’hypocrisie des politiciens, leur fausse solidarité « patriotique » et la schizophrénie générale dans l’affaire Depardieu. Dommage qu’il attribue au seul capitalisme ce qu’on doit à sa dérive mondialiste, fondée sur la financiarisation et le libre-échange intégral. Abolition des frontières et des nations, dissolution des structures sociales et familiales traditionnelles… Un système voulu et promu par nos élites oligarchiques, qui sont bien sûr les seules à en profiter.

Pieter BRUEGHEL l'Ancien - la Tour de Babel (la petite) (Rotterdam)

« Comme tant d’autres avant lui, Gérard Depardieu quitte la France pour aller s’installer en Belgique, là où les lois fiscales sont plus protectrices…

Ce n’est donc ni le premier ni le dernier à agir de la sorte, et nombreux sont les riches qui se laissent tenter par l’évasion fiscale, ou pour être plus poli « l’optimisation fiscale ». Rien de bien nouveau sous le soleil en définitive.

Je ne sais si c’est parce que le moment est « mal choisi » ou si c’est parce qu’il est estampillé « de gauche » (ce qui date quand même un peu), mais traiter Gérard Depardieu de « minable » parce qu’il agit ainsi (comme les autres donc) n’a pas de sens : si les lois l’y autorisent, comment espérer que l’optimisation fiscale ne soit pas préférée à un « patriotisme » qui n’a aucune raison d’être privilégié par rapport aux règles « supra-nationales » qui instaurent que l’intérêt individuel prime sur toutes les autres considérations ?

Ce qui aurait été minable, c’est justement qu’un individu riche ne profite pas des possibilités offertes par un Etat complice pour lui permettre de conserver « le plus possible » de son argent, selon les règles établies et acceptées par ceux-là même qui critiquent aujourd’hui des comportements qu’ils ont eux-mêmes légalisé (et dont ils profitent parfois) : la maximisation du profit.

Car il ne faut pas oublier une chose : nous vivons à l’intérieur du cadre capitalisme, et ce sont donc les règles capitalistes qui s’appliquent : payer ses impôts en France alors qu’on a les moyens de n’en pas payer du tout (ou moins), c ‘est presque une faute de gestion. C’est perdre de l’argent « bêtement », et mettre de la morale là où rien ne l’exige.

Alors que tous les économistes du monde s’échinent depuis des décennies à nous expliquer que la somme des intérêts individuels contribue à la satisfaction de l’intérêt général (la fameuse « main invisible »), on voudrait aujourd’hui nous faire croire que le « patriotisme » doit l’emporter sur la rationalisation de l’individu ?

Mais c’est le patriotisme qui va à l’encontre du système, pas le comportement des exilés fiscaux, qui sont eux tout-à-fait rationnels ! Comment reprocher à un homme de ne penser qu’à lui, alors même que c’est le premier principe du système que le monde entier défend absolument ?

A travers cet exemple symbolique mais néanmoins banal, c’est la contradiction inhérente au capitalisme qui se trouve ainsi mise en lumière : la rationalité c’est l’égoïsme, l’individualisme, tandis que c’est la solidarité qui est du point de vue capitaliste totalement irrationnelle. Et en même temps que nous acceptons ce principe théorique, nous faisons constamment référence au devoir de solidarité (des autres) pour lutter contre l’égoïsme que nous méjugeons d’un point de vue moral.

Il serait temps que nos hommes politiques (et nous avec) cessent leur hypocrisie : le capitalisme fonctionne selon des règles qui sont instituées internationalement d’abord, nationalement ensuite, et seuls les gouvernements ont le pouvoir de changer ces règles (et nous celui de changer nos gouvernants). L’optimisation n’étant pas illégale, les gouvernants n’ont qu’à faire voter de nouvelles lois pour la rendre illégale. Changeons nos gouvernants pour qu’ils modifient les lois, supprimons les paradis fiscaux ou rendons-les inaccessibles, et le problème sera réglé…

Il serait temps aussi que nous comprenions que ce ne sont pas les hommes qui sont à blâmer mais le système qui les conduit à cette schizophrénie entre leur propre morale et les contraintes établies par le système de « maximisation du profit ». Car comment savoir à partir de quand cessons-nous d’être égoïstes pour devenir irrationnels… au point de devenir altruiste ? Tout dépend le point de vue qu’on adopte, moral ou capitaliste !

