Euro : Christine Lagarde, une voyante sans boule de cristal

fmi-christine-lagarde-euroS’exprimant dimanche 7 avril à l’occasion d’un forum économique en Chine, Christine Lagarde, directrice générale du FMI, a estimé que l’euro avait un avenir solide. « L’euro a un avenir, et un avenir à long terme ».

Cependant, interrogée sur l’éventualité d’autres crises dans l’Union européenne, Mme Lagarde a répondu : « Je n’ai pas de boule de cristal ».

« Mon plus cher espoir est qu’il n’y ait pas d’autre pays européen en difficulté qui aurait besoin d’une aide à la fois des partenaires européens et du FMI », a-t-elle dit.

Chypre était bien entendu un cas à part : « C’était un cas très spécifique sous de nombreux aspects ».

Mme Lagarde a formulé l’espoir que les dirigeants de l’UE tireront la leçon des crises financières des deux dernières années et « décideront d’accélérer la consolidation de leur zone monétaire ».

Alors Christine, dis-le nous franchement : Tu le vois comment l’avenir de l’euro ?

(d’après AFP)

Publicités

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 54 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour Euro : Christine Lagarde, une voyante sans boule de cristal

  1. THEOPT NEWZE dit :

    Connasse

  2. Vince dit :

    Madame Lagarde, ministre des finances, avait déclarée en 2008: la croissance repartira en 2010
    c’est effectivement une mauvaise voyante…

  3. THEOPT NEWZE dit :

    @Garfy

    Déjà vu ne pas se tromper, ne pas nous tromper ? Si ma tante en avait deux…

  4. Maya Touviere dit :

    Dans la première édition de mon livre, j’avais employé qu’une “ boule de cristal” devrait être employée pour prédire l’économie puisque les économistes du FMI en sont incapables. Ci-joint, un extrait de mon premier ouvrage: « Peut-être que les économistes de mon entreprise devraient apprendre à interpréter le divin œil de Dieu, la boule de cristal, pour prédire le futur au lieu de se bourrer de mathématiques et perdre la notion des choses. »
    Dans la deuxième édition de mon ouvrage « Droit de cuissage au F.M.I » s’agissant de Lagarde et ses connaissances en économie, j’ai écrit ce commentaire : « Plus tard, le 28 juillet 2011, il n’hésita pas à nommer pour directrice générale, Christine Lagarde ou « l’Alouette » (nom de naissance de Christine Lagarde : Christine Madeleine Odette Lalouette), au nom de la diversité et de la prévention d’abus d’autorité en matière sexuelle dans le monde du travail. L’Alouette obtint sa nomination, grâce au piège sexuel qui se referma sur son prédécesseur, mâle, soudainement aussi englué dans un scandale sexuel, qu’une mouche imprudente dans un pot de confiture. L’Alouette, est selon les médias, la rock star du monde économique, la meilleure économiste du monde, alors qu’elle est dépourvue de tout diplôme en économie, ce qui en soi n’est pas grave, car, faisant abstraction de millions de facteurs qui la tiraillent, l’économie est aussi inefficace que l’épicier du coin se disant chiropracteur.
    Si j’avais été à la tête des Ressources humaines, j’aurais questionné l’Alouette sur les quatre cents millions d’euros (intérêts compris) empochés par Bernard Tapie grâce à son abus d’autorité en tant que ministre des Finances. L’Alouette chassa cet incident comme une mouche importune et affirma avoir la conscience tranquille. »

  5. Geraldine dit :

    Elle devrait porter des lunettes, sinon elle va encore se faire appeler Lagourde.

  6. 2fis dit :

    … elle ne pouvait pas dire que l’euro a un bel avenir derrière lui … pour que celui dont elle dépend « la garde » …

  7. lefeuvr3 dit :

    Mais qui est Christine Lagarde ?
    http://www.quiperdgagne.fr/mais-qui-est-christine-lagarde

    Nous avons dernièrement evoqué les mesures, irresponsables, prises par Mme Christine Lagarde dans l’affaire Chypriote
    ( lien .1 )( lien.2 ).

    Plusieurs lecteurs ,ont demandé qui etait Mme Christine Lagarde et cela impose quelques précisions.

    Christine Lagarde qui a pris la suite ,au sein du FMI, du tristement célèbre Dominique_Strauss-Kahn est bien plus jeune qu’elle ne parait !

    Bien qu’elle est échouée au concours d’entrée de l’ENA,du fait de ses qualités de nageuse et de sa maitrise de l’anglais (une des rares Françaises sachant le parler),elle a pu accéder à ce poste emminent.

