Les Pays-Bas contraints de nationaliser dans l’urgence la banque SNS Reaal pour 10 milliards d’euros

bilan banques pays-bas« Troisième opération du genre après ABN AMRO et Fortis. SNS Reaal recevra 2,2 milliards d’euros de capitaux frais.

L’hécatombe se poursuit dans le peloton de tête des banquiers néerlandais. Plombé face à des engagements dans l’immobilier insurmontables, SNS Reaal, cinquième établissement financier du royaume avec 134 milliards d’euros d’actifs, vient de rejoindre les rangs des banques nationalisées dans le sillage de la crise de la dette européenne, après ABN AMRO et Fortis.

« La faillite du groupe aurait eu des conséquences importantes et inacceptables pour la stabilité financière, l’économie néerlandaise et le contribuable », a justifié Jeroen Dijsselbloem, ministre des Finances des Pays-Bas et président depuis peu de l’Eurogroupe, à l’annonce de ce sauvetage dont le coût global avoisinera 10 milliards d’euros pour l’Etat.

Au titre de la solidarité

SNS Reaal recevra 2,2 milliards d’euros de capitaux frais, 1,1 milliard supplémentaire sous forme de prêts et 5 milliards de garanties. En outre, SNS Reaal, avait reçu 750 millions d’euros d’aides publiques en 2008 dont 565 millions doivent encore être remboursés.

Prenant acte de la situation, les grands dirigeants de la banque, le directeur général, le directeur financier et le président du conseil de surveillance, ont démissionné. Engagés dans une course contre la montre, leur montage présenté in extremis à la banque centrale néerlandaise n’a in fine pas reçu son aval.

Cette alternative prévoyait l’injection de 2,2 milliards d’euros dans les comptes de la banque en sursis, dont 1,8 milliard par le fonds CVC Capital et 400 millions par ABN AMRO, ING et Rabobank. Mais l’opération ne présentait pas les garanties suffisantes.

Au titre de la solidarité de place, les autres banques devront s’acquitter d’une contribution à cette nationalisation qui ponctionnera leurs comptes de 1 milliard d’euros en 2014, soit entre 300 et 350 millions d’euros pour ING et entre 200 et 250 millions d’euros pour ABN AMRO, selon leurs estimations. « La décision drastique d’exproprier certains porteurs de leurs droits va avoir dans l’immédiat un effet négatif pour les banques néerlandaises », estime Albert Ploegh, analyste d’ING.

En outre, les résultats du quatrième trimestre de l’exercice écoulé des principales banques attendus dans les semaines à venir, devraient confirmer les difficiles conditions opérationnelles qui perdurent.

Mauvaise nouvelle

Depuis l’éclatement de la crise des déficits, l’Etat néerlandais a déjà déboursé près de 40 milliards d’euros pour sauver son secteur bancaire, allant d’aides en capitaux frais à ING, Aegon et SNS Reaal, du rachat de Fortis Nederland et jusqu’à la nationalisation du ténor ABN AMRO.

Au-delà, cette troisième nationalisation en moins de quatre ans aux Pays-Bas est une mauvaise nouvelle pour les finances publiques du royaume. Selon les prévisions, les 3,7 milliards d’euros de capitaux frais apportés à SNS Reaal vont creuser le déficit budgétaire, jusqu’ici prévu à 3,3 % du produit intérieur brut (PIB) cette année.

Une situation qui a des allures de baptême du feu pour Jeroen Dijsselbloem qui, de son fauteuil de président de l’Eurogroupe, doit prêcher la bonne parole face à ses collègues de la zone euro ».

Didier Burg, Les Echos.fr, le 4 février 2013

Lire aussi : Les banques européennes nettoient leurs comptes

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Les Pays-Bas contraints de nationaliser dans l’urgence la banque SNS Reaal pour 10 milliards d’euros

  1. patrick dit :

    en voilà un qui aurait du aller faire un stage en Islande

  2. Ping : Les Pays-Bas contraints de nationaliser dans l'urgence la banque SNS Reaal pour 10 milliards d'euros | Econopoli | Scoop.it

  3. zorba44 dit :

    @patrick…
    eh oui on ne fait que créer de la nouvelle dette au royaume des bataves pour en éponger une autre. Les perspectives sont clairement mauvaises

    Jean LENOIR

  4. soyouZ dit :

    Même les buveurs de bière ont des bilans pourris et des banques faillies ? Je croyais en écoutant Charles Gave qu’il n’y avait que les buveurs de vin… les pays du Sud ?

  5. Geraldine dit :

    La reine Beatrix abdique. Tout se délite aux Pays-bas…

    http://fr.rian.ru/world/20130128/197360985.html

Répondre à zorba44 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s