C’est donc aux hommes politiques de faire cesser cette schizophrénie, car ce sont eux qui ont le pouvoir de faire la Loi ; et qu’ils n’aillent pas ensuite critiquer ceux qui la suivent…

Et pour nous, qui sommes si prompts à dénoncer l’égoïsme des autres, n’oublions jamais de nous poser cette question : « et moi, si j’étais à sa place, qu’est-ce que je ferais ? » »

Caleb Irri, le 21 décembre 2012

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour L’évasion fiscale comme symptôme de la schizophrénie ambiante

  1. lapotre dit :

    Exactement ! eh bien, moi, à sa place, j’en aurais fait autant. La seule chose que j’aurai changée serait de donner mes raisons, politiquement incorrectes, d’avoir agi de la sorte, car cette bande de nuls, donneurs de leçons, auraient besoin d’être mouchés comme il se doit.

  2. Jean LENOIR dit :

    Se sacrifier à l’autel de la gabegie, c’est aussi fort masochisme. De là-bas, très loin !… déjà ici le matin de Noël.

    Jean LENOIR

  3. La Gaule dit :

    Le problème est que les gens du showbiz, s’ils optent volontiers pour un comportement rationnel et « capitaliste » ( ?) quand il s’agit de gérer leur patrimoine, ne sont généralement pas les derniers à étaler leur moraline sur tout et rien dès que l’occasion s’en présente (en permanence).
    La règle du grand jeu de l’hypocrisie sociale est aussi celle-là, et celui qui sort du troupeau fait alors aussi désordre aux yeux de la plèbe qu’une charolaise en pyjama zébré.
    Peu importe ses qualités personnelles, notre problème avec Depardieu est là, et, vu sous cet angle, il n’est alors pas le sien.
    Quant à la tarte à la crème du patriotisme qui serait en retard d’une guerre par rapport au capitalisme rationnel triomphant, j’observe que la guerre ne fait que commencer.
    Si l’histoire de l’humanité avait été rationnelle, cela se saurait.

  4. Jerome dit :

    Exellent!, on ne pourait pas dire mieux

  5. Ping : PART 03 | DEC 2012 | LES BANKSTERS DE LA FINANCE | Pearltrees

  6. docteur ouate dit :

    bof, en matière fiscale je crois à l’efficacité.
    les impots couteux et inefficaces sont nuisibles. L ISF, les 75 %… ça rapporte que dalle et ça pénalise.
    l’autre problème c’est l’administration des affaires publiques, qui est purement sortie , si elle a jamais été, du controle des citoyens, mème indirect.
    Il faudrait qu’on vote tous avec nos pieds comme Gérard.

  7. Michel F. dit :

    Il suffit de se faire livrer une caisse de yaca et un container de yfocon et tout sera réglé.
    On passera une commande au père Noël l’an prochain!

  8. Il y a une différence majeure entre les choix privés d’un acteur populaire et les décisions d’un PDG dont l’enrichissement personnel impactera la vie de milliers de salariés. Et pourtant ils sont englobés par certains dans la même confusion et c’est cette confusion entretenue notamment par le medef qui permet d’utiliser les qualités des uns pour justifier les abus des autres. Quant à moi, si un jour je devais quitter la France, je n’en ferais pas une tribune dans libé ou le monde pour exposer mes problèmes de millions, je ne deviendrais pas celui qui fût contraint de quitter son pays. Si Depardieu est critiqué, ce n’est pas tant pour ses choix fiscaux que pour son statut d’aristocrate aux privilèges fiscaux, médiatique et législatif. Un statut qui lui permet de changer son adresse fiscale sans rien changer à sa vie parisienne. Un statut de caste. Si ça vous intéresse, un décryptage des réactions de Parisot :http://laphrasedeshabillee.blogspot.fr/

  9. Ping : L’évasion fiscale comme symptôme de la schizophrénie ambiante | Econopoli | Scoop.it

  10. Trend dit :

    Belgique = paradis fiscal ?

