Olivier Delamarche : « On nous balade en permanence »

(BFM Business, 12 mars 2013)

– « Salles de shoot de M. Bernanke… Aujourd’hui ce ne sont plus les ménages qui font la croissance, c’est uniquement l’Etat qui est là pour apporter le tout petit peu de croissance qu’il y a. N’espérez pas revoir des croissances à 3% ou 4%… »

– « En Chine, on voit des chiffres de +21 % d’exportations, mais où sont les bateaux ? »

– « On vous dit : les gaz de schiste, on a l’impression que les Etats-Unis sont indépendants énergétiquement. C’est faux, archifaux. Aujourd’hui les gaz de schiste ne fournissent pas de croissance aux Etats-Unis ».

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Olivier Delamarche : « On nous balade en permanence »

  1. brunoarf dit :

    Mardi 12 mars 2013 : mort officielle de la démocratie en Europe.

    Mardi 12 mars 2013 : naissance officielle de l’oligarchie en Europe.

    Strasbourg entérine le contrôle communautaire des budgets nationaux.

    Le Parlement européen a approuvé mardi 12 mars deux nouveaux règlements sur la gouvernance économique de la zone euro, dont l’un accorde un pouvoir de contrôle accru à la Commission européenne sur l’élaboration des budgets nationaux.

    Les gouvernements devront transmettre leur projet de budget 2014 avant le 15 octobre à la Commission européenne, qui veillera à ce qu’il respecte les critères de l’UE, notamment en termes d’endettement et de déficit.

    La Commission européenne pourra formuler des recommandations qui ne seront pas contraignantes, mais les gouvernements qui n’en tiendront pas compte s’exposeront à des sanctions.

    Les membres non-élus de l’oligarchie, qui ont le pouvoir, qui ont le vrai pouvoir, sont les suivants :
    José Manuel Durão Barroso
    Catherine Ashton
    Viviane Reding
    Joaquín Almunia
    Siim Kallas
    Neelie Kroes
    Antonio Tajani
    Maroš Šefčovič
    Janez Potočnik
    Olli Rehn
    Andris Piebalgs
    Michel Barnier
    Androulla Vassiliou
    Algirdas Šemeta
    Karel De Gucht
    Tonio Borg
    Máire Geoghegan-Quinn
    Janusz Lewandowski
    María Damanáki
    Kristalina Georgieva
    Günther Oettinger
    Johannes Hahn
    Connie Hedegaard
    Štefan Füle
    László Andor
    Cecilia Malmström
    Dacian Cioloş

  2. jack dit :

    Si je comprends bien nous vivons grâce au capitalisme d’Etat à la manière des anciens régimes communistes, ça c’est du libéralisme triomphant !

  3. 2fis dit :

    @brunoarf … le Parlement Européen aurait bien tort de se priver de l’exercice de son pouvoir … puisqu’il ne rencontre … aucune sérieuse indignation … ni protestation … ni opposition … ni débat … ni résistance … ni révolte … le pouvoir du Parlement Européen est assuré par les oligarques … qui font pression sur les pays grâce à des dettes artificielles … les atermoiements sans actions ne sont qu’encouragements au Parlement Européen de persévérer dans la consolidation de son pouvoir absolu … une opposition sérieuse devrait commencer par l’analyse des dettes publiques en les triant en 4 catégories … légitimes, injustes, odieuses et illégales … ensuite décider de rembourser les dettes légitimes …et en appliquant le droit international rembourser les autres en tout, partie ou rien du tout … cette opposition légale ne peut venir que de l’extérieur de l’appareil politico-financier existant … des tribunaux internationaux décideront plus tard du bien-fondé des décisions … entretemps les pays pourraient reconstruire leur économie comme l’Islande au lieu de sombrer dans la misère comme la Grèce …

  4. THEOPT NEWZE dit :

    @2fis

    Dettes légitimes ? quels critères pour établir une liste… Ceux du programme de « l’élection » (programme de Babybel, par exemple, on pourrait aussi l’appeler « vache qui rit » d’ailleurs – selon les photos) …Celles votées par le Parlement…
    Dettes injustes ? A proposer celles qui engagent l’avenir des générations suivantes
    Dettes odieuses ? celles qui utilisent notre argent et qu’on nous demande de rembourser ensuite
    Dettes illégales ? celles contractées au mépris des règles des institutions qui les consentent ou les souscrivent et qui regroupent souvent les deux catégories précédentes.

    Autodafé des 3 dernières catégories : pas un cent !

  5. 2fis dit :

    @THEOPT NEWZE … sans être juriste je présume que les lois internationales définissent les critères selon lesquels un état peut légalement refuser le remboursement partiel ou total de ses dettes … les critères sont forcément différents de ceux appliqués aux entités privées … une nation a l’obligation de protéger sa population avant toute autre priorité … je pense qu’il y a suffisamment d’arguments légaux pour différer ou annuler tout ou partie des dettes publiques … le faire légalement donnera la bonne conscience nécessaire à l’obtention d’un soutien populaire majoritaire … en prenant sa destinée dans ses propres mains légalement … la population peut réagir de façon démocratique sans renverser la table par une révolution …

  6. oops dit :

    Pour sortir du « on » anonyme, la Commerzbank fournit l’exemple remarquable d’une banque sauvée par la mise en place d’une structure de recapitalisation publique qui sort de la crise en remboursant les aides publiques avec les fonds levés sur les marchés par voie d’émission d’action et qui simultanément licencie 6,000 personnes au nom de la reconfiguration de ses métiers, i.e; la réallocation de ses ressources financières en fonction des nouvelles activités porteuses sur les marchés. Naturellement la valeur du titre augmente du fait de la revalorisation de son capital alors que la valeur sociale de l’entreprise s’effondre, bien que ce soit l’argent public qui ait servi à maintenir la banque à flot sur les marchés.L’aliénation sociale rejoint l’aliénation financière lorsque le budget de l’Etat sert à détruire de la valeur économique réduite à l’état de collatéral anonyme pour la fructification du capital privé déguisé en capital public.
    http://www.zeit.de/wirtschaft/2013-01/commerzbank-arbeitsplaetze-abbau

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s