Le danger, c’est le krach obligataire

(BFM Business, 4 mars 2013)

Le krach obligataire, c’est ce que les esprits lucides attendent avec angoisse depuis longtemps… Les conséquences en seront d’une ampleur incalculable.

Jean-Louis Mullenbach : « Le jour où vous aurez une remontée des taux d’intérêt, qu’est-ce qui va se passer dans tous les pays, et pas uniquement aux Etats-Unis ? Vous aurez des pertes pour les banques centrales et il va falloir que les Etats refinancent leurs banques centrales ».

– « On n’a jamais eu des banques centrales qui aient autant d’emprunts obligataires à leur bilan, on n’a jamais eu des taux d’intérêt aussi bas aussi longtemps, on n’a jamais eu des croissances aussi faibles malgré des taux d’intérêt bas pendant une longue durée, donc la vérité c’est qu’on ne sait pas où on va »…

Henri Pigeat : « Les expédients qui nous ont permis d’échapper à la réalité sont de plus en plus rares, de plus en plus complexes et avec des effets de plus en plus limités, éphémères, et, souvent, des conséquences collatérales négatives ».

Cette fuite en avant monétaire ne durera pas éternellement. Qu’on le veuille ou non, on aura un grand « reset » du système monétaire international.

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 53 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Le danger, c’est le krach obligataire

  1. Reblogged this on silbershark110neverdie und kommentierte:
    Ajoutez votre grain de sel personnel… (facultatif)

  2. Ping : PART 01 | MARS 2013 | LES BANKSTERS DE LA FINANCE | Pearltrees

  3. Ping : Le danger, c'est le krach obligataire | Econopoli | Scoop.it

  4. THEOPT NEWZE dit :

    Zigouiller le krach obligataire. Revenir à la planche à billets. Rien que réjouissantes perspectives

  5. nick tesla dit :

    Je pense avoir un peu compris ce qui se passe, je sais aussi que la monnaie scripturale n’est que dette mais en terme de conséquence, je n’arrive toujours pas à cerner si cela nous mènera à l’inflation ou à la déflation. Est ce que la masse de dérivé et d’argent en suspension (celui qui n’alimente pas l’eco réelle) va retomber dans l’éco réelle ou se déplacer sur les mat première ? ou alors va t-il etre détruit via la trappe à dette ?

    • Inflation ET déflation : on a actuellement un mélange des deux comme je l’ai déjà expliqué dans ce blog. Certains actifs sont dopés par la planche à billets des banques centrales (qui alimente la spéculation), d’autres baissent en raison du deleveraging qui fait suite au surendettement généralisé.

      Voir à ce sujet l’article de Charles Sannat que je viens de mettre en ligne. Il a créé un nouveau mot – « indéflation » – pour rendre compte de cette situation totalement inédite.

      A terme, le scénario que je privilégie est celui d’une dépression hyperinflationniste.

  6. brunoarf dit :

    En 2008, la crise bancaire avait explosé les banques privées irlandaises. L’Etat irlandais avait alors choisi de payer des dizaines de milliards d’euros pour sauver de la faillite les banques privées irlandaises.

    Conséquence : l’Etat irlandais s’était retrouvé en faillite. L’Etat irlandais avait appelé à l’aide. Fin 2010, le FMI, l’Union Européenne et la BCE avaient prêté en urgence 85 milliards d’euros sur trois ans à l’Etat irlandais.

    Problème : aujourd’hui, trois ans après, l’Etat irlandais est incapable de rembourser ces 85 milliards d’euros.

    Mais attention ! Quand c’est un pays anglo-saxon qui est en défaut de paiement, il ne faut pas le dire !

    Il ne faut pas dire : « L’Irlande est en défaut de paiement ».

    A la place, il faut dire :

    « Il ne s’agit pas seulement de l’allongement de la maturité des prêts, on peut vraiment penser à d’autres mécanismes possibles, mais cela inclura certainement l’extension de la maturité »

    L’Irlande a déjà annoncé à la BCE qu’elle remboursera la BCE en 2053 si tout va bien.

    Et aujourd’hui, l’Irlande vient d’annoncer au FMI qu’elle remboursera le FMI … un jour.

    Vendredi 8 mars 2013 :

    Irlande : le FMI « ouvert » à un ajustement du programme d’aide (Christine Lagarde).

    Le FMI est « ouvert » à un ajustement des termes du programme d’assistance financière à l’Irlande afin d’aider le pays à en sortir et à faire son retour définitif sur les marchés, a indiqué vendredi à Dublin sa directrice générale, Christine Lagarde.

    « Nous avons l’esprit ouvert sur de nombreuses questions, de nombreux termes et conditions de la stratégie de sortie (du plan d’aide) jusqu’à un ajustement des prêts », a déclaré devant la presse la patronne du Fonds Monétaire International, lors de sa première visite dans l’un des trois pays de la zone euro placés sous assistance financière internationale, avec la Grèce et le Portugal.

