Cela se passe près de chez vous : A propos de spéculation et de tonte des moutons

business-as-usual« Vous avez constaté que la Société Générale fait un bond de plus de 7% hier, après un beau parcours avant-hier.

En 2012 les rémunérations des traders des trois principales banques françaises ont eux aussi progressé de 7 %. Les 7276 opérateurs de marché travaillant dans le monde pour les trois principales banques françaises se sont ainsi répartis 2,16 Mds€ de salaires et de bonus.

Les résultats et les économies annoncés font merveille. Attendez-vous à ce que d’ici peu, on tente de lever des fonds propres comme l’a tenté il y a quelques jours la Deutsche Bank.

Nous rappelons simplement la phrase de Draghi, la semaine dernière :

« Il y a des limites à la politique monétaire, tout ne peut être résolu par elle… la BCE ne peut nettoyer les bilans des banques à leur place ».

Y aurait-il des choses toxiques à nettoyer ? Des choses cachées ?

Les banques européennes ont besoin de 2 à 3 trillions, globalement, mais individuellement aucune n’a besoin d’argent ».

Le blog à Lupus, le 8 mai 2013

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 55 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières
Cet article, publié dans Actualités, Economie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Cela se passe près de chez vous : A propos de spéculation et de tonte des moutons

  1. Ping : Cela se passe près de chez vous : A propos de spéculation et de tonte des moutons - gastraudiome

  2. njaisson dit :

    Il y a des limites à la politique monétaire, tout ne peut être résolu par elle… la BCE ne peut nettoyer les bilans des banques à leur place ».

    Les banques sont le moyen d’action principal employé par les politiques socialistes qui veulent piller le capital equity des ménages pour le transformer en dettes publiques. Ce capital se retrouve in fine dans le actifs des banques qui achètent les titres de dette émis par l’Etat et s’en servent comme collatéral titres pour émettre du crédit avec les liquidités de la BCE; Sauf que la réglementation pénalisant les actifs crédits en période de récession, à cause de la dégradation de la note crédit des clients, les banques prêtent de moins en moins et titrisent de plus en plus, sous prétexte que les contreparties de marché ont été centralisées et que les centrales de clearing pour les opérations repo tripartites sont régulées. Pensez donc, y’a même des appels de marge 🙂 Tiens je croyais que ce sont appels de marge qui avaient précipité l’effondrement du prix des dettes collatéralisées? Bon, passons, la différence est qu’à l’époque la BCE n’agissait pas comme la FED, maintenant qu’elle est devenue le superviseur unique des banques européennes, les bans sont ouverts pour une nouvelle partie d’enfer. La BCE a décidé d’ouvrir tout grand les vannes du crédit banque centrale en jurant ses grands dieux que c’est impossible. Rien de tel que les bonnes recettes qui ont fait leurs preuves pour se garantir d’une réaction d’humeur de la part d’un public qui de toute façon n’y comprend rien, sauf quand son assiette est vide. On gagne encore un peu de temps en reculant les échéances économiques, jusqu’à ce que la bulle chinoise fasse pfffuit, ce qui m’a l’air bien parti compte tenu de l’impasse dans lequel se trouve leur modèle économique d’économie dirigée experte dans l’art du plagiat mais incapable de faire appel aux ressources inventives de la société civile pour générer sa propre croissance au lieu d’aller piquer les marchés des autres.

  3. brunoarf dit :

    Jeudi 9 mai 2013 :

    L’enquête de la BCE prévoit une contraction en zone euro en 2013.

    L’économie de la zone euro devrait se contracter cette année, montre l’enquête trimestrielle de la Banque centrale européenne (BCE) auprès des prévisionnistes professionnels, qui traduit une révision à la baisse des estimations et donne à la BCE de nouveaux arguments pour justifier un assouplissement de sa politique monétaire.

    L’enquête, réalisée entre le 16 et le 19 avril auprès de 53 économistes, universitaires et autres prévisionnistes, conclut à une contraction de 0,4% du produit intérieur brut (PIB) des 17 sur l’ensemble de cette année.

    L’enquête précédente, publiée il y a trois mois, prévoyait une stagnation du PIB.

    http://bourse.lesechos.fr/forex/infos-et-analyses/l-enquete-de-la-bce-prevoit-une-contraction-en-zone-euro-en-2013-878692.php

    Pour l’année 2013, la Commission Européenne, elle aussi, prévoit une baisse du PIB de la zone euro : – 0,4 %.

    Pour l’année 2013, les pays d’Europe du sud vont voir leur PIB baisser davantage que prévu.

    Pour l’année 2013, le PIB de la France va baisser de 0,1%.
    Le PIB de l’Italie va baisser de 1,4%.
    Le PIB de l’Espagne va baisser de 1,5%.
    Le PIB de la Slovénie va baisser de 2%.
    Le PIB du Portugal va baisser de 2,3%.
    Le PIB de la Grèce va baisser de 4,2%.
    Le PIB de Chypre va baisser de 8,7%.

  4. brunoarf dit :

    Les banques de l’Union Européenne ont dans leurs livres 1500 milliards d’euros d’actifs pourris.

    Par exemple, en Italie, les banques ont 131 milliards d’euros d’actifs pourris.

    Lisez cet article :

    Italie / Banques : les créances douteuses en forte hausse en mars.

    Les créances douteuses détenues par les banques italiennes ont connu en mars leur plus forte hausse sur un an depuis décembre 2011, selon des données publiées jeudi par la Banque d’Italie.

    Leur montant a atteint 131 milliards d’euros, une hausse de 21,7% par rapport au même mois de 2012, qui se compare à une augmentation de 18,6% en février.

    Cette accélération, reflet des difficultés des banques alors que le pays connaît sa pire récession depuis 20 ans, fait craindre que la situation n’atteigne pas un pic au premier semestre comme ce qui était prévu jusqu’ici.

    L’Istat, l’office italien de la statistique, a réduit cette semaine ses prévisions de croissance et anticipe désormais une contraction de 1,4% de l’économie cette année, soit trois fois plus que sa prévision précédente (-0,5%).

    Selon les données de la Banque d’Italie, les prêts aux entreprises non financières ont baissé de 2,8% en mars après déjà un recul de 2,7% en février.

    Toujours selon la banque centrale, les banques du pays ont renforcé leurs avoirs en obligations souveraines italiennes, à 363 milliards d’euros au total, contre 351,6 milliards en février. Ce montant est le plus élevé depuis 15 ans que la Banque d’Italie en compile la statistique et il représente une augmentation de près de 25% depuis mars 2012.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/reuters-00520264-italie-banques-les-creances-douteuses-en-forte-hausse-en-mars-565185.php

  5. Ping : Cela se passe près de chez vous : A prop...

  6. zorba44 dit :

    Tonte des moutons …au profit des traders ! Augmentation sans fin de leurs boni.
    Rendre gorge, quand rendront-ils gorge ?

    Jean LENOIR

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s