Jean-Luc Mélenchon sur le projet de bloc transatlantique : « Je ne veux pas devenir Américain ! »

(BFM TV, 28 février 2013)

Le verdict est sans appel : « Je préfère voir la fin de l’Europe que de voir le grand marché transatlantique ». Là, pour une fois, je le suis complètement, il montre qu’il sait d’où vient l’Europe et à quoi elle sert. Il dénonce d’ailleurs la comédie qui voudrait nous faire croire qu’il s’agit d’un projet récent alors qu’il est sur les rails depuis des années et des années… Comme le dit très bien Discotonio (Aux infos du nain) : « Si ce changement de doctrine se confirme, la propagande va devenir beaucoup moins conciliante avec le père Mélenchon, qui servait jusqu’ici de rabatteur, de machine à faire pédaler à vide les énervés, et d’idiot utile immigrationniste de l’agenda du Babel ou la mort… »

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 52 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Jean-Luc Mélenchon sur le projet de bloc transatlantique : « Je ne veux pas devenir Américain ! »

  1. prb dit :

    Le problème avec Mélenchon ce n’est pas la doctrine ou le changement de doctrine, c’est l’écart permanent entre le discours et les actes. Il est par gonflé par exemple de dénoncer maintenant le pouvoir qu’ « on » (qui est « on »?) a donné aux agences de notation en Europe. Ce pouvoir résulte de l’internationalisation des marchés de capitaux qui elle même résulte en grande partie de Maastricht (libre circulation des capitaux) , lequel traité a été approuvé par Mélenchon qui a appelé à voter oui au referendum. Comme dit Zemmour citant Bossuet, la Providence se rit de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. Mélenchon ne mène que des batailles de polochon.

    • Votre critique est très juste, comme il est dit plus haut Mélenchon a toujours été un « rabatteur » pour la gauche socialiste. Un faux révolutionnaire et un faux opposant au système. A propos de son vote favorable à Maastricht, il a expliqué plus tard qu’il s’était trompé. Mais ça ne l’a pas empêché de continuer à soutenir les gouvernements de gauche qui trahissaient la gauche, en se bornant à réclamer « une autre Europe ». Aujourd’hui il va un peu plus loin en se disant prêt à renoncer à son rêve européen plutôt que de voir l’Europe devenir américaine. Est-il sincère ? Pas sûr. Mais au moins, cet éclat a le mérite de poser crûment la question de la mainmise des Etats-Unis sur l’Europe.

  2. Olivier dit :

    Machine à faire pédaler à vide les énervés…… Elle me plais cette image !

  3. 2fis dit :

    …@prb … « La Providence se rit de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. » –Bossuet … magnifique … cette citation formule si brillamment les hypocrisies des girouettes du monde politique … merci de l’avoir évoquée …

  4. Ste-Reine dit :

    Après ce qui s’est passé en Italie aux élections les zélites bankstérisées ont peur que toute l’Europe soit contaminée… en France elles envoient Merluche faire des moulinets pour canaliser les mécontents.
    On ne le voyait plus… le revoilà !

  5. Merdenchion sert à rien et ça se voit enfin... dit :

    Merdenchion a été soutenu pour couper les reflèxes protestaires se reportant sur le FN lors de l’élection présidentielle.
    Avec leur socle traditionnel + la pluie de mécontents qui s’aperçoivent que UMP et PS c’est du pareil au même (seule change la couleur des drapeaux, mais accord sur 98% des choses)
    on avait la possibilité d’un FN au deuxième tour.
    Merdenchion a fait le job en aspirant à lui les mécontents, Il peut aller voir ailleurs;

    Désormais.Hollandréou va pouvoir faire de l’austérité. Il a la majorité à lui tout seul.
    Et puisqu’on est dans l’hypocrisie, Hollandréou va rassurer la city en pleine campagne (vous n’avez rien à craindre) a essayé de récupérer Hessel cette semaine.

    Hessel, c’est indignez-vous, occupez la bourse pour lutter contre la finance folle.

  6. tancrède dit :

    Mélenchon est un bouffon. Maçon à double visage. Surtout ne pas parler des copains et des coquins qui se partagent la France…. ne pas aller trop loin.
    Cet homme n’est pas libre.