    Impôts divers sur le revenu brut auquel il faut rajouter entre 35 et 100 % de charges patronales .

    Example d’un maçon gagnant 3000 euro bruts par mois

    Le patron paie 3000 euro de taxes et cotisations diverses sur le salaire brut de l’ouvrier.
    L’ouvrier paie une CSG de 13,07 % (392,10 €), un impôt moyen de 35 %(945 €) ( après abattement forfaitaire), une cotisation spéciale à la sécu.de 3 %(81€) Soit environs 1418 à retirer de 3000 soit un net de 1581 euro. tout celà à partir d’un brut payé par le patron de 6000 euro !!!!!!!!

    Ces 6000 euro de richesse produite ont été amputé de 4418 euro. Reste de consommation personnelle destinée à soutenir l’économmie: 1581 euro.

    Alors la Belgique toujours paradis fiscal ???
    Retraite maximum de 1900 euro brut/ mois ( mais cotisation illimitée dans le salaire des salariés), fonctionnaire retraite jusqu’à plus de 5000 euro voir plus dans des cas particuler (ministre, etc..)

    Part contre les rentiers, la alors , « Français vous êtes des pauvres », venez en Belgique car il y a moyen de payer 5 % d’impôts et avec des exonérations jusqu’à 25000 euro (donc pas de 5 % sur les 25000 premiers euro)

    A part celà l’Europe est belle !

  11. Jean LENOIR dit :

    Nul n’a dit que la Belgique était un paradis fiscal pour le salarié belge…
    Mais si la Belgique perdait ses salariés à des motifs de fiscalité, il y aurait du souci à se faire pour les rentiers;

    Jean LENOIR

    • Trend dit :

      Entièrment d’accord,

      Mais il y a le plus fameux exemple belge qui lui s’était exilé en FRANCE !!!! He oui

      C’est notre grand Jacque Brel, Très peu de personnes savent qu’il s’est exilé pour des raisons fiscales (il avait le fisc belge aux trousses).Il n’était pas rentier, loin de là notre exemplaire flambeur, s’ils tout les artistes étaient comme lui (Serge Gainsbourg, George Brassens en étaient) , l’économie se porterait un fifrelin mieux.

  12. Ping : PART 04 | DEC 2012 | LES BANKSTERS DE LA FINANCE | Pearltrees

  13. JiDégé dit :

    « Gérard Depardieu quitte la France pour aller s’installer en Belgique, là où les lois fiscales sont plus protectrices… » Mort de rire

  14. Inrockuptible dit :

    « L’évasion fiscale comme symptôme de la schizophrénie ambiante » : Tout à fait ça… on le voit de la plus belle des manières avec le séisme Cahuzac !!!!!!

    « Nous avons cru la parole d’un homme »… HAHAHAHA

    Tous pourris oui ou non ? on est bien tentés de dire OUI.

    Qui ignore que presque tous ces ripoublicains la main sur le coeur ont des comptes à l’étranger … pour eux mêmes et/ou pour leur parti ?

    • Geraldine dit :

      «La République exemplaire est en marche. Notre combat ne fait que commencer et il va se poursuivre», a dit Ayrault devant les députés.

      C’est sûr, elle est en marche… elle court… elle vole… tout le monde y croit !! Quant au combat du gouvernement, j’ai bien peur que ce soit un combat désespéré pour se maintenir en vie lui-même. Pas de pitié pour les menteurs, les tricheurs et les corrompus.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s