    Elle est, donc,Directrice Générale actuelle du FMI, rémunérée à hauteur de 551700 dollars par an .
    Elle bénéficie d’un statut fiscal tout a fait particulier et pour le moins,avantageux, en effet, le statut fiscal de Madame Lagarde est celui qui est attribué à tous les fonctionnaires internationaux, appartenant à des organisations internationales.

    Il correspond à une exonération TOTALE d’impôt sur le revenu, mais aussi d’impôts locaux.
    Par contre, tout ce qui est de l’ordre du patrimoine personnel est imposable.
    Madame Lagarde du coup aime bien donner de ,drôles, de leçons du genre : « Je pense que les Grecs devraient commencer par s’entraider collectivement, en « payant tous leurs impôts »?

    Mais surtout elle possède des capacités d’anticipations déplorables,pour un tel poste, comme le montre un florilège de petites phrases ,à deguster.

    Nous avons volontairement limité cette liste , pour ne pas deprimer les lecteurs de Quiperdgagne bourse.

    17 août 2007, conférence de presse
    « L’économie française repose sur des fondamentaux qui sont solides […] Je ne conçois pas aujourd’hui de contamination à l’économie mondiale. »

    17 août 2007, dans « Le Parisien »
    « Ce n’est pas un krach […] Nous assistons aujourd’hui à un ajustement […] une correction financière, certes brutale mais prévisible. »

    4 novembre 2007, dans « Le Parisien
    « Il faut de temps en temps oublier son véhicule au profit de ses deux jambes et de ses deux-roues. Sur des petits trajets, quand on n’est pas très chargé, pourquoi ne pas laisser la voiture au garage ? Dans les grandes agglomérations ou dans les petites villes de province, utilisons les bicyclettes. C’est parfois presque aussi rapide et plus économique. Les transports en commun sont considérés en France comme de grande qualité. Je suis prête à donner l’exemple. »

    5 novembre 2007 sur « Europe 1 »
    « La crise de l’immobilier et la crise financière ne semblent pas avoir d’effet sur l’économie réelle américaine. Il n’y a pas de raisons de penser qu’on aura un effet sur l’économie réelle française. »

    18 décembre 2007, sur « France-Inter »
    « Nous aurons certainement des effets collatéraux, à mon sens mesurés. [Il est] largement excessif de conclure que nous sommes à la veille d’une grande crise économique. »

    22 janvier 2008, sur « Europe 1 »
    « [Un krach?] Il faut éviter les mots spectres, les mots angoisse comme ça […] Je crois qu’on a observé une correction brutale sur les marchés asiatiques, européens dans la foulée. »

    10 février 2008, au G7 au Japon
    « Nous ne prévoyons pas de récession dans le cas de l’Europe. »

    11 février 2008, dans « Le Figaro »
    « Si les États-Unis devaient éviter la récession, leur croissance sera toutefois très faible. L’Europe sera elle aussi touchée. »

    26 mars 2008, conférence de presse
    « L’environnement international est difficile […] La volatilité actuelle des taux de change et le niveau du dollar sont un risque pour notre croissance. »

    15 mai 2008 sur « Europe 1 »
    « Vous accueillez ce matin un ministre de l’Economie qui se réjouit et qui jubile, pour tout dire. Je suis surtout très contente pour notre pays {en raison de la révision à la hausse de la croissance pour 2007} […] En revanche, les prévisions européennes des déficits de la France sont outrageusement pessimistes.»

    1er juillet 2008, dans « Le Figaro »
    A l’orée de la présidence française de l’UE, Lagarde veut rester comme le ministre français ayant permis à l’Europe «d’éviter la crise financière d’après. »

    15 septembre 2008, sur « Europe 1 »
    « L’ensemble des autorités bancaires, le Trésor, les banques centrales se sont concertées pendant plusieurs jours, les mécanismes sont en place, il n’y a pas panique à bord. »

    16 septembre 2008, conférence de presse
    « [La crise aura] des effets sur l’emploi et sur le chômage [pour l’heure] ni avérés ni chiffrables. »

    20 septembre 2008, conférence de presse
    « Le gros risque systémique qui était craint par les places financières et qui les a amenées à beaucoup baisser au cours des derniers jours est derrière nous. »

    21 septembre 2008 sur « Europe 1 »
    « Je ne suis pas euphorique, pas plus que je n’étais catastrophiste […] La crise est loin d’être finie. »

    3 octobre 2008, conférence de presse
    « Le risque d’une croissance négative [sic.] à l’automne est désormais réel. »

    3 juin 2009
    « Je persiste à dire que nous avons deux catégories de déficit, le bon et le mauvais, comme le cholestérol […] Le bon déficit c’est celui auquel nous sommes encouragés [sic !] par la Commission européenne, le FMI, par tous les économistes pour relancer nos économies. […] C’est le plan de relance […] Le mauvais déficit, c’est celui qu’on traîne depuis 30 ans. […] Celui-là clairement il faut qu’on le traite à la racine, qu’on ait une meilleure gestion des finances publiques. »