    « Il ne s’agit pas seulement de l’allongement de la maturité (des prêts), on peut vraiment penser à d’autres mécanismes possibles, mais cela inclura certainement l’extension » de la maturité, a-t-elle ajouté.

    Les ministres des Finances européens se sont mis d’accord de leur côté mardi 5 mars sur le principe de rallonger les prêts accordés à l’Irlande et au Portugal et devraient annoncer une décision définitive lors de leur prochaine réunion en avril.

    Plombée par ses banques, l’Irlande avait appelé le FMI et ses partenaires européens à l’aide fin 2010 et obtenu un plan de sauvetage global de 85 milliards d’euros au prix d’une cure d’austérité drastique.

    Le pays, qui a retrouvé une croissance fragile et a entamé son retour sur les marchés l’été dernier, veut sortir à la fin de l’année de ce plan d’aide.

    http://www.romandie.com/news/n/Irlande_le_FMI_ouvert_a_un_ajustement_du_programme_d_aide_Lagarde75080320131230.asp?

  7. hagen dit :

    Ouais ceux qui avaient misé sur un krach obligataire nippon, il y a 20 ans, se sont cassés les dents et ont perdu beaucoup d’argent. Alors pour les krach on repassera.

    • 1.La dette japonaise, il y a 20 ans, était un cas relativement isolé. Aujourd’hui, c’est tout le monde développé qui est surendetté.

      2. Son montant était loin de ce qu’il est aujourd’hui.

      3. Les détenteurs d’obligations japonaises étaient – et sont encore – pour l’essentiel les résidents japonais eux-mêmes.

  8. zorba44 dit :

    Olivier,

    En lisant le post de Brunoarf, très informatif comme à son habitude (merci à vous Brunoarf), on se rend compte du verbiage d’une immature Christine quand elle se goberge de se dégoiser à l’infini de maturité afin de masquer la vacuité dolosive de ce qu’elle propose.

    Jean LENOIR

  9. njaisson dit :

    Certes les marchés investissent des milliards dans le financement d’Etat en faillite, Mais d’où viennent ces milliards investis par les banques d’investissement? Ils viennent du refinancement des titres de dette achetés aux Trésoreries émettrices (des OAT par exemple) par les banques centrales, la BCE par exemple, qui les acceptent comme collatéral titres contre de la monnaie banque centrale prêtées aux banques d’investissement (les fameuses LTRO), de manière à assurer la continuité des Etats défaillants. Donc la BCE, comme la FED, agissent constamment comme des PRETEURS DE DERNIER RESSORT qui perpétuent la dette publique en créant la monnaie qui va servir aux banques à acheter les obligations d’Etat. Ce manège en circuit fermé peut continuer longtemps. Le seul hic est qu’en perpétuant la dette publique, la BCE empêche l’assainissement des finances publiques et plus grave encore elles conservent en l’état un système de financement de l’économie par le crédit bancaire qui est récessif en lui-même. En effet, lorsque les banques doivent se désendetter, elles ont tendance à réduire leur création de crédits et à le rendre plus onéreux en fonction de l’augmentation du risque crédit. Cette situation qui privilégie l’usurier au détriment de l’entrepreneur par la fourniture gratuite de monnaie primaire est parfaitement insensée, dans la mesure où elle bloque la création de vraie valeur économique par les entreprises au profit du maintien de ratios comptables de désendettement purement arbitraires puisque basés sur des actifs fictifs eux-mêmes financés par de la monnaie fictive. L’enjeu est de savoir comment virer cette technocratie mortifère qui pompe la substance économique comme des sangsues en faisant croire que l’austérité serait nécessaire au rétablissement de l’économie. C’est entièrement faux: l’austérité sert d’abord à préserver le système de financement de l’Etat et donc à perpétuer un système socialiste vivant de ressources monétaires fictives. En URSS le Gosplan demandait à sa banque centrale de créer de la monnaie en fonction des besoins estimés des entreprises contrôlées par l’Etat. Dans l’UE, c’est pareil; La BCE crée de la monnaie en fonction des besoins de financement des Etats, en nous faisant croire que ceux-ci font des efforts pour se désendetter, ce qu’ils ne font naturellement jamais. Pour couvrir cette fraude monumentale consistant à hypothéquer la richesse produite par l’économie privée comme gage de la perpétuation du financement de la dette publique, les banques font croire qu’elles ont indispensables au financement de l’économie. Mis n’importe qui pourrait remplir le même rôle, pourvu qu’il soit libre de créer des ressources de financement pour l’émission de crédits. Il n’est pas nécessaire de s’appeler une banque pour cela. Des associations privées, type coopératives, pourraient aussi bien remplir cette fonction sur la base des ressources collectées entre leurs membres qui financeraient leurs projets à eux, au lieu d’être déposés dans les coffres des banques qui s’en servent pour financer leurs actifs, c’est-à-dire permettre à des escrocs réputés « sauveurs de la Nation » de continuer leur pillage sous prétexte d’être les garants de la Vertu contre les méchants capitalistes.

  10. Ping : Le danger, c'est le krach obligataire | Autres ...

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s