Nigel Farage : « Nous allons vers un désastre »

(Parlement européen de Strasbourg, 13 mars 2013)

« Vous ne mesurez pas les conséquences de ce que vous avez fait. M. Verhofstadt a parlé d’une génération perdue en Espagne, M. Daul a parlé de jeunes en Grèce qui luttent pour nourrir leur famille, tout ceci est vrai mais c’est à cause de l’euro et vous ne voulez pas le reconnaître, la zone euro est un désastre économique total. L’autre chose que vous ne reconnaîtrez jamais, c’est que l’économie française est en train de diverger chaque mois par rapport à l’Allemagne. Donc, au coeur même du projet européen et de la zone euro, un désastre est à venir ».

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Nigel Farage : « Nous allons vers un désastre »

  1. Ping : Nigel Farage : "Nous allons vers un désastre" | Econopoli | Scoop.it

  2. Alain dit :

    Le comble : la France doit payer entre 8 et 9 milliards d’euros d’AMENDE à Bruxelles !

    http://www.boursier.com/actualites/economie/paris-doit-entre-8-et-9-milliards-d-euros-a-bruxelles-18955.html

    • njaisson dit :

      Quelle importance? D’abord il existe une foultitude de moyens juridiques (le droit public révèle ici tout son intérêt), pou retarder et arranger le paiement des amendes. Et puis quelle forme prend ce paiement? Naturellement il ne s’agit aucunement de ressources fiscales mais de rétrocommissions sur les subventions européennes, la France étant contributrice net au budget européen, au contraire de l’Espagne qui elle doit tirer de ses ressources fiscales (en fait il s’agit de ressources obligataires en dollars levées sur le marché américain dans le segment des high yield securities) de quoi solder les aides européennes reçues lors des années fastes alors que l’UE finançait le fantastique développement de ses infrastructures et de son parc immobilier.

  3. THEOPT NEWZE dit :

    27000 roumains arrêtés en 2012 sur 68000 en UK. A ajouter aux chiffres de Nigel Farage la quasi totalité des membres du parlement européen.
    Enough is enough ! A quand la rue pour l’incendier…

  4. njaisson dit :

    La Banque Centrale Européenne recherche 800 superviseurs et contrôleurs. Elle devient en effet à partir de l’année prochaine l’organe de contrôle Européen de toutes les grandes banques de la zone euro. N’hésitez pas à envoyer vos CV. Vous pourrez taper sur les banquiers. C’est un bonheur ça, non ?

  5. brunoarf dit :

    Vendredi 15 mars 2013 :

    Espagne : nouveau record de la dette publique à 84,1% du PIB à la fin 2012.

    La dette publique de l’Espagne a fortement progressé au cours du dernier trimestre 2012, pour atteindre un nouveau record historique, à 84,1% du PIB, en raison d’une hausse tant au niveau de l’administration centrale qu’au niveau des 17 régions autonomes, a annoncé vendredi la Banque d’Espagne.

    Dette publique de l’Espagne :
    2007 : dette publique de 36,3 % du PIB.
    2008 : dette publique de 40,2 % du PIB.
    2009 : dette publique de 53,9 % du PIB.
    2010 : dette publique de 61,5 % du PIB.
    2011 : dette publique de 69,3 % du PIB.
    2012 : dette publique de 84,1 % du PIB.

    http://www.google.com/publicdata/explore?ds=ds22a34krhq5p_#!ctype=l&strail=false&bcs=d&nselm=h&met_y=gd_pc_gdp&scale_y=lin&ind_y=false&rdim=country_group&idim=country:es&idim=country_group:non-eu&ifdim=country_group&hl=fr&dl=fr&ind=false

  6. brunoarf dit :

    Vendredi 15 mars 2013 :

    Pour sauver de la faillite les Etats européens surendettés, les neuneus ont créé le Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF). Mais ce Fonds est alimenté par des dizaines de milliards d’euros que doivent payer … les Etats européens surendettés !

    Par exemple, en janvier 2013, la contribution de l’Italie au FESF a atteint 43 milliards d’euros. Du coup, la dette publique de l’Italie a battu son record historique : 2022,7 milliards d’euros !

    Le Fonds de Stabilité ne stabilise rien du tout : au contraire, il aggrave la catastrophe !

    Lisez cet article hilarant :

    Italie : la dette publique atteint un nouveau record historique : 2022,7 milliards d’euros.

    La dette publique italienne dépasse le seuil des 2000 milliards d’euros, marquant un nouveau record historique en Janvier à 2022,7 milliards d’euros, soit une augmentation de 34 milliards d’euros par rapport à décembre, augmentation en grande partie due à la contribution de l’Italie au Fonds Européen de Stabilité Financière.

    LA DETTE – En Janvier 2013, le soutien de l’Italie aux pays de la zone euro en difficulté (ce qui correspond à la part de l’Italie dans les prêts du FESF) s’est élevé à 0,4 milliard d’euros : la contribution totale de l’Italie au FESF créé pour lutter contre la crise de la dette en Europe a atteint 43 milliards d’euros. La dette du «gouvernement central», explique le rapport, a donc augmenté de 34,5 milliards d’euros par rapport à décembre, la dette des «administrations locales» a diminué de 0,5 milliards d’euros.

    En Espagne, la dette a atteint le niveau record de 84% du PIB à la fin de 2012, soit une augmentation de 14,8% par rapport à 2011.

    http://www.corriere.it/economia/13_marzo_15/debito-record-Fitch-taglia-stime-Pil_6141a096-8d5a-11e2-b59a-581964267a93.shtml

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s