    10 mai 2010 sur « Europe 1 »
    « Nous avons décidé d’envoyer un signal extrêmement fort aux marchés pour protéger l’euro. Je suis convaincue que le mécanisme va fonctionner. »

    25 juin 2010
    « La notation de la France est triple A stable, il y a d’autres triples A qui sont moins stables, je regarde de l’autre côté de la Manche par exemple. Elle n’est pas menaçée. »

    8 juillet 2010, rencontres économiques d’Aix-en-Provence
    « À la question « Est-ce qu’on est ou non sorti de la crise ? », j’ai répondu en anglais au Forum de Saint-Pétersbourg « We are in the middle of the beginning of the end » ; et je pense qu’on en est probablement là. […] Pour moi, le couple « relance-rigueur » n’est pas un choix, ce n’est pas un nœud gordien. En effet, la politique économique que nous pratiquons en France actuellement est une politique de « rilance », la « rilance » étant un subtil dosage entre des mesures de responsabilité dans une situation exceptionnellement difficile, qui visent à réduire la dépense publique là où cela sera le moins douloureux ; et, en même temps, on met en œuvre le solde du plan de relance, tout en montant en régime sur le financement des grandes stratégies de croissance. »

    9 juillet 2010 dans « Handelsblatt »
    «Si les recettes ne sont pas suffisantes, nous devrons prendre davantage de mesures pour réduire les dépenses. Je suis convaincue que la France va conserver sa note AAA. »

    17 décembre 2010, dans le « Wall Street Journal »
    « Les sauvetages de l’Irlande et de la Grèce ainsi que la création du FESF sont des transgressions majeures du Traité de Lisbonne. […] Nous avons enfreint toutes les règles car nous voulions resserrer les rangs et vraiment sauver la zone euro. »

    19 décembre 2010, dans « De Tijd »
    « Une restructuration de dette n’est pas à l’ordre du jour au sein de la zone euro »

    25 janvier 2011, au Forum de Davos
    « L’euro a franchi le cap, et la zone euro a désormais le pire de la crise de la dette derrière elle. »

    13 février 2011, dans « Der Spiegle »
    « Vous faites fausse route. Tant que je serai dans ce poste [sic.], la France n’abandonnera pas ce statut [triple A] Nous faisons beaucoup pour cela. Notre budget est en ordre et nous sommes en train de réduire le montant net des emprunts. Nous menons des politiques de réforme difficiles pour augmenter la croissance. »

    17 février 2011
    « Nous ne disons pas que la spéculation nourrit la hausse des prix. Peut-être que ça l’anticipe un peu, peut-être que ça l’accélère un peu, il y aura débat à ce sujet. Peut-être que ça n’a aucun effet, c’est aussi une éventualité. »

    10 mai 2011, dans « Le Figaro »L’affaire Tapie
    « On essaye de me salir, sans doute pour faire oublier que tout cela c’est l’héritage des petits arrangements de l’époque Mitterrand, où ceux qui donnent aujourd’hui des leçons de vertu étaient aux commandes. Pour ma part, j’ai toujours agi avec rigueur et transparence, dans un seul sens : celui de l’intérêt général. »
    Le domicile parisien de la patronne du FMI Christine Lagarde a été perquisitionné ce jour,mercredi 20.03.2013 ,dans l’enquête sur le rôle de l’ex-ministre de l’Economie de Nicolas Sarkozy dans l’arbitrage litigieux sur la vente d’Adidas qui a permis à Bernard Tapie de toucher 400 millions d’euros

    13 mai 2011
    « Tous les clignotants sont au vert. »

    4 juin 2011, dans « Télérama
    « Protéger les faibles contre les forts, c’est l’essence du libéralisme. »…………………………….

  8. Garfy dit :

    et ses liens avec Monsanto ………

  9. zorba44 dit :

    Fin 1973 Valéry Giscard d’Estaing voyait (journal LES ECHOS, en première page : c’est beau la mémoire !) le bout du tunnel pour 1974. Rappelez-vous aussi sa responsabilité dans la bancarisation de la dette des états, par la même occasion ?

    La Christine c’est la même veine et cela nous emmène à la prévision d’un doublement du nombre d’années des piteuses, soit quarante ans de plus… au minimum.
    …Voilà où ça nous mène ! On ne se relèvera jamais !

