La réflexion du jour : Et maintenant on fait quoi ? (B. Bertez)

banksters-politiciens-peuple« – On arrête de voler et de mentir.

– On arrête de faire prendre les vessies pour des lanternes.

– On reconnaît que la crise est une crise non pas du capitalisme mais de la finance provoquée par le couple maudit banques/gouvernements, c’est à dire préteurs /emprunteurs.

– On force les banques à prendre leurs pertes par la dépréciation, restructuration des dettes.

– On cesse la solidarité à l’égard des pestiférés du sud.

– On laisse l’Allemagne sortir de l’euro avec ses amis du nord.

– On réforme la protection sociale, le rôle de l’Etat.

– On s’interdit de financer toute dépense de redistribution par autre chose que l’impôt.

– On réforme la fiscalité afin qu’elle redevienne incitatrice à l’effort.

– On annonce un seul objectif, le retour à la prospérité.

Le reste suivra…… »

Bruno Bertez, Le blog à Lupus, le 22 février 2013

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 57 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Finances publiques, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour La réflexion du jour : Et maintenant on fait quoi ? (B. Bertez)

  1. Garfy dit :

    les pestiférés du sud …………… Merci analyser

  2. Vincent dit :

    « – On … – On … – On … – On … (…) Le reste suivra…… »
    Vu le programme que vous proposez cher Monsieur Demeulenaere, le « reste » qui suivra comme vous dites, avez-vous conscience que cela correspond à une guerre civile … Car dénoncer les gabegies gouvernementales et « robberies » bancaires est une chose sur laquelle tout le monde tombe d’accord, mais il ne faut pas perdre de vue que tout le monde en profite et que l’ensemble de la société européenne n’est prête ni psychologiquement ni civilement à se passer des subsides des états. Le système déplaît à tout le monde, mais tout le monde en profite. Et revenir à une économie plus « réelle » (pour faire court) relève du fantasme absolu. Ouvrez les yeux. Pour parler concret, rien que dans ma famille qui vote à gôche : anciens prof, chercheur cnrs, employé de la dcn, cadre chambre de commerce, cadre assurances, … Tout le monde parti à la retraite entre 35 ans (maman, 3 enfants) et 54 ans (papa), 58 pour la plus courageuse (assurance, partie avec un pactole qu’elle s’est empressée de défiscaliser dans de l’immo dans les dom tom), … Reste que moi dans la famille et ma soeur pour aller taffer (cadre même pas sup’ non bancaire, ingénierie informatique) et payer les cotises… Bonne chance hein ! Alors les gens intelligents qui disent yaka fokon, ça me fait rire aux larmes. Ce qui ne retire rien à votre honnêteté intellectuelle, pas de malentendu là dessus. Mais ouvrez les yeux : les Cassandres ont tort d’essayer de convaincre tout le monde de remonter le courant à la nage. La réalité est bien réelle, elle (contrairement à vos discours et ceux des bertez et autres économistes de bonne conscience mais planqués). La réalité, c’est plus grand chose à construire dans les économies anciennement riches, des populations encroûtées psychologiquement et vieillissantes. Allez bonne journée.

    • @Vincent

      1) Ce n’est pas le « programme » que je propose, c’est celui de Bruno Berthez, dont je partage assez largement les vues pour le publier sur mon blog.

      2) En quoi sommes-nous des « planqués » ? J’aimerais beaucoup que vous argumentiez sur ce point, du haut de votre anonymat bien douillet.

      3) Si le statu quo vous sied, si la situation actuelle ne vous paraît finalement pas si mauvaise, alors continuez à perdre votre temps et votre énergie à faire la chasse aux « yaka fokon ». C’est certainement du plus haut intérêt, mais d’autres ont mieux à faire.

      Le « yaka fokon » est la vieille critique bien connue de ceux qui préfèrent ne rien proposer du tout. Riez aux larmes si vous voulez, mais personne ne vous oblige à venir sur ce blog. Vous y êtes venu parce que vous y trouviez de l’info et des analyses, pas vrai ? Parce que malgré vos grands airs, vous avez certainement – comme n’importe qui – un certain nombre de lacunes. C’est précisément le but : apporter de l’information aux lecteurs, leur « ouvrir les yeux » comme vous dites et leur proposer des solutions, ou en tout cas des pistes de réflexion et d’action. Il vous a sans doute échappé qu’un grand nombre d’articles ont pour objet d’analyser les origines et les causes de la situation actuelle. Les connaître et les comprendre peut aider, vous en conviendrez, à se sortir un peu moins mal de l’ornière.

      4) Contrairement à ce que vous croyez, « dénoncer les gabegies gouvernementales et « robberies » bancaires » n’est pas « une chose sur laquelle tout le monde tombe d’accord ». De nombreux Français croient encore que nos gouvernants savent ce qu’ils font, travaillent pour le bien du pays et de ses habitants et sont entourés « d’experts » très compétents. Pour les autres, moins naïfs, ils sont souvent très loin de s’imaginer l’étendue de la catastrophe, l’ampleur des fraudes et des sommes englouties.

      5) « Tout le monde profite du système » : Ne vous inquiétez pas, ils ne vont plus en profiter très longtemps. Quand la France sera dans l’état de la Grèce ou de l’Espagne, ils ne riront plus, ni vous non plus. Et ce jour n’est plus très loin.

  3. On s’autorise à chercher notre financement principalement sur le marché français et non pas exclusivement dans des fonds internationaux.
    On élargit la base des cotisations sociales.

  4. Ping : PART 02 | FEV 2013 | LES BANKSTERS DE LA FINANCE | Pearltrees

  5. maredsous dit :

    la révolution en fait !
    d’abord faire comme en islande : arrêter d’aider les banques et laisser faire la main invisible du marché, arrêter et condamner nos politiciens nationaux et européens… et ensuite changer de paradigme : fini la croissance éternelle et infinie, comprendre que le monde où nous vivons est fini, fini l’accumulation inutile de biens matériels inutiles,…
    mais je rêve…

  6. zorba44 dit :

    Cher Olivier,

    Je vous ai rarement vu ainsi en « pétard ». Si les « jeunes » sont aussi conservateurs comme ce « Vincent » alors c’est qu’ils sont déjà assez vieux pour demander la retraite à 35 ans !
    Continuez à enfoncer les clous dans le cercueil de la société actuelle irresponsable dans ses intentions, ses mesures et ses actes.

    Amitiés

    Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s