Roubini : Aux Etats-Unis, « ce sera bientôt bordélique »

Roubini Etats-Unis au bord d'une nouvelle criseLes Etats-Unis sont loin d’être tirés d’affaire malgré l’entente intervenue dans la nuit du Jour de l’An pour éviter de frapper le « mur fiscal », affirme le célèbre économiste Nouriel Roubini.

Selon lui, le dysfonctionnement du système politique américain fait en sorte que les États-Unis feront bientôt face à une nouvelle crise fiscale… dans deux mois.

«Si aucune action n’est prise d’ici le 1er mars, 110 milliards de réductions de dépenses entreront en vigueur», écrit dans le Financial Times celui qu’on surnomme Dr Doom, car il avait prévu la crise financière de 2007-2008. Les défis seront donc de taille pour les républicains et les démocrates déjà à couteaux tirés.

D’une part, la dette américaine atteindra son plafond. Il a été plusieurs fois renégocié dans le passé, mais ce processus est douloureux. A l’été 2011, cela avait provoqué de l’instabilité sur les marchés financiers.

D’autre part, les élus américains devront commencer à débattre des mesures à prendre à moyen terme pour assainir les finances publiques et réduire la dette du pays, qui s’élève actuellement à 16 443 milliards de dollars américains (en 2012, le déficit du gouvernement fédéral représentait 8,5% du PIB).

«Cela mènera à une autre dispute entre les républicains, qui veulent réduire la taille du gouvernement fédéral, et les démocrates, qui veulent le maintenir mais sans être sûr de la manière de le financer», écrit Nouriel Roubini.

À ses yeux, on doit s’attendre à des débats épiques entre les deux partis. Par exemple, les Etats-Unis doivent-ils introduire une taxe sur la valeur ajoutée ? Une taxe à taux unique? Des taxes plus élevées ou moins élevées sur le revenu ? Une taxe sur le carbone?

«Ce sera bientôt bordélique», soutient l’économiste.

Les Affaires, le 3 janvier 2013

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Roubini : Aux Etats-Unis, « ce sera bientôt bordélique »

  1. C’est à ne plus rien y comprendre. Les USA ont pourtant réduit les impôts des plus riches, ils ont pourtant une flexibilité du travail très importante, tout y est marchandable. Et pourtant ils ont des problèmes économiques! Les idéologue libéraux européens nous promettent pourtant qu’avec un tel fonctionnement, l’économie serait florissante et le chômage vaincu! Je plaisante, cela fait longtemps que les plus évidentes contradictions n’ont jamais freiné la marche du libéralisme. C’est même dans leurs plus flagrants échecs que nos idéologues puisent de nouvelles raisons d’aller toujours plus loin. Incapables de reconnaître leur égoïsme, ils se prétendent pragmatiques. Le problème est qu’ils ont pris le pouvoir….

    • xavib dit :

      Ah vous trouvez que le fonctionnement des Etats-Unis est celui d’un pays libéral ? Vous vous trompez lourdement, ils sont dans un capitalisme de prédateurs cartellisés, de copains et de coquins, d’interventions tous azimuts des élites pour fausser le cours normal du marché. Béchade d’ailleurs le dit bien, « il n’y a plus de marché », il n’y a plus que des manipulations provenant de quelques intervenants ; idem pour la politique monétaire, follement dirigiste, de la Fed… pour la politique économique « négationniste » (oui j’ose le mot, vous en comprenez le sens ici) du gouvernement Obama…
      Vous êtes un lecteur de ce blog ? alors vous devriez savoir…

      • azertyz dit :

        Absolument d’accord xavib, et vous pouvez parler aussi de la BCE, de l’euro et de Bruxelles, etc etc.
        On n’est plus en territoire libéral, on est en dictature néo-communiste.

      • Je croyais que c’était la même chose 😉 Mais où est alors ce fameux paradis libéral et quel chemin de croix devront nous encore suivre pour y parvenir. Je crains bien que tout ceci relève davantage du mysticisme que de l’économie. Mais chaque religion à son paradis et bien loi de moi l’idée de nier le votre. Pour tout vous dire je vois même en Angela Merkel la nouvelle Némésis, c’est dire. Si la comparaison vous amuse : http://laphrasedeshabillee.blogspot.fr

      • Geraldine dit :

        @déshabilleur

        Le libéralisme et le royaume des ploutocrates mondialistes, ça n’a strictement rien à voir.

  2. zorba44 dit :

    Déficit du gouvernement fédéral de 8,5% du PIB, c’est une plaisanterie – n’est-ce pas Olivier ? Du moins quand on sort de la com et qu’on se penche sur la Debt Clock du gouvernement fédéral…

    Jean LENOIR

  3. zorba44 dit :

    …Le plafond de la dette est d’ailleurs, d’ores et déjà, dépassé à la consultation, à l’instant, du site de la Debt Clock USA: le signataire vient de s’en apercevoir. Roubini semble donc déjà en retard de deux mois !

    Jean LENOIR

  4. nick_tesla dit :

    Le problème du libéralisme, c’est qu’il s’accompagne de mesure de dérégulation de l’économie histoire de pouvoir jouir de cette liberté tant recherchée. Le problème c’est qu’un monde sans règle (libre donc) est un monde ou la loi du plus fort s’exerce. Que ce soit dans la nature (le plus fort) ou financièrement (le plus riche), on comprend aisément que les prédateurs s’ils adoptent une intelligence de groupe (cartel bancaire et de multinationales), rien ne peux les arrêter car ils jouent selon les règles légales (qu’ils ont promulgué ou abolie car ils peuvent acheter le politique).
    C’est toute la différence entre le libéralisme théorique et celui qui s’est construit en pratique ou il rejoint les pratiques soviétiques.

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s