    Jean LENOIR

    • 2fis dit :

      … Jean … la population a toujours attendu de leurs politiciens qu’ils leur promettent des beaux jours … c’est pourquoi la plupart entubent leurs électeurs … et Giscard ne faisait pas exception … mais cela se passait en finesse … et ces jours-là sont révolus … quoiqu’il soit un homme d’une intelligence supérieure … je ne pense pas qu’en 1973 Giscard aurait pu prévoir ce qui allait arriver quatre décennies plus tard …
      … je me souviens avoir assisté à une conférence qu’il avait donnée alors qu’il n’était encore que Ministre des Finances … j’en ai retenu son éloge de l’opportunisme en politique … je le cite de mémoire … « Un opportuniste est quelqu’un qui change d’avis lorsque les circonstances sont les mêmes … alors qu’un non-opportuniste est pire … parce qu’il conserve le même avis lorsque les circonstances sont différentes » … l’opportunisme en politique est toujours là … Giscard hier et Lagarde aujourd’hui …
      … oui il faudrait 40 ans de vaches maigres pour rembobiner le film à l’envers … toutefois je ne vois pas un tel retour en arrière … mais plutôt un saut brutal et soudain vers un nouvel avenir … oui ça va faire mal … mais pas pendant 40 ans … c’est excitant non? … il n’y a rien de plus stimulant que de refaire un monde meilleur … ne t’en fais pas trop … après l’orage tu pourras profiter du ciel bleu … 😉

  10. zorba44 dit :

    @2fis

    Mon père, polytechnicien, et haut fonctionnaire, n’a jamais, je pense, rencontré Giscard mais il le connaissait de réputation. Une intelligence très grande mais extrêmement perverse.
    Il a participé à la montée de la financiarisation de la politique et au copinage état, grandes industries. Cela s’est souvent très mal passé. Bertin, le tunnel sous la Manche, l’acier etc…
    Il jurait à l’entendre qu’il ne voulait qu’être ministre des finances …un peu comme Sharko a juré de ne jamais revenir à la politique après les élections présidentielles.

    Nous avons gagné toi et moi notre avenir, mais pas celui de nos enfants et c’est bien cela qui me préoccupe… étant loin le temps ou Saint Ex écrivait « L’avenir ne nous appartient pas, nous ne faisons que l’emprunter à nos enfants ». Or nous avons emprunté sur le dos et l’existence de nos enfants et Giscard en est un des grands responsables.

    Je serais d’ailleurs bien curieux de savoir ce qu’il devient.

    Amicalement

    Jean

    • 2fis dit :

      @Jean … il a 87 ans et continue à donner son avis sur la politique dans des articles et interviews …l’année dernière j’ai lu qu’il avait mis en vente le mobilier de son château en Auvergne … j’ai aussi lu son plan pour sortir l’Europe de la crise … que j’avais trouvé plein de bon sens … tout en étant convaincu qu’il était trop tard pour les réformes … bien à toi … Serge

  11. oops dit :

    La vérité oblige à dire qu’il n’y pas que la zone euro qui soit concernée par l’implosion du_ système financier, mais aussi les Etats-Unis, la GB, le Japon et la Chine qui toutes partagent le même système technocratique basée sur l’émission de monnaie dette et le fédéralisme bureaucratique Le principale problème ne réside pas tellement dans la crise économique générée par le surendettement bancaire et étatique mais plutôt par le manque d’idées viables, en ce qui concerne une possible alternative à la faillite structuraliste. Autant les années trente avaient vu l’émergence de mouvements nationalistes en réaction à la finance internationaliste doublée du socialisme cosmopolite, autant notre époque manque cruellement d’idées neuves, mais aussi et surtout de volonté politique forte d’initier un changement radical, non pas sur des valeurs de réaction, mais des valeurs de civilisation. Or pour recréer une civilisation, il faut une énergie spirituelle capable de porter une vision mobilisatrice des énergies collectives. Et là c’est le grand vide, à moins que le sursaut de désespoir que l’on discerne un peu partout en Europe à travers de vastes mouvements de protestations, ne finissent par se conjuguer avec une illumination de la conscience qui réveillerait des énergies enfouies au fond de de notre vieille Europe. Foin des pétards mouillés, c’est une nouvelle Pentecôte sur une Terre nouvelle dont nous avons besoin.

  12. Valda dit :

    Une vraie bouche inutile cette Christine…aujourd’hui elle s’est fendue d’une déclaration pour dire qu’il faudrait faire le ménage dans les banques de la zone euro et peut-être en fermer quelques unes « si nécessaire »!

    Heureusement qu’elle est là pour nous avertir…!

  13. Voyance dit :

    Merci bien en ce qui concerne cette explicitation,tout votre site web reste claire bien détaillé,je vous exprime bonne suite,mais également bons courage

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s