  7. THEOPT NEWZE dit :

    Horrible franc-maçonnerie. Horribles projets. Dégénérescence de l’entendement et de la société. Il y a nous, il y eux – à rouler dans la farine, à laminer, à soumettre…
    Merde : internet existe. Va falloir traiter ça, n’est-ce-pas Esther ?

  8. Matt dit :

    Pur frimeur ce Merlu, de la daube. un apparatchik du socialisme, un sénateur qui se donne des airs de matador et de dresseur de barricades… et là son mot d’ordre révolutionnaire c’est « allez distribuer des tracts dans le métro » …Whouarff !
    Quelqu’un sait si ce rigolo adéjà participé aux diners du Siècle ? Là le mensonge serait ENORME….

  9. zorba44 dit :

    Vous vous rappelez Talleyrand ?… « une petite merde dans un bas de soie ».

    Jean LENOIR

  10. brunoarf dit :

    Samedi 2 mars 2013 :

    Beppe Grillo veut renégocier la dette italienne.

    Beppe Grillo, leader du mouvement Cinq Etoiles (M5S), qui a réuni 25,5% des suffrages lors des législatives en Italie, veut renégocier la dette de son pays, a-t-il indiqué à « Focus ».

    « Si la situation financière de l’Italie ne change pas, elle quittera l’euro », estime l’ancien comique.

    « Nous sommes écrasés, non pas par l’euro mais par notre endettement. Quand les intérêts atteignent 100 milliards d’euros par an, on est mort. Il n’y a pas d’alternative » à une renégociation de la dette, a déclaré M. Grillo dans l’hebdomadaire allemand Focus.

    Il a comparé les obligations d’états avec des actions d’entreprises : « quand j’achète une action d’une société, et qu’elle fait faillite, ce n’est pas de chance. J’ai pris un risque et j’ai perdu », a-t-il ajouté.

    Il affirme également que la situation est si précaire en Italie que « dans six mois, on ne pourra plus payer les retraites et les salaires du service public ».

    En Allemagne, des voix se sont déjà fait entendre dans la frange euro-sceptique de la coalition gouvernementale de la chancelière Angela Merkel, pour réclamer une sortie de l’Italie de la zone euro si un gouvernement prêt à continuer les réformes structurelles n’est pas mis en place.

    Rappel :

    La dette italienne franchit les 2.000 milliards d’euros.

    La dette de l’Italie a franchi en octobre pour la première fois le cap symbolique des 2.000 milliards d’euros, selon un document publié vendredi par la banque centrale italienne.

    La dette de l’Italie s’est établie à 2.014,693 milliards d’euros en octobre 2012, contre 1.995,143 milliards en septembre 2012, selon un supplément au bulletin mensuel statistique de la Banca d’Italia.

    http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-dette-italienne-franchit-les-2-000-milliards-d-euros_365178.html

    • Merci. C’est capital : ça veut dire que Beppe Grillo veut restructurer la dette, autrement dit il prône un défaut de paiement… Or, par les montants en jeu, l’Italie ce n’est pas la Grèce !

      • marre des dettes immondes dit :

        Oui mais tant pis pour les prêteurs.
        Ils touchent intéret car prennent un risque… ben des fois ça arrive que l’emprunteur ne rembourse pas. C’est le jeu ma pauvre Lucette comme dirait l’autre…

        D’ailleurs ça commence à trainer en longueur cette crise. Que les pays fassent défaut massif, et les banques aussi

        Y’en a assez de rembourser les prets qu’à fait goldman sachs à 30% d’intéret (pour cause de dégradation) à 3 mois au titre d’une soit disant solidarité europuante.
        Que les prêteurs prennent leurs pertes.
        Les compteurs seront remis à zéro et qu’on reparte pour un nouveau tour.
        Les populations sont excédées des dettes immondes.

  11. zorba44 dit :

    Et la Angela qui y croit encore !… Jusqu’auboutiste !

    Jean LENOIR

  12. Ping : Jean-Luc Mélenchon sur le projet de bloc transatlantique : "Je ne veux pas devenir Américain !" | Econopoli | Scoop.it

  13. Ping : Accord Transatlantique et autres | Pearltrees

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s